Isabelle Vasseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Isabelle Vasseur
Illustration.
Isabelle Vasseur à l'Assemblée nationale en 2008.
Fonctions
Députée de l'Aisne

(4 ans, 11 mois et 30 jours)
Élection
Circonscription 5e circonscription
Législature XIIIe
Prédécesseur Daniel Gard
Successeur Jacques Krabal
Maire de Ronchères

(6 ans et 14 jours)
Prédécesseur André Chopin
Successeur Jacky Poteau
Conseillère générale de l'Aisne
Élue dans le canton de Fère-en-Tardenois

(11 ans et 1 jour)
Prédécesseur Jacques Hurmane
Successeur Carole Deruy
François Rampelberg
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Nancy (Meurthe-et-Moselle)
Parti politique UMP

Isabelle Vasseur est une femme politique française, née le à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Membre de l'Union pour un mouvement populaire, elle est députée de la 5e circonscription de l'Aisne de 2007 à 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Infirmière de formation, Isabelle Vasseur s'engage dans l'action humanitaire en Asie auprès des enfants. Depuis 1996, elle est administrateur de l'association « Rizière, aide à l'enfance en Asie ». Présidente de cette association en 2000 et 2001, elle effectue cinq missions de formation de personnel soignant à l’hôpital de Hội An (Viet-Nam).

Engagement local[modifier | modifier le code]

Issue de la famille gaulliste, elle intègre l'UMP dès sa création, en 2002.

Son engagement politique remonte à 1995, premier mandat, celui de conseillère municipale de Ronchères, village axonais d'une centaine d'habitants. Elle devient maire de cette même commune à l'occasion des élections municipales de mars 2008. Entre-temps, elle est élue maire-adjoint en 2001, puis vice-présidente de la Communauté de communes du Tardenois, chargée des commissions environnement et petite enfance.

C'est surtout en 2004 qu'Isabelle Vasseur remporte une élection remarquée : elle succède en tant que conseiller général du canton de Fère-en-Tardenois à Jacques Hurmane, conseiller général PCF. Ce dernier était réélu sans interruption depuis 1978. Isabelle Vasseur remporte ainsi un bastion communiste, alors que partout ailleurs, les résultats de l'UMP étaient en chute.

Députée (2007-2012)[modifier | modifier le code]

Elle est élue députée le , pour la XIIIe législature (2007-2012), dans la 5e circonscription de l'Aisne en battant, au deuxième tour, Dominique Jourdain, alors maire de Château-Thierry (PS), avec 53,96 % des suffrages. Elle succède ainsi à Daniel Gard (UMP), suppléant de Renaud Dutreil[1], qui ne se représentait pas.

Isabelle Vasseur est Vice-Présidente du Groupe UMP à l'Assemblée Nationale depuis , réélue en . Elle est l'une des signataires de la proposition controversée de loi sur les violences en bande.

Candidate à sa succession en 2012, elle est battue au second tour avec 36,70 % des suffrages dans une triangulaire face au député élu Jacques Krabal avec 42,79 % des suffrages tandis que l'autre candidat, Franck Briffaut, conseiller municipal FN de Villers-Cotterêts recueille 21,09 % des suffrages.

Après la députation[modifier | modifier le code]

En 2012, elle est membre de la COCOE, organe interne de l'UMP chargé de contrôler les opérations électorales lors de l'élection du président de l'UMP.

En , elle annonce son intention de se présenter aux élections municipales à Villers-Cotterêts[2]. Elle est deuxième de la liste divers droite « Notre engagement votre avenir » conduite par Yves Richard[3]. Réunissant 13,42 % des voix, la liste est distancée par une autre liste de droite (13,61 %) et choisit de ne pas se maintenir au second tour après un échec de fusion[4].

Elle est candidate aux élections départementales de 2015 dans le canton de Villers-Cotterêts, en binôme avec André Rigaud. Au premier tour, le binôme UMP finit deuxième avec 23 % des voix, derrière le maire FN de Villers-Cotterêts Franck Briffaut et Martine Pigoni (44,8 %)[5]. Ils sont battus au second tour avec 48,1 % des suffrages contre 51,9 % au duo frontiste[6],[7]. Elle ne détient alors plus aucun mandat électif.

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]