Virolahti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Virolahti
Héraldique
Héraldique
L'hôtel de Vaalimaa
L'hôtel de Vaalimaa
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Vallée de la Kymi
Langue(s) parlée(s) unilingue finnois
Démographie
Population 3 394 hab.[1] (2015)
Densité 6,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 60° 30′ 36″ N 27° 41′ 00″ E / 60.51, 27.6833460° 30′ 36″ Nord 27° 41′ 00″ Est / 60.51, 27.68334
Altitude Min. 0 m – Max. 60 m
Superficie 55 892 ha = 558,92 km2 [2]
· dont terre 371,95 km2 (66,55 %)
· dont eau 186,97 km2 (33,45 %)
Rang superficie (212e / 336)
Rang population (218e / 336)
Histoire
Province historique Carélie
Province Finlande méridionale
Fondation 1336
Droits de Cité depuis non
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Virolahti

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Virolahti

Virolahti est une municipalité de l'extrême sud-est de la Finlande. C'est là que la frontière russe rejoint le Golfe de Finlande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village devient officiellement suédois lors du Traité de Nöteborg en 1323. La paroisse est fondée quelques années plus tard et est de ce fait la plus vieille paroisse de la région de la Vallée de la Kymi.

Le village reste relativement dépourvu d'importance, et est cédé à la Russie par le Traité d'Åbo, qui solde la défaite suédoise dans la Guerre russo-suédoise de 1741-1743. Il fait donc partie de l'Ancienne Finlande, la partie annexée par la Russie dès avant 1809.

La Vieille Finlande est rattachée à la Nouvelle Finlande en totalité en 1812, peu après le Traité de Hamina (fin de la Guerre de Finlande). La municipalité est scindée en deux en 1887, le nord devenant Miehikkälä.

En 1940, à la fin de la Guerre d'Hiver, la partie est de la commune est cédée à l'URSS, comme l'essentiel de la partie sud de la Carélie. D'importante fortifications deviennent nécessaires pour protéger la nouvelle frontière et Virolahti marque le point de départ du Salpalinja, ligne de fortifications construite à partir de 1940. La Guerre de Continuation éclate en 1941, et la défaite finlandaise en 1944 entérine la perte de l'Est de la commune.

Paradoxalement, Virolahti bénéficie finalement de ce nouveau tracé de la frontière: la municipalité hérite du plus important point de passage entre la Russie et la Finlande, le poste de Vaalimaa, qui voit actuellement passer plus de 2 millions de personnes par an.

Géographie[modifier | modifier le code]

La côte du Golfe de Finlande est rocheuse et découpée. Plusieurs îles appartiennent au Parc national du Golfe de Finlande oriental, mais l'accès aux îles plus proches de la frontière est très réglementé.

La population se répartit dans de nombreux villages essentiellement agricoles. Le centre administratif, traversé par la nationale 7 (E18) se situe à 10 km de la frontière.

La ville la plus proche, Hamina, est à 32 km à l'ouest, et Helsinki est à 178 km. De l'autre côté, Saint-Pétersbourg est à 230 km.

La municipalité est entourée par les communes de Miehikkälä au nord et Hamina à l'ouest.

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1980, l'évolution démographique de Virolahti est la suivante[3],[1] :

Année 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2015
population 4 514 4 334 4 186 4 033 3 904 3 641 3 516 3 394

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fi) « Suomen asukasluvut kuukausittain – Kunnittain aakkosjärjestyksessä », Väestörekisterikeskus,‎ (consulté le 18 mai 2015)
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le 29 décembre 2012)
  3. (fi) « Väestö kielen mukaan sekä ulkomaan kansalaisten määrä ja maa-pinta-ala alueittain 1980–2012 », Tilastokeskus,‎ (consulté le 9 juillet 2014) (au périmètre du 1 janvier 2013)