Kotka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kotka
Blason de Kotka
Héraldique
Kotka
Le quartier de Kotkansaari
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Vallée de la Kymi
Maire Henry Lindelöf
Langue(s) parlée(s) finnois
Démographie
Population 51 889 hab.[1] (30.6.2020)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 28′ nord, 26° 57′ est
Altitude Min. 0 m
Max. 69 m
Superficie 94 974 ha = 949,74 km2 [2]
· dont terre 271,29 km2 (28,56 %)
· dont eau 678,45 km2 (71,44 %)
Rang superficie (117e / 336)
Rang population (19e / 336)
Histoire
Province historique Uusimaa
Province Finlande méridionale
Fondation 1878
Droits de Cité depuis 1878
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Kotka
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Kotka
Liens
Site web http://www.kotka.fi
Municipalité de Kotka

Kotka est une ville de Finlande située au Sud-Est du pays, sur deux îles à l'embouchure du fleuve Kymi. C'est la ville la plus peuplée de la région de la vallée de la Kymi. Kotka signifie aigle en finnois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un Tumulus à Kotka.

Les premiers habitants de la zone de Kotka appartiennent à la Culture de la céramique à peigne de l'âge de la pierre. Le niveau de la mer est alors 20 mètres plus haut que le niveau actuel et les lits actuels du kymijoki et du nummenjoki étaient des baies maritimes. On a trouvé des habitations au bord de ces anciennes baies à Laajakoski, Juurikorva et Ylänummi. Plus tard, on a trouvé des habitations appartenant à la culture de la céramique cordée à Juurikorva et des traces éparses de cette culture dans d'autres endroits. On a découvert un groupe significatif de tumulus de pierre datant de l'âge du bronze dans la baie de Östringinlahti. Dans cette zone, on a aussi découvert des assemblages de pierres en forme de bateau datant de l'âge du bronze ou de l'âge du fer.

L'époque des Varègues[modifier | modifier le code]

Le détroit situé entre Kuutsalo et Kirkonmaa a servi de lieu de repos sur la route commerciale des Varègues aux Grecs[u 1]. Il est possible que l'île de Pirköyri située à proximité de Tiutinen ait été une place de marché au temps des vikings.

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le fort développement commercial aux XIe et XIIe siècles a attiré de nombreux nouveaux habitants[u 2]. Les noms de familles et de lieux montrent que la plupart des nouveaux habitants viennent du Häme, de Savonie et de Carélie. Après la construction en 1293 du château de Vyborg le delta du fleuve Kymijoki est sous domination suédoise et dépend du fief de Viipuri. Le peuplement par des habitants de langue suédoise date du début du XIVe siècle.

Le droit donné, aux allemands[3] de Tallinn, de commercer librement aux abords le delta du fleuve Kymijoki-Nummenjoki est limité en 1336 quand Pietari Joninpoika le seigneur du château de Vyborg leur octroie le droit de commercer à Vyborg, Virolahti et Vehkalahti.

En 1350, on fonde le manoir de Kymi. En 1380 il sera donné par Bo Jonsson Grip au Monastère de Vadstena. En 1440 on construit la chapelle du manoir de Kymi rattachée à Pyhtää. En 1556, durant le règne de Gustave Ier Vasa, le manoir de Kymi devient manoir royal et de ce fait le Centre du gouvernement du comté de Kymenkartano.

La ville fortifiée de ruotsinsalmi[modifier | modifier le code]

Après la guerre russo-suédoise de 1788-1790 et en particulier à la suite de la bataille de Svensksund les Russes construisent dans les années 1790 la forteresse maritime de Ruotsinsalmi et la forteresse de Kymi. Cette double fortification a pour objectif de contrer la double fortification de Svartholm et de Viapori.

La forteresse maritime de Ruotsinsalmi comprend le fort Katarina dans l'île de Kotkansaari, le fort Elisabet dans l'île de Varissaari et fort Slava dans l'île de Kukouri et de petites fortifications dans les îles voisines. Dans l'est de Kotkansaari, les russes construisent un port et une véritable ville de garnison avec sa caserne et ses entrepôts.

Sur le continent, à proximité de l'ancien manoir de Kymi on construit la forteresse de Kymi à l'endroit où la route royale passe sur le fleuve kymijoki. La première forteresse qu'on appelle à l'époque forteresse Kymijo est agrandie en 1803 et recouvre toute la partie septentrionale de l'île de Hovinsaari.

La population de la ville fortifiée est majoritairement composée de russes orthodoxes. La population s'élève à environ 8 000 personnes, c'est-à-dire à peu près autant qu'à Turku la capitale finlandaise de l'époque. La population luthérienne de Kymi s'élève à l'époque à 2 000 habitants.

