Léonard Bordes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bordes.
Léonard Bordes
Naissance
Décès
(à 70 ans)
Rouen
Nom de naissance
Antoine Léonard Jean Vincent Carlos Bordes
Nationalité
Français
Activités
Autres activités
Violoncelliste au théâtre des Arts de Rouen
Formation
Maître
Mouvement
Distinctions

Léonard Bordes (Antoine Léonard Jean Vincent Carlos Bordes), né le 14 mai 1898 à Paris 6e et mort le 4 février 1969 à Rouen[1], est un artiste peintre et lithographe de l'École de Rouen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Philippe Zacharie à l'École des beaux-arts de Rouen. Il est affecté de 1917 à 1919 au 5e régiment du génie. Il reçoit en 1919 la médaille interalliée et en 1920 la médaille commémorative.

Il est membre fondateur et vice-président de la Société des artistes indépendants normands en 1938[2].

Il demeure 1 rue du Général-Sarrail à Rouen dans les années 1960.

Mort le 4 février 1969[3], il est inhumé au cimetière du Mont-Gargan à Rouen.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1931 : Galerie Prigent, Rouen[5].
  • 1947, 1948, 1954, 1955, 1956, 1957, 1958, 1963 : Salon des artistes rouennais, Rouen.
  • 1949, 1952 : Salon des artistes normands.
  • Février 1953, novembre 1953 (Léonard Bordes - Quarante ans de peinture), novembre 1954; octobre 1955, novembre 1956, mai 1957 (Léonard Bordes - Aquarelles), octobre 1957, octobre 1962, octobre 1963 (Léonard Bordes - Aquarelles), décembre 1968, janvier 1970, février 1974, Galerie Menuisement, Rouen.
  • 1954, 1956 : Salon des artistes indépendants normands, Rouen.
  • Février 1971 : Léonard Bordes - Quarante huiles et aquarelles, Maison des jeunes et de la culture du Mont-Gargan, Rouen.
  • novembre 1977 : Galerie Robert Tuffier, Les Andelys.
  • Automne 1978 : Léonard Bordes - Cent quarante-six huiles et aquarelles, Centre culturel du Mesnil-Esnard.
  • 16 janvier au 8 février 2009 : Office de tourisme de Rouen.
  • Janvier-avril 2011 : Les peintres impressionnistes et post-impressionnistes de l'École de Rouen, Atelier Grognard, Rueil-Malmaison.
  • 1er juin au 21 juillet 2012 : Galerie Bertran, Rouen.
  • Juin-septembre 2012, octobre-novembre 2013 : Galerie Tradition et Modernité, Rouen.
  • mai-septembre 2013 : Rouen au fil de l'eau, reflets et transparences, Galerie Bertran, Rouen.
  • Juin-juillet 2014 : Les peintres de l'École de Rouen : Léonard Bordes, Narcisse Guilbert, Pierre Hodé..., Galerie Bertran, Rouen.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « À part les tâtonnements de départ, il semble que sa peinture se fasse, au long des années, d'une seule coulée. On a pu dire que Bordes peignait beaucoup et se répétait, mais c'est bien là prendre une courte vue sur une œuvre qui est l'image même de la vie où tout recommence chaque matin mais où rien n'est jamais identique. Bordes est neuf, chaque matin son œil est neuf, chaque matin il repart vers un monde neuf et des hommes qui sont parés d'une espérance nouvelle puisque la vie leur est offerte. C'est par l'émotion que le peintre va aux autres, par elle qu'il va auparavant vers ceux qu'il introduit dans ses toiles, vers ses paysages qui servent de support, de mot de passe à ses sentiments. » - Roger Bésus[6]
  • « Rouen sous la neige, bords du Robec au printemps, paysages de la Haute-Savoie en 1937, vues de la campagne et des villes de l'Espagne (que Bordes parcourut en 1937 avec Gaston Sébire) : voilà les sujets préférés de Bordes, qu'il traite dans une palette mélodieuse, délicate et d'une grande vivacité, d'un trait cursif et précis, dans une construction harmonieuse. Léonard Bordes est aussi un musicien, neveu du créateur de la Schola cantonum. » - Gérald Schurr[7]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, état civil, acte de naissance n° 6e/1712/1898, avec mention marginale du décès
  2. Véronique Houques et Claude Houques, Histoire de la Société des artistes indépendants normands 1938-2005, Rouen, , 451 p., p. 14, 75
  3. Bernard Nebout, « Le peintre Léonard Bordes n'est plus », Paris-Normandie, 5 février 1969.
  4. Robert Évreux, Léonard Bordes, sa vie, son œuvre, Éditions des Amateurs rouennais d'art, 1989.
  5. Findlay Galleries, New York, Léonard Bordes
  6. Roger Bésus, Léonard Bordes - Quarante ans de peinture, Éditions de la Galerie Menuisement, Rouen, 1953.
  7. Gérald Schur, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Tuffier, Léonard Bordes, Éditions de Centre culturel du Mesnil-Esnard, 1978.
  • François Lespinasse (préf. François Bergot), L'École de Rouen, Sotteville-lès-Rouen, Fernandez, , 221 p. (OCLC 18496892, LCCN 80155566), p. 154-159.
  • Roger Bésus, Léonard Bordes - Quarante ans de peinture, Éditions de la Galerie Menuisement, Rouen, 1983.
  • Robert Évreux (préface de François Lespinasse, témoignages de Georges Gouellain et Gaston Sébire), Léonard Bordes, sa vie, son œuvre, Éditions des Amateurs rouennais d'art, 1989.
  • François Lespinasse, L'École de Rouen, Rouen, Lecerf, (ISBN 2901342043).
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Véronique et Claude Houques, Histoire de la Société des artistes indépendants normands, 1938-2005, Rouen, 2006.
  • François Lespinasse, École de Rouen - Les peintres impressionnistes et postimpressionnistes, Éditions du Valhermeil, 2011.
  • Antoine Bertran, Léonard Bordes, humaniste révolté, Point de vues, , 60 p. (ISBN 978-2-915548-71-6).
  • Antoine Bertran, Rouen au fil de l'eau - Reflets et transparences, Point de vues, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]