Jarrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jarrier
Jarrier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Jean-de-Maurienne
Intercommunalité CC Cœur de Maurienne Arvan
Maire
Mandat
Marc Picton
2014-2020
Code postal 73300
Code commune 73138
Démographie
Population
municipale
497 hab. (2015 en augmentation de 5,52 % par rapport à 2010)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 52″ nord, 6° 19′ 03″ est
Altitude Min. 760 m
Max. 2 173 m
Superficie 17,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Jarrier

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Jarrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jarrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jarrier
Liens
Site web http://www.jarrier.fr/

Jarrier est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Superficie : 1 779 ha.

Le terrain de la commune est essentiellement constitué de plaques schisteuses inclinées plus ou moins dans la pente, ce qui cause des glissements lents mais continus de terrain. Jusque dans les années 1960 les paysans remontaient chaque année la terre fertile de leurs champs à dos d'hommes ou de mulets, dans des paniers d'osier. Cette particularité géologique explique aussi la technique de construction des maisons d'habitation traditionnelles : la charpente était construite d'abord posée sur 6 ou 8 colonnes de bois (conifères de la forêt du Sapey toute proche) puis l'on construisait en pierre de tuf les murs du rez-de-chaussée en laissant apparentes les colonnes qui étaient ainsi ajustables par des pierres plates glissées dessous. Le grand volume sous la toiture servait de grange à foin, le rez-de-chaussée abritait les hommes et les bêtes. Les denrées précieuses comme les costumes traditionnels, avec coiffe en dentelle et robe à queue de canard pour les femmes et veste de laine écrue pour les hommes, le grain, les jambons, le pain étaient remisés dans des « greniers » indépendants, sur courts pilotis de pierres plates, tout en madriers bien ajustés, étanches aux insectes et aux souris, loin des risques d'incendie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Zharyé, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant d'arriver au hameau de Notre Dame, admirer la chapelle Rose, dite encore chapelle de la Varde ou encore chapelle Saint-Roch, posée sur son éperon rocheux, sur fond d'Aiguilles d'Arves enneigées. C'est le plus vieux édifice construit de Jarrier et certainement le plus photographié.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Marc Picton    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Jarrienches et Jarriens[2].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2015, la commune comptait 497 habitants[Note 1], en augmentation de 5,52 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
922822822824935956943956966
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
904925927928937941933822769
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
696686570586525517460438358
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 - -
423436450462464479497--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Roch du hameau de la Varcinière, en novembre 2015.
La chapelle de Notre-Dame des Chambeaux en décembre 2015.

La commune de Jarrier possède un riche patrimoine avec notamment un grand nombre de chapelles appartenant au style baroque.

Parmi elles, se trouvent les chapelles de :

  • Saint-Roch (ou Saint-Sébastien), située au hameau de la Varcinière ;
  • Notre-Dame-des-Grâces, située au hameau de Chéloup[9] ;
  • Notre-Dame des Chambeaux, située au hameau des Chambeaux ;
  • Saint-Bernard, située au hameau des Hérouils ;
  • Saint-Antoine, située au hameau de la Toulaz.

Une balade très prisée des promeneurs reliant un bon nombre de ces dernières existe sous le nom du Circuit des Chapelles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Maurice Messiez-Poche, Pierre Dompnier, Histoire des communes savoyardes : La Maurienne - Chamoux - La Rochette (vol. 3), Roanne, Éditions Horvath, , 558 p. (ISBN 978-2-7171-0289-5, lire en ligne), p. 269-274. ([PDF] lire en ligne)
  • Daniel Dequier et Jean-Henri Viallet (ill. Roland Gaden), « Un Village en Maurienne : Jarrier : son histoire, ses traditions », dans Mémoires et documents de la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, coll. « L'histoire en Savoie » (no spécial), (ISSN 0046-7510)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. « Jarrier », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 13 janvier 2017), Ressources - Les communes.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Dominique Peyre, En Maurienne : sur les chemins du Baroque, vol. 3, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Patrimoines », , 190 p. (ISBN 978-2-84206-169-2, lire en ligne), p. 57-64.
  8. « Église Saint-Pierre-et-Saint-Clément de Jarrier », notice no PA00118325, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Dominique Peyre, En Maurienne : sur les chemins du Baroque, vol. 3, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Patrimoines », , 190 p. (ISBN 978-2-84206-169-2, lire en ligne), p. 65-72.