Marie-Madeleine Fourcade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Madeleine Fourcade
Image dans Infobox.
Marie-Madeleine Fourcade
(photographie d'une fausse carte identité utilisée durant ses opérations de résistance).
Fonction
Députée européenne
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Marie-Madeleine BridouVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
HérissonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinctions

Marie-Madeleine Fourcade, née le à Marseille et morte le à Paris, est une résistante française. Elle fut, pendant la Seconde Guerre mondiale en France, responsable de l'un des plus importants réseaux de résistance ayant agi pour les Britanniques, l'Alliance, également connu sous le sobriquet d'« Arche de Noé », à cause des pseudonymes animaliers choisis pour ses membres.

Elle succéda comme chef du réseau de résistance de droite Alliance à son fondateur Georges Loustaunau-Lacau après l'arrestation de celui-ci en 1941. Elle est la seule femme à avoir dirigé un grand réseau de résistance en France, et l’une des rares en Europe avec la Belge Andrée De Jongh[1].

Avant-guerre[modifier | modifier le code]

« Rien dans le parcours de cette jeune femme de la haute bourgeoisie, élevée au couvent des Oiseaux et pianiste avertie, ne préfigure un tel destin »

— Max Lagarrigue (en)[2].

Née Marie-Madeleine Bridou, elle est mariée avant sa majorité au futur colonel Édouard Méric. C'est sous ce nom qu'elle apparait dans les documents de la Seconde Guerre mondiale. Elle prendra le nom de Fourcade en 1947 après son remariage, nom sous lequel elle publiera ses souvenirs en 1968[3]. « Mariée avant sa majorité à un officier, elle prend rapidement sa liberté. Menant dès lors une vie très indépendante, elle travaille comme journaliste et collabore avec l’écrivain Colette à une émission de radio parisienne », indique Max Lagarrigue[2]. Mère de deux enfants, un fils né en 1929, et une fille née en 1932, la jeune mère de famille les confie à leur grand-mère par l'intermédiaire d'un policier, Simon Cotoni (plus tard membre du réseau Ajax et chargé de la liaison avec celui d'Alliance)[4]. Le couple Méric se sépare quand Édouard se voit muté aux Affaires indigènes du Maroc[5].

En 1936, elle rencontre deux camarades de son beau-frère Georges Georges-Picot, officier supérieur : Charles de Gaulle et Georges Loustaunau-Lacau. Déjà chroniqueuse (de mode) à Radio-Cité, elle accepte une proposition de travail du second[4], qui cherche à unir les mouvements de droite nationaliste et d'extrême-droite[6] contre le Front populaire. Elle est donc associée aux réseaux Corvignolles, puis elle est secrétaire générale[7] du groupe de publication nationaliste et antisémite La Spirale (publiant notamment la revue L'Ordre national) qu'anime — sous le pseudonyme de Navarre — Loustaunau-Lacau[8],[9].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Marie-Madeleine Méric, toujours à la tête de La Spirale en 1939, décide de « saborder » L'Ordre national après la mobilisation de Loustaunau-Lacau[10]. Celui-ci, lorsqu'il revient à Paris en mai 1940, conseille à ses collaborateurs de partir vers le sud, où il les retrouvera - c'est, comme pour beaucoup de Français, l'exode. Il ne les rejoint qu'en août mais leur propose aussitôt de monter un réseau de renseignements proche du régime installé à Vichy[11], qu'il juge plus adapté pour le moment. Il demande à Marie-Madeleine Méric d'en devenir le chef d'état-major, devant mettre au point le réseau tandis que lui devra exercer des fonctions publiques plus en vue, et devant permettre une implantation rapide du projet (notamment en zone occupée). Méric n'est pas très enthousiaste à cette idée, mais Loustaunau-Lacau semble n'avoir confiance pour cette tâche qu'en elle[12],[13].

Prise en main[modifier | modifier le code]

La défaite attire les déçus de l'armistice dans les rangs de la petite organisation. Selon Rémi Kauffer, si Loustanau-Lacau conserve une certaine sympathie, alors, pour Pétain, Marie-Madeleine Méric le voit surtout comme un ambitieux[4]. Une liaison entre zone occupée et zone non occupée est mise en place[14]. Loustaunau-Lacau, souhaitant prendre contact avec les services britanniques et avec l'organisation montée par son ancien camarade de Gaulle, envoie par Pierre Fourcaud (adjoint du colonel Passy) et Pierre Dupuy (ambassadeur du Canada en France) des propositions à Londres[15]. Il envoie qui plus est un ambassadeur personnel, Jacques Bridou, frère de Marie-Madeleine, mariée depuis peu à une citoyenne britannique[16]. Le résultat est en demi-teinte, de Gaulle n'acceptant qu'une complète allégeance à sa personne, ce que Loustaunau-Lacau est très loin de goûter ; les Britanniques en revanche sont intéressés, les premiers renseignements ramenés par Fourcaud montrant l'intérêt d'une liaison avec ce groupe[17].

