Belloy-sur-Somme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belloy (homonymie).

Belloy-sur-Somme
Belloy-sur-Somme
Église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Ailly-sur-Somme
Intercommunalité Communauté de communes Nièvre et Somme
Maire
Mandat
Bernard Lepers
2014-2020
Code postal 80310
Code commune 80082
Démographie
Gentilé Bellovaques
Population
municipale
761 hab. (2015 en augmentation de 0,53 % par rapport à 2010)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 59″ nord, 2° 08′ 02″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 109 m
Superficie 13,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Belloy-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Belloy-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belloy-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belloy-sur-Somme
Liens
Site web http://www.mairie-belloy-sur-somme.com/

Belloy-sur-Somme est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est un bourg périurbain picard de la vallée de la Somme, situé au nord-ouest d'Amiens.

Elle est desservie par l'ex-RN 235 (actuelle RD 1235) et est aisément accessible par l'exRN 1 (actuelle RD 1001)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Belloy-sur-Somme
Bourdon Bettencourt-Saint-Ouen et
Flixecourt
Vignacourt
Yzeux Belloy-sur-Somme
Crouy-Saint-Pierre et
Saint-Pierre-à-Gouy
Picquigny La Chaussée-Tirancourt

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est limitée au sud par le fleuve côtier la Somme.

Marais tourbeux de 90 hectares , abritant une faune et une flore spécifiques à cet environnement. Le Liparis de Loesel, orchidée rare menacée de disparition, protégée au niveau national, y pousse[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la première circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Picquigny[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton d'Ailly-sur-Somme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes de l'Ouest d'Amiens, créée fin 1993.

Dans le cadre des prescriptions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du prescrit, dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale, que les intercommunalités à fiscalité propre doivent, sauf exceptions, regrouper au moins 15 000 habitants, cette petite intercommunalité fusionne avec sa voisine, la communauté de communes du Val de Nièvre et environs, pour créer, le , la communauté de communes Nièvre et Somme, dont la commune est désormais membre.

Néanmoins, en 2018, l'instruction des demandes de permis de construire et autres autorisations d'urbanisme est réalisé pour le compte de la commune par la communauté d'agglomération Amiens Métropole[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1807 1831 Ferdinand de Beaurain de Bureuil    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Michel Régnier    
mars 2008 en cours
(au 23 février 2018[3])
Bernard Lepers   Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 761 habitants[Note 1], en augmentation de 0,53 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6887867818399641 0001 0251 1301 162
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1721 1531 1181 021979894880852814
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
694608584578566561554563567
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
529547570620733788741769761
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Concours de pêche du 15 août[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château d'en haut et ses dépendances. Le colombier, en pans de bois et torchis sur soubassement en pierre, date du XVIIIe siècle et est inscrit aux Monuments historiques depuis un arrêté du 20 juillet 1966 [9] . Propriété privée.
  • Château d'en bas. Le château d'en bas, ses dépendances, chapelle, serre, ferme, maison de gardien, fabriques et aménagements du parc paysager, sont classés Monument historique depuis un arrêté du 4 février 2011 . Les frères Duthoit, ornemanistes à Amiens, ont oeuvré à son décor sculpté.
Cette demeure fut la propriété d'Adrien Morgan de Belloy, député de la Somme, puis de sa famille, jusqu'en 1920. Elle est actuellement aménagée en Établissement Social d'Aide par le Travail (ESAT).
  • Église Saint-Nicolas.
  • Monument aux morts.
  • Place de l'Église.
  • Salle des fêtes.
  • Le café.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Belloy dans les arts[modifier | modifier le code]

À l'automne 1979 : tournage du film de Raphaële Billetdoux, La Femme enfant.
Le petit château et son parc, entre la route (pas la N 1 mais celle qui lui est parallèle, plus au sud) et la Somme, servent de décor à plusieurs séquences du film.
Belloy partage avec Bovelles (80) et un 3e village de la région (pour les séquences de l'école), le « privilège » d'avoir été choisi pour donner au film une atmosphère très particulière.

Acteurs : Klaus Kinski, Pénélope Palmer, etc.
Film présenté en 1980, au Festival de Cannes, dans la série « Un certain regard ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • André Guerville, Pigeonniers et girouettes en pays de Somme, F. Paillart, éditeur, Abbeville, 2007, 311 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Émilie Da Cruz, « Le bas niveau d’eau du marais inquiète à Belloy-sur-Somme : Pour la 4e fois, le traditionnel concours de pêche du 15 août est annulé. Les organisateurs s’interrogent », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a et b Benoît Delespierre, « Compliqués, ces permis de construire ! : Les maires ruraux estiment que les services de la Ville d’Amiens, qui instruisent désormais leurs permis de construire, sont un peu trop « rigides » », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  4. « Les maires de Belloy-sur-Somme », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 19 mai 2018).
  5. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 11 avril 2014, p. 20.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. André Guerville, Pigeonniers et girouettes en pays de Somme, F. Paillart, éditeur, Abbeville, 2007, 311 p., p. 65.
  10. « Adrien, Marie, Jean-Baptiste, Joseph, Rose Morgan de Belloy (1766 - 1834) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.