Les fortifications perdent bientôt leur intérêt quand, à la suite de la guerre de Finlande en 1809, la Finlande passe sous domination russe. La frontière russo-suédoise est alors déplacée du kymijoki à la torniojoki. Ceci fait, Alexandre Ier de Russie décide de reléguer Ruotsinsalmi en forteresse de seconde classe et rejette la demande de fondation d'une ville. La ville fortifiée de Ruotsinsalmi commence à se vider de sa population, et il n'y reste que quelques centaines d'habitants. De nombreux commerçants russes, comme la famille Sinebrychoff par exemple, s'installent entre autres à Helsinki.

En 1855, pendant la guerre de Crimée, la flotte franco-britannique bombarde la forteresse maritime de Ruotsinsalmi et la ville fortifiée est détruite en grande partie dans les incendies. De nos jours, les bâtiments de cette époque les mieux conservés sont l'église orthodoxe Saint-Nicolas datant de 1801, et la forteresse Kyminlinna qui en raison de sa localisation n'a pas subi les activités guerrières.

Le , le sénat du Duché de Finlande déclare la fondation de la ville de Kotka[4].

En 1879 les parties méridionales de kotkansaari et de hovinsaari sont détachées du comté de Kymi et Kotka devient une ville avec les droits maritimes et de clocher[4]. Son premier plan cadastral date de 1878 et on décide d'un maillage des rues hippodamien. En 1890, la voie ferroviaire Kotka-Kouvola renforce la position de Kotka en tant que ville industrielle et portuaire par rapport à Hamina. Après la Seconde Guerre mondiale on crée le nouveau comté de Kymi avec Kotka comme centre temporaire.

L'extension de Kotka[modifier | modifier le code]

À l'origine, Kotka n'est composée que des parties méridionales de kotkansaari et de hovinsaari mais son développement très rapide exige un territoire plus étendu. En 1884, on ajoute une grande partie de Hovinsaari et de Hietanen. En 1948, on ajoute kyminlinna, c'est-à-dire la partie septentrionale de hovinsaari. En 1954, on ajoute entre autres les villages de Mussalo, Ruonala, Lankila et de Sutela et les quartiers de Karhuvuori et de Aittakorpi. En 1965, on ajoute l'île de tiutinen qui appartenait à Karhula[d 1]. En 1974, on ajoute le comté de Haapasaari qui s'était détaché de Kymi en 1913. En 1977, Kotka, Karhula et Kymi s'associent et Kotka couvre alors presque entièrement les zones qui ont appartenu à Kymi à différentes époques[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama de Kotka vu de la tour d'observation de Kuusinen
Panorama de Kotka vu de Haukkavuori.

Située au bord du golfe de Finlande et dans le delta du kymijoki, la ville est proche de la frontière russe (65 km du poste frontière de Vaalimaa).

Kotka a de nombreuses îles dont les plus grandes sont Mussalo, Kirkonmaa, Kuutsalo et Kotkansaari. D'autres îles importantes sont Haapasaari, Hovinsaari et Kolkansaari, Tiutinen, Varissaari et Kukouri.

Kotka n'a que deux petits lacs d'environ un kilomètre de diamètre et quelques étangs d'environ 330 mètres de diamètre. Les lacs Laajakoskenjärvi et Rapakivenjärvi sont des zones Natura 2000.

Avec une altitude de 87 mètres, le point le plus haut de Kotka est le mont Suurivuori à la frontière avec Hamina. Les autres éminences sont l'aérodrome de Kymi (72 mètres) et le mont Haukkavuori (69,1 mètres). Le substrat rocheux est principalement en granite rapakivi. À l'est de Kotka se trouve le pitkittäisharju. Les rivages argileux du Kymijoki et du Nummenjoki sont d'anciens marécages asséchés pour l'agriculture. Le marécage le plus important proche de Pyhtää est le Mustanjärvensuo qui appartient au parc national de Valkmusa.

L'influence de la mer Baltique donne au sud de la ville un climat océanique alors que les parties plus septentrionales ont un climat plus continental.

Kotka est entourée par les municipalités de Pyhtää à l'ouest, Anjalankoski au nord et Hamina à l'est.

Transports[modifier | modifier le code]

Helsinki est distante de 135 km, reliée par la route nationale 7 (E18) qui sera bientôt une autoroute sur la totalité du trajet. Kotka est aussi traversée par la nationale 15.

Le port de Mussalo et le port de Hietanen qui font partie du port de Hamina-Kotka sont situés à Kotka.