Méric durant ce temps organise ses troupes : recrutement et orientation des nouveaux arrivants, quadrillage de la zone libre, préparation de filières de passage de la ligne de démarcation et d'évasion vers l'Espagne[18]. Son travail à Vichy est couvert par le général Baston, qui organise le camouflage de leur organisation. Elle commence notamment à recruter dans les milieux de la Marine, via l'officier-mécanicien Henri Schaerrer, auprès de l'« Amicale des Marins de France ». Cette amicale est installée à Marseille et dirigée par un officier du Bretagne coulé à Mers el-Kébir, Jean Boutron, et secondé par les lieutenants de vaisseau Gabriel Rivière et Émile Audoly[19], qui sont chargés par Méric du renseignement dans le secteur de Marseille. Elle recrute à Monaco un professionnel du renseignement, le colonel Charles Bernis, vieil ami de Loustaunau-Lacau[20]. Celui-ci accepte avec peu d'enthousiasme d'être sous les ordres d'une femme[21], mais dirige dès lors la centrale-renseignement qui est installée à Pau[22].

Fin 1940, l'organisation passe en totale clandestinité ; Loustaunau-Lacau, délégué général à la Légion française des combattants, utilise ses fonctions pour passer facilement en zone occupée. Méric doit utiliser des ausweis fournis par un entrepreneur collaborationniste, et elle est contrôlée dès son premier passage ; elle arrive néanmoins à rejoindre l'ancien siège de L'Ordre national, où elle s'installe. Mais Loustaunau-Lacau s'aperçoit qu'elle intéresse déjà les services allemands, et la fait repartir pour le sud[Note 1]. Entretemps, elle a pu recruter le chef de secteur pour Paris, Armand Bonnet[24]. De retour à Vichy, elle fait déménager leur quartier général pour rejoindre Pau, estimant que leur sécurité n'y est plus optimale.

Le , Loustaunau-Lacau rencontre les Britanniques au Portugal[25], en la personne de Kenneth Cohen de l'Intelligence Service[Note 2], alias « Crane »[26]. Tous deux se mettent d'accord sur leurs relations futures : les Britanniques fourniront les moyens nécessaires au développement du réseau, et auront en échange la primeur des renseignements récoltés, ceux-ci étant ensuite également fournis à la France libre[Note 3]. Méric a organisé son état-major : son adjoint est désormais le sous-officier Maurice Coustenoble, de l'armée de l'Air ; Henri Schaerrer prend la tête de la zone occupée. Elle organise les budgets, mais la lenteur des transmissions génère de la frustration auprès de ses équipes[27].

À la suite de la rencontre du commandant Léon Faye, sous-chef d'état-major de l'armée de l'Air en Afrique, Loustaunau-Lacau prépare avec lui un complot visant à faire passer en dissidence l'entièreté de l'armée d'Afrique. Toutefois, le complot tourne court : Faye est arrêté à Alger le 22 mai 1941, Loustaunau-Lacau est exfiltré par un de ses contacts mais finalement arrêté le 18 juillet à Pau, et emprisonné par la police française ; le général Baston est également arrêté[28]. Malgré ces arrestations et celle de Schaerrer le 11 juillet, et malgré les doutes de ses subordonnés[29], Marie-Madeleine Méric décide de prendre seule la tête du « réseau SR Alliance », ce qu'elle annonce par un simple télégramme radio à l'Intelligence Service. C'est sous son indicatif « POZ 55 » qu'elle prévient Londres de l'arrestation du No 1 du groupe[30], rédigeant tout au masculin[31],[32] ; Loustaunau-Lacau n'a pas transmis son identité aux Britanniques, qui ne connaissent que ses fonctions au sein du réseau, et la confiance que « Navarre » lui porte. Elle prend un chef d'état-major, « Gavarni », et gère les urgences, le temps que Loustaunau-Lacau redevienne disponible. Le chef du secteur de Paris s'adonnant au marché noir, il est remplacé par son homologue de Bretagne[33] ; en août, un premier parachutage avec comité de réception est organisé[34], et en octobre, six émetteurs[35] sont en fonction.

En octobre, le procès de Loustaunau-Lacau et de Faye, qui a pris place à Clermont-Ferrand, est rendu : les accusés sont exclus de l'armée et condamnés à de la prison ferme. Si Faye n'écope que de quelques mois, une peine de deux ans est appliquée à Loustaunau-Lacau, ce qui confirme le nouveau statut de Méric. Un nouveau parachutage d'un opérateur-radio, accompagné de matériel et d'un budget de plusieurs millions de francs confirme la confiance des Britanniques[36]. Ces bonnes nouvelles sont mises à mal par de nombreuses arrestations : tous les agents du secteur de Paris[37], le chef du secteur de Dordogne[38] puis celui de Lyon-Dijon, les agents du secteur interdit du Nord[39], et enfin l'état-major de Méric au grand complet à Pau sont appréhendés. Elle-seule, prévenue par une prémonition de Coustenoble, peut y échapper ; elle rejoint l'Espagne par Boutron (qui a été nommé responsable du SR-Marine à l'ambassade de France à Madrid), et y rencontre les émissaires des services britanniques. Ceux-ci, bien qu'étonnés par son identité, lui conservent leur confiance ; le secteur de Marseille étant toujours actif assure l'intérim[40], néanmoins « Gavarni », mis en liberté surveillée, agit désormais de façon douteuse[41]. Méric rentre en France fin décembre[42].

