Le Gault-Soigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Gault-Soigny
Le Gault-Soigny
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité CC de la Brie Champenoise
Maire
Mandat
André Doussot-Cochet
2020-2026
Code postal 51210
Code commune 51264
Démographie
Gentilé Gaultois, Gaultoises
Population
municipale
512 hab. (2019 en diminution de 5,01 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 58″ nord, 3° 35′ 32″ est
Superficie 26,09 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montmirail
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sézanne-Brie et Champagne
Législatives 3e circonscription de la Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Le Gault-Soigny
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Le Gault-Soigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Gault-Soigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Gault-Soigny

Le Gault-Soigny est une commune française située dans le département de la Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits autour du village du Gault: Soigny, le Recoude, Jouy, la Rue le Comte, Perthuis et Montvinot.

Transports[modifier | modifier le code]

Une voie de chemin de fer, aujourd'hui déferrée depuis de nombreuses années reliait Mézy-Moulins à Romilly-sur-Seine, en desservant Montmirail et Esternay[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gault est un mot d'ancien français Gaut issu du germanique Wald signifiant petit-bois, forêt[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y avait au Moyen Âge une commanderie des Templiers dans l'ancienne seigneurie de Soigny[3].

En 1967, la commune du Gault (code INSEE 51264) annexe celle de Soigny (ancien code INSEE 51540)[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mai 2020 Daniel Jacquier PS[5] puis DVG  
mai 2020[6] En cours
(au 3 juin 2020)
André Doussot-Cochet    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2019, la commune comptait 512 habitants[Note 1], en diminution de 5,01 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700682626593608633660637648
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
674691692678665611655662692
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
701702697632665656616591557
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
497458387345392421452455519
2014 2019 - - - - - - -
542512-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Sorel est nommé « Seigneur de Soigny » dans le privilège des Divers traités sur les droits et les prérogatives des Roys de France publiés en 1666.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Simonnet, Éric Poisson, « Le Gault-Soigny », sur La défaite oubliée (consulté le )
  2. Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux en France, éd. Errance, 2008, 2e éd. p 212.
  3. Amédée-Louis-Alexandre Trudon des Ormes, « Liste des maisons et de quelques dignitaires de l'ordre du Temple en Syrie, en Chypre et en France d'après les pièces du procès », dans Charles-Jean-Melchior de Vogüé, Revue de l'Orient latin, vol. VI., Paris, Ernest Leroux, (réimpr. 1964) (ISSN 2017-716X, lire en ligne), p. 189, lire en ligne sur Gallica
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France », 2006-2007 (ISBN 9782352581512), p. 113
  6. « Du changement à la tête du Gault-Soigny : Un nouveau maire a été élu au Gault-Soigny », Le Pays Briard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Daniel Jacquier, maire sortant, n’a pas souhaité se représenter. Élu municipal depuis 1983, il a été élu maire en 2001. Il a donc effectué trois mandats successif (...) Un seul candidat : André Doussot-Cochet élu au premier tour. Ce dernier connaît bien les rouages de la commune, ayant appartenu au conseil municipal dès 1995. Il est devenu ensuite premier adjoint en 2001 effectuant deux mandats jusqu’en 2014, élections auxquelles il ne s’est pas représenté souhaitant prendre un peu de recul. En 2020, il accède à la fonction de maire de la commune ».
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  10. Corinne Lange, « Les multiples facettes du menhir de « l’Hermite » », L'Union,‎ (lire en ligne)
  11. Jean-Pierre Pechmalbec, Le château du Recoude, s.l. n.d., (ISBN 978-2-7466-7822-4)