Le Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatel.
Ne doit pas être confondu avec Châtel.

Le Châtel
Le Châtel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Jean-de-Maurienne
Intercommunalité CC Cœur de Maurienne Arvan
Maire délégué Gildas Jobert
2019-2020
Code postal 73300
Code commune 73080
Démographie
Population 196 hab. (2016 en diminution de 3,45 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 28″ nord, 6° 21′ 34″ est
Altitude Min. 560 m
Max. 1 531 m
Superficie 15,31 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration La Tour-en-Maurienne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 15.svg
Le Châtel
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 15.svg
Le Châtel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Châtel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Châtel

Le Châtel est une ancienne commune française située en vallée de Maurienne dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Châtel est située sur un étroit plateau en hauteur face à Saint-Jean-de-Maurienne, en rive droite de l'Arc. Le village bénéficie ainsi d'un exposition sud-ouest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes du nom de la commune sont, au cours de la période médiévale, Prioratus Sancte Marie de Castro (prieuré de Sainte-Marie du Châtel, 1184), Cappellanus Sancte Marie de Castro Armelionis (Sainte Marie du Châtel d'Hermillon) et Castrum Armelionis (1269), Parrochia beate MArie castro Hermelionis (1407)[1],[2],[3]. Le chanoine Gros relève donc que le nom primitif de la paroisse était Notre-Dame du Châtel[1].

Le Châtel est un toponyme dérivant du latin castella (pluriel de castellum) désignant un château, en lien avec la tour subsistante d'un ancien château fort[1],[3]. Ernest Nègre donne un dérivé du francoprovençal chate(l) qualifiant un « village fortifié »[4].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Lo Shâshé, selon la graphie de Conflans[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période médiévale[modifier | modifier le code]

La première connaissance du Châtel dans l'histoire est la mention dans un acte de 887 de la chapelle de la Sainte Mère de Dieu, Capella Sancte Dei Genitrix[2]. Cependant ce document est apocryphe[6]. Il permet cependant de comprendre qu'à cette période la vallée de la Maurienne par les passages qui se font entre la France et la péninsule italienne, et que le roi donne à l'évêque, Asmonde (?), « un refuge dans ses propres terres, savoir le château vulgairement appelé Armariolum, situé dans le territoire savoir, le château vulgairement appelé Armariolum, situé dans le territoire de St Jean, sur l'autre rive, tout près et au-dessus de la rivière Arc, avec la chapelle de la Saint-Mère de Dieu [...] [procurant ainsi] un second siège et, en temps de guerre, une défense assurée pour sa personne, les livres et les trésors de son église. »[6] La tour est mentionnée au XIe siècle comme une possession du comte Humbert[6]. Adolphe Gros indique que le nom d'origine de la paroisse était Notre-Dame du Châtel[1].

Le chanoine Gros souligne également que la tour, vestige du château d'Hermillon, dominant la vallée, se trouve sur la commune d'Hermillon[1].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , Le Châtel intègre avec Hermillon et Pontamafrey-Montpascal la commune nouvelle de La Tour-en-Maurienne dont la création est actée par un arrêté préfectoral du [7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Roger Favier ... ...
mars 2014 En cours
(au avril 2014)
Gildas Jobert    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Châtelain(e)s[2],[8].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 196 habitants[Note 1], en diminution de 3,45 % par rapport à 2011 (Savoie : +2,39 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
500460503410375419396381350
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
338355338374345360339320327
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
305295284282245229227200129
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016 - -
108100134167197195196--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un domaine de ski nordique appelé « Le Grand Coin ». Il comporte plusieurs pistes de ski de fond et de raquettes d'une longueur totale de 40 km et deux stations de départ : à Montaimont et à Bonvillard[13],[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestige du château d'Hermillon, dit tour de Bérold, et Notre-Dame-de-l'Annonciation.
  • château d'Hermillon ou tour du Châtel (Castrum Armelionis/Armariolum), parfois appelée tour de Bérold ou encore tour des Sarrasins (tour carrée de 14,50 m de côté)[15],[16].

Son nom est attaché à un ancien héros, Bérold, originaire de Saxe venu libérer la Bourgogne[16]. D'après une autre légende, elle aurait été édifiée par les Sarrasins[17], d'où son autre surnom, tour des Sarrasins[16]. Au milieu du XIe siècle, le fondateur de la future maison de Savoie, Humbert Ier Humbert aux Blanches Mains, semble être en possession du site, et ce serait le lieu où il rendit l'âme[18]. Le château faisait partie des résidences comtales des premiers Humbertiens et était le siège d'une châtellenie.

  • le domaine nordique dit du Grand Coin.
  • Ssentier botanique des Plagnes, avec la présence d'un grand nombre de variétés d'orchidées : Céphalanthères, Platanthères, Neotties, Ophrys mouche, et en particulier le Sabot de Vénus emblème de la commune du Châtel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Maurice Messiez-Poche, Pierre Dompnier, Histoire des communes savoyardes : La Maurienne - Chamoux - La Rochette (vol. 3), Roanne, Éditions Horvath, , 558 p. (ISBN 978-2-7171-0289-5), p. 252-256. ([PDF] lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 113.
  2. a b et c Histoire des communes savoyardes, 1983, p. 252, Présentation
  3. a et b Henry Suter, « Châtel », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en août 2019).
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195), , 1852 p. (lire en ligne), n° 26619.
  5. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  6. a b et c Histoire des communes savoyardes, 1983, p. 252, « Un château nommé "Armariolum" »
  7. Louis Laugier, « Arrêté préfectoral n°73-2018-10-31-005 portant création de la commune nouvelle de La Tour-en-Maurienne », Recueil des actes administratifs spécial n°73-2018-122,‎ , p. 67-69 (lire en ligne [PDF])
  8. « Châtel (Le) », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 14 janvier 2017), Ressources - Les communes.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Activités d'hiver à Montaimont sur le site internet de la commune. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/08/2012.
  14. Montaimont sur le site internet du tourisme en Pays de Maurienne. Consulté le 26/08/2012.
  15. Isabelle Parron, « Le château des comtes de Savoie au Bourget-du-Lac. Étude du rez-de-chaussée de la tour nord ouest », La rubrique des patrimoines de Savoie (Conservation Départementale du Patrimoine), no 6,‎ , p. 20 (lire en ligne [PDF]).
  16. a b et c Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 58.
  17. Joseph Henriet, Nos Ancêtres, Les Sarrasins des Alpes, Éditions Cabédita, , 134 p. (ISBN 978-2-88295-360-5), p. 40.
  18. Bernard Demotz et François Loridon, 1000 ans d'histoire de la Savoie : La Maurienne, vol. 2, Cléopas, , 845 p. (ISBN 978-2-9522-4597-5), p. 546.