Nouvel état-major[modifier | modifier le code]

En Espagne, Méric a pu corriger quelques écueils dans la transmission des renseignements avec Londres ; elle repart en France avec deux émetteurs supplémentaires. À Marseille, elle revoit enfin « Gavarni », qui lui expose la possibilité de faire libérer tous les agents pris par la police française, à condition que le réseau travaille directement pour les services vichystes ; il continuerait à garder une liaison avec les Britanniques pour obtenir des moyens supplémentaires. Méric semble accepter (les agents de l'état-major sont libérés[43]), mais préfère court-circuiter définitivement « Gavarni », en le remplaçant par Léon Faye, récemment sorti de prison, qu'elle convainc de rejoindre l'action clandestine[44]. Le PC est installé à Marseille, et le recrutement est grandement facilité par les contacts que Faye a dans l'armée de l'Air, et qui ont été ravivé par son procès : les officiers Édouard Kauffmann, Jean-Baptiste Morraglia, Fernand Alamichel, le normalien Georges Lamarque et bien d'autres sont autant de cadres que le réseau peut ajouter à ses membres[44].

Le réseau prenant de l'ampleur change l'identification de ses membres, en adoptant des totems animaliers[Note 4]. Dès lors, Marie-Madeleine Méric est « Hérisson », Faye - qui est également le chef militaire du réseau - prend le pseudonyme d'« Aigle »[45],[46]. Méric est toutefois sommée de se livrer à la police par son beau-frère Georges-Picot ; Boutron est arrêté. Si la confrontation avec les autorités de Vichy tourne en la faveur de Méric (elle est relâchée[47] ; ses activités sont surveillées mais non entravées ; les agents, Boutron excepté, arrivent à se disculper), le retour en avril de Pierre Laval à la tête du gouvernement les plongent à nouveau dans la clandestinité totale. Dans le Sud-ouest, Marie-Madeleine Méric s'appuie sur le commissaire Jean Philippe dit « Basset », chef du secteur de Toulouse[9]. Le même mois, Alamichel, chef du secteur de Paris, propose à Méric de prendre à eux deux la tête du réseau, écartant Faye et passant totalement sous le contrôle de De Gaulle[48]. Méric y voit des ambitions plus personnelles et tente d'écarter Alamichel de Paris, le remplaçant par Maurice de Mac Mahon[49] ; Alamichel refuse une nouvelle affectation et crée un réseau parallèle[50].

Opérations de résistance et arrestations[modifier | modifier le code]

Fausse carte d'identité de Marie-Madeleine Méric (avant 1944).

Sur demande du MI6, Méric prend contact avec le général Henri Giraud, dont la personne intéresse fortement les Alliés. Évadé de la forteresse de Königstein en , le général Henri Giraud est soutenu par Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt, qui espère ainsi disposer en Algérie d'un appui plus docile (et plus populaire en Afrique du Nord) que Charles de Gaulle. Toutefois, les prétentions de celui-ci (qui souhaite prendre la tête de la Résistance pour toute l'Europe[51]) sont telles qu'aucune suite n'est donnée pour un moment[52]. Finalement, c'est l'imminence du débarquement allié en Afrique du Nord qui précipite les choses : l'opération Minerve, prévue pour le , sous la responsabilité de Faye et de Bernis, prévoit le départ en sous-marin (le HMS Seraph) depuis la plage du Lavandou, du général Giraud pour Gibraltar'"`UNIQ--nowiki-000000BB-QINU`"'53'"`UNIQ--nowiki-000000BC-QINU`"'. Dans la nuit du au [54], à la suite de plusieurs retards, le transfert est enfin fait[9].

