La Chaussée-Tirancourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Chaussée-Tirancourt
La Chaussée-Tirancourt
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Ailly-sur-Somme
Intercommunalité Communauté de communes Nièvre et Somme
Maire
Mandat
Philippe François
2014-2020
Code postal 80310
Code commune 80187
Démographie
Gentilé Calcéens, Calcéennes
Population
municipale
654 hab. (2015 en diminution de 1,06 % par rapport à 2010)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 15″ nord, 2° 08′ 58″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 97 m
Superficie 12,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
La Chaussée-Tirancourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
La Chaussée-Tirancourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chaussée-Tirancourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chaussée-Tirancourt
Liens
Site web http://sehet.andre.free.fr/

La Chaussée-Tirancourt est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Chaussée-Tirancourt se trouve entre Abbeville et Amiens, dans la vallée de la Somme. Le village est situé à l'intersection des routes départementale 49 et 1235.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Chaussée-Tirancourt
Vignacourt
Belloy-sur-Somme La Chaussée-Tirancourt Saint-Vaast-en-Chaussée
Picquigny Breilly et
Ailly-sur-Somme
Saint-Sauveur

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chaussée, un des premiers sens du mot est une « Levée de terre pour retenir l'eau d'une rivière ou d'un étang, pouvant servir de chemin de passage ». La Chaussée tire son nom du bas-latin calceata, évoquant une voie romaine[1].

Tirancourt, hameau de La Chaussée. Vincent, dans sa Toponymie de la France (1937), se référant à Förstemann, estime que le nom vient du germanique Tarro[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques, réalisées en 1991, ont mis au jour des restes humains remontant à 8 000 ans. Ces ossements humains appartiennent à la période du mésolithique, période charnière entre le paléolithique et le néolithique[1]. Les Calcéens[Note 1] de cette époque seraient les derniers chasseurs-cueilleurs ayant vécu dans la région[2].

Le territoire communal possède un site fortifié gaulois où des pièces de monnaie ont été trouvées[3].

Le , les Allemands bombardent et mitraillent[4]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2001 André Sehet   Député suppléant (1993-2007)
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Philippe Francois PCF Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 654 habitants[Note 2], en diminution de 1,06 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
743784830839878858892930954
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
942872830800714699650605611
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
565526509499503465431412402
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
397480581645673687662660654
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire publique André-Sehet compte 55 élèves à la rentrée 2017-2018[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le parc de Samara avec le Camp César, consacré à l'archéologie et à la nature, se trouve sur le territoire de la commune.
  • Église Saint-Martin. Elle a fait l'objet de travaux importants dès 1730 mais paraît bien antérieure[11]. Ses deux séries de cinq vitraux sont dédiées aux mystères joyeux et aux mystères glorieux. Ils ont été réalisés par les ateliers Cagnard d'Amiens[12].
  • Chapelle du cimetière, en pierre, du XVIe siècle. Primitivement dédiée à la Vierge, elle renferme une peinture de l'Ecce Homo de 1579[13],[14].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Henri de Francqueville (1898-1944), maire du village, tué le jour de la Libération, le 1er septembre[15], une rue du village porte son nom.

André Sehet, ancien maire, a rédigé l'histoire communale[1].

René Matifat.

Marcel Delépine.

Marc Fasquel, criminel français (1947-1986).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine religieux de La Chaussée-Tirancourt, Sylviane Schwal et André Sehet, octobre 2016[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. nom des habitants de La Chaussée-Tirancourt
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Site historique de La Chaussée-Tirancourt.
  2. Le Courrier picard du 1er juillet 1991.
  3. Yann Le Bohec, La guerre dans l'Afrique romaine sous le Haut-Empire, Paris, comité des travaux historique et scientifique, , 254 p., p.41.
  4. http://andre.sehet.pagesperso-orange.fr/dedetextes/20mai1940.htm
  5. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 3 avril 2014, p. 19.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. L'école sur le site du ministère de l'éducation nationale.
  11. Le Courrier picard, éd. Picardie maritime, p. 18.
  12. Thierry Griois, « Le dernier vitrail de l'église est posé », Le Courrier picard, édition Picardie maritime, p. 19, 11 octobre 2017.
  13. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 132 (ASIN B000WR15W8).
  14. Georges Beaurain, Un Ecce-Homo du XVIe siècle, bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, 2e trimestre 1915.
  15. http://www.plaques-commemoratives.org/plaques/picardie/plaque.2007-06-26.8162155528/view
  16. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, « La chaussée-Tirancourt, un livre sur le patrimoine religieux », p. 2, .