Les Angles-sur-Corrèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Angles.

Les Angles-sur-Corrèze
Les Angles-sur-Corrèze
L'église Notre-Dame
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Tulle
Canton Naves
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Tulle
Maire
Mandat
Christian Dumond
2014-2020
Code postal 19000
Code commune 19009
Démographie
Population
municipale
109 hab. (2016 en augmentation de 4,81 % par rapport à 2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 28″ nord, 1° 47′ 51″ est
Altitude Min. 224 m
Max. 481 m
Superficie 4,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Les Angles-sur-Corrèze

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Les Angles-sur-Corrèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Angles-sur-Corrèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Angles-sur-Corrèze

Les Angles-sur-Corrèze (Los Angles de Corresa en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est limitée au nord et à l'ouest par la Corrèze.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Les Angles-sur-Corrèze
Naves et Bar Bar Bar et Gimel les Cascades
Naves Les Angles-sur-Corrèze Gimel les Cascades
Naves Gimel les Cascades et Naves Gimel les Cascades
Panorama du village.

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité apparaît dans les chartes en 1404, sous la forme Anguli. Son nom fait référence à la forme du village en coin pointu (comme le coin servant à fendre du bois)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du Ve siècle av. J.-C., les Gaulois Lémovices exploitèrent une mine d'or dans la commune actuelle, au lieu-dit Puy des Angles[2], au sein du district minier de Saint-Yrieix-la-Perche. L’exploitation de ces mines a été arrêtée après la conquête romaine[3].

La mine du Puy des Angles est une de celles que les archéologues ont pu fouiller de la manière la plus complète. Une quinzaine d’aurifères ont été exploitées au Puy des Angles à l’époque de La Tène (du milieu du IIIe au milieu du IIe siècle av. J.-C.). La présence de haldes imposantes avait donné lieu à des interprétations du site comme tumulus préhistoriques ou comme mottes castrales[4]. Avant la mise en exploitation, les Gaulois ont pratiqué une soixantaine de sondages exploratoires qui leur ont permis de déceler l’orientation et la puissance des gisements[5]. La partie souterraine de l'exploitation de la mine du Puy des Angles se faisait par un éclairage à la torche, qui a laissé un nuage de suie au sommet de la galerie. À d’autres endroits de la galerie, des puits de jour assuraient ventilation et éclairage[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Angles-sur-Corrèze (Les) Blason D'azur à un rais d'escarboucle d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Le monument aux morts.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Christian Dumond   Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 109 habitants[Note 1], en augmentation de 4,81 % par rapport à 2011 (Corrèze : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
150153130170200150150142160
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
147164133124132135130144153
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1271351231129191787866
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
72726694111108103102101
2013 2016 - - - - - - -
106109-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La place du village (puits pour les bovins) nous fait voir un bel ensemble église/mairie/école, en pierre de taille. Cet ensemble pourrait dater de 1790. L'école n'a plus d'élèves, et l'église est peu fréquentée.

À quelques kilomètres, à pied, en redescendant du village vers la Corrèze, à gauche avant le virage à droite, un chemin mène aux magnifiques cascades de Gimel, et bien sûr au village, doté d'une vue imprenable. Toujours de la place du village, en face du puits, un petit sentier dans les sous-bois mène sur les hauteurs en direction de la RN 89 avec de très beaux paysages à l'arrivée.

Galerie: église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Volume III : Formations dialectales (suite) ; formations françaises. Notices 26388-90, p 1447-48
  2. Béatrice Cauuet, L'Or des Celtes du Limousin, Limoges : Culture et patrimoine en Limousin, coll. Archéologie, 2004, (ISBN 2-911167-37-6), p. 32.
  3. Cauuet, op. cit., p. 33.
  4. Cauuet, op. cit., p. 38.
  5. Cauuet, op. cit., p. 40.
  6. Cauuet, op. cit., p. 64-65.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.