Un autre transport est prévu pour le lendemain, mais le PC de Marseille est investi au matin : Méric, Faye, Jacques Bridou, les radios, secrétaire et agent de liaison sont arrêtés par la police française, à la suite d"écoutes menées par la radiogoniométrie allemande[Note 5]. Heureusement pour eux, certains policiers sont membres du réseau Ajax et les aident à maquiller ou cacher les documents pris ; toutefois une souricière est mise en place pendant que les prisonniers sont retenus au poste. La nouvelle du débarquement allié change apparemment l'attitude des autorités : Faye est convoqué à Vichy pour rencontrer Laval et René Bousquet[55]. Mais l'armée allemande envahit la zone libre sans que l'armée d'armistice ne soit mobilisée ; Faye est interné, mais Méric et ses camarades ont réussi à convaincre plusieurs policiers, chargés de les convoyer en prison, de les rejoindre. La totalité de l'équipe, Faye excepté, s'évade[56]. Loustaunau-Lacau, évadé le , est repris, mais a eu le temps de confirmer à Marie-Madeleine qu'elle doit désormais assurer seule la direction du réseau de résistance[57]. Le , le colonel de Tournemire, chef des Compagnons de France, rejoint le réseau qui prévoit l'armement de l'ensemble des Compagnons (17 000 hommes) au moment nécessaire[58]. Le , Faye s'évade en compagnie du général Cochet ; celui-ci accepte que son propre réseau intègre celui de Méric[59], permettant l'implantation du réseau dans la Creuse[60].

Faye doit rejoindre Londres, afin de présenter les nouvelles possibilités, de prendre contact avec Giraud et de Gaulle, et de se mettre à l'abri. Lui et Méric, qui ont entamé une relation, font également le point avant son départ sur les mauvaises nouvelles : le budget du réseau a été subtilisé par le chef du secteur de Nice, qui tente d'organiser une scission[61]. Alamichel a été arrêté, la région Nord est à reconstruire[62]. Les membres du secteur parisien pris en 1941 ont été fusillés. Malgré tout, le réseau compte près de 1 000 agents, il couvre tout le territoire métropolitain[63]. Durant l'absence de Faye, Méric, enceinte (elle mettra au monde un fils en juin 1943[64]) fait régulièrement déplacer son PC dans différentes localités de la Corrèze et de la Dordogne. Le commissaire Philippe, chef du secteur de Toulouse, est fait prisonnier, et d'autres arrestations surviennent, venues selon Méric du retournement d'Alamichel[65] : la capture du PC d'Édouard Kauffmann et de sa famille (lui-même parvenant à s'échapper) convainc Méric de partir dans une autre région. Le PC s'installe alors à Lyon, pour apprendre que le secteur a lui aussi subi des dégâts ; au final, les violations de règles de sécurité[66], la capture de l'agent chargé de construire le secteur de Strasbourg[6] et le retournement d'Alamichel ont provoqué des pertes importantes. Seuls la région Centre, et les secteurs de Vichy et de Grenoble sont épargnés[67].

Mais Méric s'appuie sur Kauffmann, nouveau chef d'état-major, pour reconstruire une fois encore[68] : elle adopte cette fois une organisation décentralisée, permettant à des sous-réseaux d'être plus autonomes (ayant des émetteurs dédiés) et de cloisonner plus facilement les activités. Ainsi naissent les « Druides », dirigé par Georges Lamarque et rassemblant principalement des membres des Compagnons de France[68], qui vont apporter les premiers renseignements de confirmation concernant les V1 et les V2, qui intéressent grandement Londres. Le sous-réseau « Sea Star », dirigé par Joël Lemoigne, rassemble les informations des différentes bases militaires de la côte Atlantique ; l'un des agents, Jacques Stosskopf, est au cœur même de la base de sous-marins de Lorient, qu'il parvient à cartographier entièrement[69]. Kauffmann, en plus de l'état-major, dirige une équipe de protection et d'action, les « Apaches »[70]. La traque allemande étant de plus en plus précise, et Lyon étant devenu le rendez-vous de toute l'activité clandestine de France, Méric part pour Paris[71], envoyant ses enfants en Suisse[Note 6].

Le , elle convoque les principaux responsables de secteur du réseau rue Raynouard à Paris. La réunion est faite pour faire le point sur l'orientation du réseau, dont les membres voient la querelle De Gaulle - Giraud, alors en cours à Alger, d'un mauvais œil. Faye fait le point sur ses rencontres avec les dirigeants français. D'une part, le réseau reste en contact avec la France libre, via Claude Hettier de Boislambert[73] ; d'autre part, pour arrêter les rumeurs courant sur le réseau et l'accusant d'être notamment pétainiste, le général Giraud doit ordonner sa militarisation et son intégration aux forces militaires françaises[74],[75]. Le réseau a été baptisé[Note 7], et reste à disposition des services britanniques. Lors d'un vote à main levée avec les responsables de chacun des secteurs, Paul Bernard est désigné comme successeur potentiel de Méric et de Faye, la première devant rejoindre Londres quelques jours plus tard pour obtenir l'officialisation de la militarisation demandée.

Le , Méric s'envole pour l'Angleterre afin de rencontrer Sir Claude Dansey, le grand patron de l'Intelligence Service britannique, qui la félicite pour la durée de son commandement : un chef de réseau ne dure pas plus de six mois d'affilé en moyenne, mais elle a tenu trente-deux mois[77]. Elle reste confinée dans une maison de style très anglais, au 10 Carlyle Square[78]. En août, Faye la rejoint en Angleterre, en apportant notamment des informations concernant la mise au point des nouvelles armes allemandes[Note 8]. Malgré leur volonté de retourner en France auprès de leurs troupes, Dansey refuse à Méric cette possibilité, lui expliquant que les risques sont trop importants et que son aide est précieuse à Londres, où elle peut mieux que quiconque décrypter la situation sur le terrain qu'elle connaît bien. Elle accepte cette situation, mais pas Faye, qui préfère repartir ; Méric refuse de lui ordonner de rester[80]. Les craintes de Dansey se confirment rapidement : Faye est arrêté avant de pouvoir remettre le pied dans Paris, par la SIPO-SD de Dijon, le , sur dénonciation d'un agent français de l'Abwehr, Jean-Paul Lien, infiltré dans l'équipe des « Apaches ». Le 21, c'est au tour de Kauffamnn ; près de 200 arrestations suivent. La perte de Léon Faye est un coup dur pour Marie-Madeleine ; c'est Paul Bernard qui prend la suite[4], nommé chef du réseau à la suite de la militarisation de celui-ci[81],[82].

À la suite de cette hécatombe, qui réduit fortement l'influence du réseau, les services britanniques poussent Méric à se rapprocher du BCRA ; si les échanges avec Passy sont difficiles, les services giraudistes ne la soutiennent pas non plus[83]. Méric assiste par procuration à la multiplication des arrestations au sein de son réseau, à l'annonce de la mort de nombreux amis. Mais à partir de février-, en accord avec André Manuel, numéro deux du BCRA, Méric obtient la fusion entre l'Alliance et le BCRA (qui devient la Direction générale des études et recherches). Michèle Cointet estime que Méric a favorisé ce rattachement, en espérant que le BCRA lui laisserait plus de latitude que les Britanniques dans le contrôle de son réseau, et autoriserait plus facilement son retour en France[84]. Le , c'est d'ailleurs au tour de Paul Bernard de tomber. Toujours retenue en Angleterre, Marie-Madeleine Méric propose au MI6 Jean Roger, dit Sainteny, pour la suppléer et transmettre leurs instructions pour le nord de la France, le sud-est et le sud-ouest restant sous le contrôle de deux chefs de secteur encore épargnés. Pendant ce temps, Méric rédige des rapports pour le Comité français de libération nationale concernant les membres du réseau suspectés de trahison[85]. En juin, peu après le débarquement de Normandie, Roger est capturé, et les Britanniques acceptent l'idée du retour de Méric en France.

Elle y retourne via un terrain d'atterrissage du BCRA. Dansey lui donne une porte de sortie en cas d'arrestation, qu'il dit n'avoir jamais donné à un autre : affirmer être envoyée par lui, non plus pour faire du renseignement, qui serait abandonné, mais pour préparer la lutte contre les communistes[Note 9]. Dansey lui dit même que si les Allemands sont incrédules, elle pourra le contacter directement par radio pour qu'il confirme cette affirmation ; du poison lui est également donné au cas où[87]. Méric vise la région sud-est, dirigée par Helen des Isnards, relativement protégée et fédératrice[88], et bientôt concernée par le second débarquement[4]. Cette sûreté n'est qu'apparente : alors qu'elle code un message annonçant aux Alliés un potentiel attentat contre Hitler, elle est arrêtée à Aix-en-Provence ; elle parvient à s'évader tout de suite[Note 10] et prévient Des Isnards, qui prend le maquis avec elle[89]. Méric peut bientôt partir pour Paris en compagnie de Lamarque. Ils y organisent le renseignement direct avec les troupes alliées, notamment avec Roger, fraîchement évadé, et suivent peu à peu l'avance des troupes de libération en les précédant sur le chemin de l'Est. Ainsi Méric et ses troupes continuent de collecter les informations pour faciliter la progression des Alliés[90], non sans mal : en plus des risques habituels, ils doivent également faire attention de ne pas se retrouver pris entre deux feux. Méric est notamment arrêtée à Verdun, où elle a installé le bureau du réseau, par les FFI locaux, avant d'être relâchée ; ayant découvert le poste radio du PC, ils la prenaient pour une espionne allemande.

Elle retourne un cours moment à Paris, où elle reçoit l'ordre de l'Empire britannique, remis en grande cérémonie[91]. Puis elle rejoint à nouveau la ligne de front, où les troupes alliées stagnent aux alentours de Gravelotte. Méric organise des sondages pour la 3e armée américaine ; un parachutage est organisé en présence du commodore Kenneth Cohen venu voir de près les parachutages qu'il organisait de loin - sa présence permet d'ailleurs d'éviter des conséquences dommageables, puisque des soldats américains le prirent pour un parachutage allemand, et tentèrent d'intervenir[92]. Méric et ses camarades, poussant jusqu'au Luxembourg[93], sont encore touchés par de nombreuses pertes, notamment celle de Georges Lamarque, fusillé à Luze avec deux autres membres[94]. Méric a mis à la disposition des troupes alliées et des autorités les autres membres et secteurs gérés par son réseau ; le reste tente de retrouver les membres prisonniers.