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1980, l'évolution démographique de Kotka est la suivante[6],[1],[7]:

Année 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010
population 60 752 58 956 56 634 55 903 54 846 54 838 54 824
Année 2015 2020
population 54 525 51 889

Économie[modifier | modifier le code]

Située sur l'une des principales routes du bois, à l'embouchure d'un des bras de la Kymi, la ville s'est agrandie en même temps que se développait le commerce et les industries du bois. Aujourd'hui c'est le premier port exportateur de bois de Finlande.

Emploi[modifier | modifier le code]

Les plus importants employeurs de Kotka sont[8]:

Employeurs Nombre
d'employés
Ville de Kotka 3 533
Carea Kotka 1 310
Steveco Oy 619
Kotka Mills 500
Sulzer Pumps Finland Oy 470
Ekami/Kotka ja Hamina 414
Ahlström Glassfibre Oy - Usine de Karhula 313
Vaasan Oy 263
Osuuskauppa Ympyrä 256
Université des sciences appliquées du Kymenlaakso 241

Administration de Kotka[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le maire est Henry Lindelöf. Pour la période 2009 – 2012 les 51 conseillers municipaux sont répartis comme suit[9] :

Parti Sièges
Parti social-démocrate de Finlande 15
Parti de la Coalition nationale 14
Alliance de gauche 8
Vrais Finlandais 4
Ligue verte 4
Chrétiens-démocrates 2
Parti du centre 2
Parti populaire suédois de Finlande 1
Alternative démocratique de Kotka 1

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Kotka a de nombreux sites et monuments historiques dont:

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

On peut aussi y voir des statues et monuments mémoriaux publics.

Culture[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Kotka a dix villes jumelles[10]:

Jumelages et partenariats de Kotka.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Kotka.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Stema judetul brasov nou.pngBrașov[11]Flag of Romania.svgRoumaniedepuis
Flag of Fredrikstad.svgFredrikstad[12],[11]Flag of Norway.svgNorvègedepuis
POL Gdynia flag.svgGdynia[13],[14]Flag of Poland.svgPolognedepuis
Glostrup Kommune coa.svgGlostrup[14]Flag of Denmark.svgDanemarkdepuis
Hissflagge der Stadt Greifswald.svgGreifswald[15],[11]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis
Klaipeda City Flag.svgKlaipėda[16],[11]Flag of Lithuania.svgLituaniedepuis
Landskrona fulla vapen.svgLandskrona[17],[14]Great coat of arms of Sweden.svgSuèdedepuis
Flagge Luebeck.svgLübeck[11]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis
Flag of Sillamäe.svgSillamäe[18]Flag of Estonia.svgEstonie
Taizhou[14]Flag of the People's Republic of China.svgChinedepuis
Flag of Tallinn.svgTallinn[14]Flag of Estonia.svgEstoniedepuis

Personnalités[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arvi Ulvinen, Kymin historia, Kymin kunta, seurakunta ja Karhulan kauppala, vol. 1, Kymin seurakunta, , 782 p.
  1. Kymin historia v1 p. 91
  2. Kymin historia v1
  1. Kymin historia v2 p. 435

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fi) « Suomen asukasluvut kuukausittain – Kunnittain aakkosjärjestyksessä », Väestörekisterikeskus, (consulté le )
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le )
  3. de la Ligue hanséatique
  4. a et b (fi) « Kotkan synty ja kasvu », Kotkan kaupunki (consulté le )
  5. (fi) « Kymi », Suomen Sukututkimusseura, (consulté le )
  6. (fi) « Väestö kielen mukaan sekä ulkomaan kansalaisten määrä ja maa-pinta-ala alueittain 1980 - 2012 », Tilastokeskus, (consulté le ) (au périmètre du 1er janvier 2013)
  7. (fi) « Ennakkoväkiluku sukupuolen mukaan alueittain 2018 », Tilasokeskus, (consulté le )
  8. (fi) « Ville de Kotka », (consulté le )
  9. (fi) « Valtuustoryhmät », Ville de Kotka, (consulté le )
  10. « Kansainvälinen toiminta », Ville de Kotka (consulté le )
  11. a b c d et e « Kansainvälinen toiminta, Ystävyyskaupungit », Kotka (consulté le )
  12. « Plan for internasjonalt samarbeid 2018-2021 VEDTATT AV FORMANNSKAPET 19.04.2018 », Fredrikstad, (consulté le )
  13. « Biuletyn Informacji Publicznej Urzędu Miasta Gdyni », Gdynia (consulté le )
  14. a b c d et e « Kansainvälinen toiminta, Ystävyyskaupungit », Kotka (consulté le )
  15. « Kotka », Greifswald (consulté le )
  16. « KOTKA, SUOMIJA », Klaipėda (consulté le )
  17. « Vänorter, Kotka », Landskrona (consulté le )
  18. « Ystävyyskuntasuhteet: », Sillamäe (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :