Le Breuil (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Breuil.
Le Breuil
Mairie.
Mairie.
Blason de Le Breuil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Lapalisse
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lapalisse
Maire
Mandat
Jacky Perrot
2014-2020
Code postal 03120
Code commune 03042
Démographie
Population
municipale
545 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 02″ nord, 3° 39′ 33″ est
Altitude Min. 290 m – Max. 510 m
Superficie 34,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Le Breuil

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Le Breuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Breuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Breuil

Le Breuil est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Breuil est située aux portes de la Montagne bourbonnaise, au sud-est du département de l'Allier.

Sept communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes du Breuil
Saint-Prix Droiturier
Saint-Christophe Breuil Châtelus
Isserpent Châtel-Montagne Arfeuilles

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 3 455 hectares ; son altitude varie entre 290 et 510 mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le confluent de la Besbre et du Barbenan se trouve sur la commune.

Transports[modifier | modifier le code]

Photographie de la route départementale 171, déserte, en direction de Châtelus
La D 171 vers Châtelus.

Le territoire communal est traversé par quatre routes départementales[1] :

  • la D 7 (liaison de Lapalisse au Mayet-de-Montagne) ;
  • la D 123 (vers Isserpent) ;
  • la D 171 (vers Châtelus) ;
  • la D 471 (vers Arfeuilles).

Histoire[modifier | modifier le code]

Guillaume I Aycelin de Montaigut épouse Alix (Haelis) du Breuil, décédée le 10 septembre 1300 (2 septembre julien), dont la dalle funéraire, classée monument historique, se trouve dans la chapelle Sainte-Anne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal comprend quatre adjoints[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Michel Saint-André    
mars 2014 en cours Jacky Perrot[4] DVD Retraité

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Le Breuil dépendait du district de Cusset en 1793 puis de l'arrondissement de Lapalisse depuis 1801, lequel est transféré à Vichy depuis 1941 ; ainsi que du canton de Lapalisse de 1793[5] à 2015. Le redécoupage cantonal de 2014 maintient la commune dans ledit canton.

Au niveau judiciaire, Le Breuil dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, du tribunal administratif de Clermont-Ferrand, de la cour d'assises de l'Allier, du tribunal d'instance de Vichy et des tribunaux de grande instance et de commerce de Cusset[6].

En outre, Le Breuil a rejoint la communauté de communes du Pays de Lapalisse en 2000[3].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 545 habitants, en augmentation de 0,18 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 043 1 800 1 009 1 026 1 340 1 233 1 192 1 263 1 276
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 309 1 318 1 323 1 375 1 370 1 437 1 461 1 486 1 520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 563 1 384 1 339 1 190 1 160 1 145 1 067 1 048 1 005
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
936 805 680 613 571 553 549 541 545
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Breuil dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Les élèves commencent leur scolarité à l'école élémentaire publique de la commune[10]. Ils la poursuivent au collège de Lapalisse[11] puis au lycée de Presles de Cusset[12] (celui-ci ayant été renommé lycée Albert-Londres).

Sports[modifier | modifier le code]

Le Breuil possède un stade[13].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune vit de l'agriculture, de l'artisanat et du tourisme. Deux entreprises y sont installées[13].

Elle comprend un commerce multi-services[13]. La base permanente des équipements de 2014 recensait une boulangerie[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle romane[modifier | modifier le code]

  • Chapelle romane du XIIe siècle, inscrite comme monument historique ; elle renferme la pierre tombale (2,10 m × 1,10 m) d'Alix du Breuil, datée de 1300. Texte de l'inscription[15] :
+ HIC JACET DOMINA HAELIS DE BROLIO UXOR QUONDAM DOMINI

AYCELINI MILITIS DOMINI
MONTIS ACUTI QUE OBIIT DIE SABBATI POST FES
TUM NATIVI[TATIS] BEATE

MARIE VIRGINIS ANNO DOMINI MCCC CUJUS ANIMA REQUIESCAT IN PACE AMEN AMEN

« Ici repose dame Alix du Breuil, autrefois épouse du seigneur Aycelin, chevalier seigneur de Montaigu. Elle mourut le jour de sabbat après la fête de la nativité de la bienheureuse Vierge Marie[Note 2], l’an du seigneur 1300. Que son âme repose en paix. Amen. Amen »

La dame est représentée sous une arcature. Elle porte une longue robe, sur laquelle est passé un mantelet. L'inscription est gravée sur le pourtour de la dalle, de droite à gauche, en commençant par la bordure droite, et se termine à l'intérieur sur l'arcature.

Église Saint-Blaise[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Blaise a été construite en 1910 et ouverte en 1911 grâce à une collecte de dons des habitants.

Lieu de célébration de mariages et de communions, ce site a connu plusieurs incidents : le 4 mai 1998, une partie de la voûte s'était effondrée dans le chœur, rendant l'accès à l'église interdit au public. Le contrefort nord s'écroule à son tour en 2011. Faute d'entretien, le diocèse a décidé de désacraliser l'église le 26 septembre 2011. L'église a été démolie le 28 janvier 2013[16],[17],[18] ; les cloches ont été transportées dans la chapelle Sainte-Anne.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Musée de la meunerie, au moulin de Montcian, sur le Barbenan. Ce moulin datant de 1825 possède deux roues à augets et conserve toute sa machinerie ; on peut y suivre tout le processus qui transforme le blé en farine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Vitta (1860-1942), collectionneur d'art italien, est inhumé au Breuil, non loin de son épouse Malvina Bléquette.
  • Antoine Brun (1881-1978), directeur de l'école du Breuil, maire du Breuil, conseiller général du canton de Lapalisse. Il était astronome amateur, mais la qualité de ses observations et de ses travaux le firent reconnaître par la communauté scientifique. Il est mort au Breuil.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Breuil Blason De gueules à l’aigle d’or membrée d’azur.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le Breuil sur le site de l'Institut géographique national (archive)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La fête de la Nativité de la Vierge a lieu le 8 septembre, qui était un jeudi en 1300.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte du Breuil sur Géoportail.
  2. « Répertoire géographique des communes », Institut national de l'information géographique et forestière.
  3. a et b « Vie municipale à Le Breuil », Communauté de communes du Pays de Lapalisse (consulté le 16 mars 2016).
  4. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], Association des maires et présidents de communautés de l'Allier, (consulté le 27 juillet 2015).
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le 16 mars 2016).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « École élémentaire publique », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 16 novembre 2015).
  11. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 26 mai 2016).
  12. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 26 mai 2016).
  13. a, b et c « Vivre dans la commune de Le Breuil », Communauté de communes du Pays de Lapalisse (consulté le 16 mars 2016).
  14. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee, .
  15. Robert Favreau, Jean Michaud et Bernadette Mora, Corpus des inscriptions de la France médiévale. 18. Allier, Cantal, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Paris, CNRS, , p. 8-9 et planches III-IV, fig. 6-8.
  16. Denis Lorut, « L'église est redevenue poussière », La Montagne,‎ .
  17. « Le Breuil : destruction de l'église Saint-Blaise », sur La Semaine de l'Allier, .
  18. « Eglise Saint-Blaise du Breuil (Allier) », sur patrimoine-religieux.fr.