Mémoire de la Résistance[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale terminée, Méric continue à assurer ses responsabilités de chef de réseau. Après l'armistice, elle parcourt avec deux autres membres les différentes prisons et camps où les prisonniers d'Alliance ont été déportés. Elle en retrouve la trace mais pas forcément les corps : les autorités allemandes ont laissé des instructions particulières visant la destruction systématique du réseau et de ses membres. Ainsi, au camp de concentration du Struthoff, à Rastatt, à la prison de Kehl ou plus loin encore, de rares tombes témoignent d'exécutions plus massives ; seul Paul Bernard, mêlé au complot du 20 juillet 1944, a pu profiter d'un régime particulier pour échapper aux exécutions. Faye n'a pas eu cette chance : le 30 janvier, après avoir manqué d'être échangé contre le préfet Chiappe, il est massacré avec les autres prisonniers de Sonnenburg devant l'avancée de l'Armée rouge[95]. Son testament, retrouvé dans la forteresse de Bruchsal, reste la dernière trace qu'il subsiste de lui[96].

En 1945, l'Association Amicale Alliance (AAA)[97], dont elle assure la présidence[26], Robert Bernadac en devenant le secrétaire national et André Girard le trésorier national[98]. « Officier liquidateur » du réseau[84],[97], Méric fait établir notamment la liste de l'entièreté des 432 morts et disparus, qu'elle publie dans le « Mémorial de l'Alliance » en 1947. Elle s'occupe également de faire homologuer chaque membre[97], ce qui permet d'assurer la survie des familles restantes, parfois pillées par les Allemands, parfois sinistrées par les combats de la Libération, en leur permettant des droits à pension ou l'accès à des œuvres sociales[26]. Elle authentifie les actions, et de leur attribuer des qualifications, comme P2, P1 ou O, de demander des pensions, des décorations, d'enquêter, de collecter des archives, des témoignages pour le « Mémorial de l'Alliance »[4]. « Tout de suite, dans l'après-guerre, s'est imposé un problème dramatique, celui des femmes de résistants… »[99].

En 1947, sur la demande de Méric, une inculpation vise Fernand Alamichel, qu'elle et Faye (dans son testament[100]) tiennent toujours pour principal responsable de la quasi-destruction du réseau après son arrestation. Alamichel est jugé par les autorités militaires en 1948 ; dans le même temps, Maurice Grapin, autre membre du réseau retourné par les services allemands, est jugé par les autorités civiles. Méric et Alamichel témoignent tous deux à son procès. Alamichel accuse (sans base solide) son ancienne supérieure d'avoir trahi et dénoncé certains agents[101], la rendant responsable des arrestations (il suggère même de sa part une collaboration horizontale avec un agent de l'Abwehr)[102]. Méric quant à elle s'appuie sur les preuves matérielles que lui ont transmis les renseignements britanniques pour justifier ses dires. Elle envoie après son témoignage une lettre au président du tribunal qu'elle souhaite transmettre au jury[103]. Alamichel finit par bénéficier d'un non-lieu en novembre 1949[Note 11],[106].

Parallèlement, Méric prend fait et cause pour le général de Gaulle, en 1947, et en compagnie d'André Astoux, lance la Campagne du Timbre afin d'asseoir la popularité du Général et de remplir les caisses du Rassemblement du peuple français[107]. Elle se remarie le 20 novembre 1947 avec le Français libre Hubert Fourcade, avec lequel elle a trois autres enfants.

Plaque de la rue Marie Madeleine Fourcade à Lyon (août 2017).

En 1958, en pleine crise institutionnelle sous la IVe république, elle mobilise avec André Astoux ses anciens compagnons de la Résistance et milite pour le retour du général de Gaulle au pouvoir. Vice-présidente du Comité d'action de la Résistance, sous la Ve République, elle soutient par la suite Dominique Ponchardier, Voltaire Ponchel ou Charles Pasqua. Elle préside le Comité d'action de la Résistance (CAR) à partir de décembre 1962, ainsi que le jury d'honneur au procès de Maurice Papon en 1981.

Elle publie en 1968, sous le titre « L'Arche de Noé », ses souvenirs de résistance pendant la guerre.

Vice-présidente de l'Union Internationale de la Résistance et de la Déportation depuis 1960 et de l'Association nationale des médaillés de la Résistance (depuis 1947), membre de la LICRA[108], elle est députée européenne entre 1980 et 1981, et représentante à l'Assemblée des Communautés européennes (1981-1982). Elle préside en 1982 La Défense des intérêts de la France en Europe. Ses derniers combats concernent le règlement de la crise libanaise d'une part, et le procès Klaus Barbie à Lyon d'autre part.

Marie-Madeleine Fourcade meurt à 79 ans, le à l’hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce. Le gouvernement français et les derniers survivants du réseau lui rendent un hommage solennel le à l'occasion de ses obsèques en l'église Saint-Louis-des-Invalides et de son inhumation au cimetière du Père-Lachaise à Paris (division 90). La place Marie-Madeleine-Fourcade à Paris, lui rend hommage, tout comme la rue Marie Madeleine Fourcade à Lyon.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le fournisseur de son faux ausweis, un trafiquant de marché noir, l'a fait placer sous surveillance[23].
  2. Il y est l'assistant de Claude Dansey, alors vice-directeur du MI6 ; il a également participé au debriefing de Jacques Bridou lors de son premier passage à Londres.
  3. Ce dernier point ne sera pas mis en place, à la suite de l'arrestation de Pierre Fourcaud, seul contact gaulliste du réseau, en août de la même année.
  4. Selon Fabrice Grenard, Méric pense au début utiliser des noms de fleurs, mais change d'idée pour éviter une touche trop féminine[6].
  5. Depuis l'été 1942[6], les forces allemandes ont le droit de goniométrer dans la zone libre, mais n'ont pas la possibilité d'intervenir directement dans les opérations de police qu'ils peuvent déclencher ; c'est l'Aktion Donar.
  6. On les y prendra pour les enfants du général Giraud ; enfermés dans un camp de réfugiés, ils en seront tirés par Cottoni, qui les enverra dans leur famille à Villars-sur-Ollon[72].
  7. Méric avait jusqu'alors refusé qu'un terme générique regroupe l'ensemble de son réseau, estimant que celui-ci ne pourrait que nuire à leur protection[76].
  8. C'est dans cette base que seront élaborés les futurs V1 et V2. Ce rapport, établi grâce aux renseignements de l'agent des Druides Jeannie Rousseau (Amniarix), est la « confirmation indispensable », selon les termes des services britanniques, concernant les détails de la production de ces nouvelles armes, dont l'existence et la nature sont rapportées en septembre par la résistance danoise[79].
  9. Dansey ne fut pas toujours tendre et paternaliste avec elle, l'appelant parfois (dans son dos) « Cohen's bitch », en référence à sa proche relation avec Crane[86].
  10. Le responsable du corps de garde est fusillé pour cette faute.
  11. Il est néanmoins avéré qu'Alamichel est, à partir du 21 janvier 1943, un agent double (sous le pseudonyme de Titus)[104] travaillant désormais in fine pour l'Abwehr[105].

