Narcisse Guilbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Narcisse Guilbert
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
Nom de naissance
Louis Narcisse GuilbertVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Société des artistes rouennais (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maître

Narcisse Guilbert né le à Bouville (Seine-Maritime) et mort le est un peintre français de l'École de Rouen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Narcisse Guilbert est le fils unique d'Aimable-Guillaume Guilbert, artisan menuisier, et de Louise Dubreuil. La famille quitte Bouville vers 1887 pour s'installer à Mont-Saint-Aignan. Aimable-Guillaume Guilbert meurt en 1890, sa veuve et son fils déménagent pour s'installer à Rouen. Narcisse Guilbert travaille comme coursier-livreur chez Thierry-Martin, une maison d'habillement. Ses premiers essais de Narcisse datent de 1894 et c'est à Joseph Delattre, dont il a fait la connaissance, qu'il doit ses premières notions de peinture[1]. Il peint sa mère et s'inscrit à l'école des beaux-arts de Rouen vers 1895, y suivant les cours de Philippe Zacharie.

De son mariage avec Emma Biard, le , naît en 1906 une fille unique, Renée. Il découvre la Bretagne en 1910 grâce à la bourse du prix Pellecat que lui attribue l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen[2].

Narcisse Guilbert est membre de la Société des artistes rouennais. Il expose régulièrement au Salon de Rouen de 1907 à 1936, au Salon du Havre en 1909 et 1922 et à la galerie Legrip à Rouen[3]. Il demeure 2 rue Neuve-Saint-Vivien à Rouen.

Dans « des harmonies claires et sonores, des couleurs puissantes et un trait très expressif »[4], ses sujets de prédilection sont les bords de Seine en aval de Rouen : Dieppedalle, Croisset. On lui doit également « des paysages marins autour de Fécamp et Varengeville, l'année 1930 étant celle où il peint le plus de marines, à Étretat cette fois »[2].

Il a réalisé environ 2 500 toiles[5].

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie « À l'ami des arts », Rouen, avril 1908[1].
  • Galerie Legrip, Rouen, février 1908, 1934.
  • Galerie Marbeuf, Paris, 1920[1].
  • Narcisse Guilbert, rétrospective, Galerie André Watteau, Paris, 1969.
  • Arthur Tooth and Sons Ltd. (en), Londres, avril-mai 1970.
  • Galerie Michel Bertrand, Rouen, décembre 1994 - janvier 1995.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Salon de la Société des artistes rouennais, Rouen, à partir de 1907[2].
  • Les provinces de France vues par les artistes, Galerie d'art du Bûcheron, rue de Rivoli, Paris, février-avril 1934[1].
  • Rouen disparu, musée des beaux-arts de Rouen, octobre-novembre 1947.
  • L'École de Rouen, de l'impressionnisme au cubisme - soixante ans de modernité en Normandie, musée Alfred-Canel, Pont-Audemer, juin-avril 2008[6].
  • Jardins enchanteurs, musée des Beaux-Arts de Bernay, juin-octobre 2010.
  • Les peintres impressionnistes et post-impressionnistes de l'École de Rouen, atelier Grognard, Rueil-Malmaison, janvier-avril 2011[7].
  • Les peintres de l'École de Rouen, Galerie Michel Bertrand, Rouen, juin-juillet 2014.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Très sensitif, très spontané, talent nerveux et souple, épris d'harmonies sonores et colorées, il se distingue par la beauté de ses coloris, par une facture vive et expressive, par un très beau métier de peintre. Il est surtout le peintre des cielos de pleine lumière, des ciels d'or et de pourpre. » - Georges Dubosc[8]
  • « Insensible aux divers courants qui vont influencer le monde des arts - fauvisme, cubisme - Guilbert poursuit consciencieusement son métier et Fernand Guey, conservateur du musée de Rouen, écrira lors de son exposition en 1936 : "Le peintre choisit rarement l'amont, il préfère la Seine-Maritime, celle qui pousse vers la mer ce large flot coloré dont il sait si bien interpréter le miroitement diapré. Aussi plante-t-il le plus souvent son chevalet dans ces régions de Dieppedalle, de Biessard, de Croisset ou de Bapeaume". » - François Lespinasse[9]
  • « Il se trouve des œuvres parfois hâtives chez ce peintre de l'École de Rouen qui, dans ses bons jours, signe des toiles dans lesquelles les variations impressionnistes sont non plus indiquées comme chez son maître Joseph Delattre, mais au contraire appuyées, soulignées par une touche franche et large à la manière des Fauves. » - Gérald Schurr[10]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

  • Rouen, musée des Beaux-Arts :
    • Le Marché et la Fierte place de la Haute-Vieille-Tour à Rouen, huile sur toile ;
    • Paysage des bords de Seine, huile sur toile ;
    • Vue de Rouen prise à Bonsecours, huile sur toile ;
    • Le Pont aux Anglais. Effet d'orage, huile sur toile.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d François Lespinasse, L'École de Rouen, Fernandez Frères, 1980, pages 91-93.
  2. a b et c Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999; vol.6, pages 564-565.
  3. « À la galerie Legrip, exposition Narcisse Guilbert », Le Journal de Rouen, 4 mai 1934
  4. Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, Les Éditions de l'Amateur, 1972, page 111.
  5. « François Lespinasse fait découvrir Narcisse Guilbert », Paris Normandie, 11 mai 2006.
  6. Musée Alfred-Canel, L'École de Rouen, de l'impressionnisme au cubisme - soixante ans de modernité, présentation de l'exposition, 2008
  7. Atelier Grognard, Peintres impressionnistes et postimpressionnistes de l'École de Rouen, présentation de l'exposition, 2011
  8. Georges Dubosc, L'École de Rouen, ses peintres et ses ferronniers, Éditions Lecerf, Rouen, 1914.
  9. François Lespinasse, La Normandie vue par les peintres, Edita S.A., 1988, pages 104-105.
  10. Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 395.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Dubosc, L'École de Rouen, ses peintres et ses ferronniers, Éditions Lecerf, Rouen, 1914.
  • André Watteau, Narcisse Guilbert, 1878-1942, Éditions Galerie André Watteau, Paris, 1968.
  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, Les Éditions de l'Amateur, vol.1, 1975.
  • François Lespinasse (préf. François Bergot), L'École de Rouen, Sotteville-lès-Rouen, Fernandez Frères, , 221 p. (OCLC 18496892, LCCN 80155566), p. 91-93.
  • François Lespinasse, La Normandie vue par les peintres, Edita S.A., Lausanne, 1988.
  • Caroline Laroche, 7 peintres de l'école de Rouen : Marcel Couchaux, Alfred Dunet, Charles Frechon, Narcisse Guilbert, Pierre Le Trividic, Maurice Louvrier, Robert Pinchon, Alain Letailleur, Paris, 1990
  • François Lespinasse, L'École de Rouen, Lecerf, Rouen, 1995, (ISBN 2901342043).
  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, vol.6, 1999.
  • François Lespinasse, Narcisse Guilbert, Association des amis de l'École de Rouen, 2006, 31 p.
  • Marc-Henri Tellier, François Depeaux (1853-1920) : le charbonnier et les impressionnistes, Rouen, éditions Marc-Henri Tellier, , 304 p. (ISBN 978-2-7466-0515-2, OCLC 651049214).
  • François Lespinasse, École de Rouen - Les peintres impressionnistes et postimpressionnistes, Éditions du Valhermeil, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]