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Résistance, Encyclopédie Larousse, (lire en ligne).
  2. a et b Lagarrigue 2007.
  3. Dominique Venner, Histoire critique de la résistance, Paris, Pygmalion, , 500 p. (ISBN 2-85704-444-5).
  4. a b c d e et f Kauffer 2017.
  5. Kauffer 2017, p. 154.
  6. a b c et d Grenard 2019.
  7. Fourcade, tome 1, p. 16.
  8. Simon Epstein, Un paradoxe français : Antiracistes dans la collaboration, antisémites dans la Résistance, Paris, Albin Michel, (lire en ligne), p. 399-402.
  9. a b et c Laurent Joffrin, « Marie-Madeleine Fourcade. Arche d'Alliance », Libération,‎ (lire en ligne).
  10. Association Alliance, « Allocution prononcée par Madame Marie-Madeleine Fourcade », sur Mémoire et Espoirs de la Résistance, (consulté le 11 avril 2020)
  11. Fourcade, tome 1, p. 33.
  12. Fourcade, tome 1, p. 38.
  13. Olson 2019, p. 28.
  14. Kauffer 2017, p. 156.
  15. Noguères, Degliame-Fouché et Vigier 1967, Partie 1, chapitre V : « Octobre 1940 ».
  16. Fourcade, tome 1, p. 41.
  17. Fourcade, tome 1, p. 49.
  18. Fourcade, tome 1, p. 42.
  19. Olson 2019, p. 38.
  20. Fourcade, tome 1, p. 51.
  21. Fourcade, tome 1, p. 54.
  22. Fourcade, tome 1, p. 70.
  23. Fourcade, tome 1, p. 103.
  24. Fourcade, tome 1, p. 67.
  25. Fourcade, tome 1, p. 94.
  26. a b et c Lefebvre-Filleau et de Vasselot 2020, ch. « Marie-Madeleine Bridou ».
  27. Fourcade, tome 1, p. 108.
  28. Fourcade, tome 1, p. 123.
  29. Fourcade, tome 1, p. 121.
  30. Kauffer 2017, p. 157.
  31. Noguères, Degliame-Fouché et Vigier 1969, Partie 1, chapitre VII : « Juillet 1941 ».
  32. Fourcade, tome 1, p. 133.
  33. Fourcade, tome 1, p. 144.
  34. Marie-Madeleine Fourcade, « Comment naquirent les premiers réseaux de la Résistance », Historama, no 247,‎ , p. 30-50
  35. Association Alliance, « Marie-Madeleine FOURCADE », sur Mémoire et Espoirs de la Résistance (consulté le 11 avril 2020)
  36. Fourcade, tome 1, p. 159.
  37. Fourcade, tome 1, p. 156.
  38. Fourcade, tome 1, p. 195.
  39. Fourcade, tome 1, p. 174.
  40. Fourcade, tome 1, p. 173.
  41. Fourcade, tome 1, p. 176.
  42. Fourcade, tome 1, p. 186.
  43. Fourcade, tome 1, p. 206.
  44. a et b Fourcade, tome 1, p. 207.
  45. Fourcade, tome 1, p. 221.
  46. Fourcade, tome 1, p. 228.
  47. Fourcade, tome 1, p. 235.
  48. Fourcade, tome 1, p. 272.
  49. Fourcade, tome 1, p. 274.
  50. Fourcade, tome 1, p. 289.
  51. Fourcade, tome 1, p. 265.
  52. Fourcade, tome 1, p. 311.
  53. Fourcade, tome 1, p. 347.
  54. Fourcade, tome 1, p. 350.
  55. Fourcade, tome 1, p. 369.
  56. Fourcade, tome 1, p. 380.
  57. Fourcade, tome 1, p. 394.
  58. Valode 2011, chap. « Henri Dhavernas et les Compagnons de France ».
  59. Fourcade, tome 1, p. 406.
  60. René Castille, « Les réseaux de Résistance en Creuse » [PDF], sur Creuse Résistance, Association de la Recherche et la Sauvegarde de la Vérité historique sur la Résistance en Creuse (consulté le 11 avril 2020), p. 5-10
  61. Noguères et Degliame-Fouché 1972, Partie 1, chapitre XI : « Novembre 1942 ».
  62. Fourcade, tome 2, p. 16.
  63. Fourcade, tome 1, p. 157.
  64. Olson 2019, p. 197.
  65. Fourcade, tome 2, p. 87.
  66. Fourcade, tome 2, p. 42, 86.
  67. Fourcade, tome 2, p. 51-53.
  68. a et b Fourcade, tome 2, p. 56.
  69. Fourcade, tome 2, p. 58.
  70. Fourcade, tome 2, p. 63.
  71. Fourcade, tome 2, p. 120.
  72. Fourcade, tome 2, p. 196.
  73. Noguères et Degliame-Fouché 1972, Partie 2, chapitre I : « Janvier 1943 ».
  74. Fourcade, tome 2, p. 64.
  75. Fourcade, tome 2, p. 83.
  76. Fourcade, tome 2, p. 81.
  77. Fourcade, tome 2, p. 147.
  78. Kauffer 2017, p. 160.
  79. Fourcade, tome 2, p. 281.
  80. Fourcade, tome 2, p. 166.
  81. Fourcade, tome 2, p. 189.
  82. Fourcade, tome 2, p. 190.
  83. Fourcade, tome 2, p. 202.
  84. a et b Jean Novosseloff, « L'historienne Michèle Cointet donne une conférence à l'AG de MER (Mémoire et Espoirs de la Résistance) sur Marie-Madeleine Fourcade », La Lettre de la Fondation de la Résistance, no 50,‎ (lire en ligne, consulté le 11 avril 2020)
  85. Fourcade, tome 2, p. 297.
  86. Olson 2019, p. 274, 308.
  87. Fourcade, tome 2, p. 308.
  88. Fourcade, tome 2, p. 356.
  89. Fourcade, tome 2, p. 344.
  90. Fourcade, tome 2, p. 381.
  91. Fourcade, tome 2, p. 404.
  92. Fourcade, tome 2, p. 407.
  93. Fourcade, tome 2, p. 410.
  94. Fourcade, tome 2, p. 408.
  95. Fourcade, tome 2, p. 424.
  96. Fourcade, tome 2, p. 426.
  97. a b et c Frantz Malassis, « L'Amicale Alliance remet son drapeau à la Fondation de la Résistance », La Lettre de la Fondation de la Résistance, no 52,‎
  98. « 50 ans d'oubli ? », sur André Girard & le réseau Alliance (consulté le 20 juillet 2020)
  99. Kauffer 2017, p. 162.
  100. Affaire Maurice Grapin, p. 163.
  101. Valla 2000, p. 39.
  102. Affaire Maurice Grapin, p. 164.
  103. Affaire Maurice Grapin, p. 165.
  104. « LE GÉNÉRAL ALAMICHEL EST ARRÊTÉ PAR LA SÛRETÉ NATIONALE », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2020)
  105. Patrice Miannay, Dictionnaire des agents doubles dans la Résistance, Paris, Cherche-midi, , p. 38
  106. « Le général Alamichel bénéficie d'un non-lieu », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2020)
  107. Kauffer 2017, p. 164.
  108. « Les femmes de la liberté », sur Libération.fr (consulté le 23 août 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :