Conduite forcée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Tunnel de dérivation ou Canal (voie d'eau).
Conduite forcée dans les Pyrénées

Une conduite forcée est une conduite hydraulique, c'est-à-dire un assemblage de tuyaux, transportant de l'eau sous pression jusqu'à une centrale hydroélectrique située en aval et en contrebas du réservoir qui l'alimente. En son sommet, elle est munie d'une ou plusieurs cheminées d’équilibre pour prévenir les coups de bélier dus aux brusques variations du flux d'eau lors de l'ouverture et de la fermeture des vannes des turbines de la centrale. Il peut aussi s'agir de canalisations servant « au pompage de l'eau dans l'objectif d'une utilisation ultérieure de la force hydraulique »[1].

Typologies, configurations[modifier | modifier le code]

En France une conduite forcée est désignée comme « canalisation d’eau sous pression servant soit d'amenée d'eau à un ouvrage d'utilisation de la force hydraulique, soit au pompage de l’eau dans l’objectif d’une utilisation ultérieure de la force hydraulique. En particulier elle désigne aussi bien une conduite individuelle qu’un ensemble de conduites » ; Cette conduite est dite « individuelle » si elle ne comporte « aucun convergent ou divergent »[2].

Les conduites forcées peuvent être « aériennes (tronçons implantés en surface, ou remblayés ou implantés en galerie mais non encastrés au massif rocheux traversé) ou […] souterraines (tronçons réalisés avec des viroles « bloquées au rocher » qui sont encastrées dans un massif rocheux) »[2] ; la conduite forcée est parfois « raccordée à un réseau de galeries souterraines en charge »[1]. Les galeries peuvent être excavées, chemisées ou non-chemisées[2].

Spécificités hydrauliques et techniques[modifier | modifier le code]

À la différence des conduites industrielles classiques, les conduites forcées sont soumises en régime normal à de très importantes différences de pression entre leur partie supérieure (près de la retenue supérieure) et leur partie inférieure (usine hydroélectrique)[2]. Elles sont en outre soumises en condition normale d’exploitation à des phénomènes hydrauliques transitoires violents nécessitant une haute résistance, et des règles de conception et d’exploitation adaptées. Selon le ministère français de l’Environnement (en novembre 2016) « Des incidents sérieux en France et un accident dramatique à l’étranger ont montré que les dangers potentiels des conduites forcées ne devaient pas être ignorés »[2].

Gestion du risque[modifier | modifier le code]

Il existe un comité technique permanent des barrages et des ouvrages hydrauliques, qui peut donner des avis au gouvernements et aux ministères.

La législation se compose de :

  • le titre I du décret no 2015-526 du fixe des règles nouvelles pour les ouvrages construits ou aménagés en vue de prévenir les inondations ;
  • le titre II du même décret comporte des compléments ou adaptations de la règlementation existante sur la sûreté des ouvrages hydrauliques en général ;
  • l'article 18 du même décret porte sur les études de dangers des ouvrages hydrauliques, qui deviennent obligatoires[3] pour les conduites forcées les plus importantes, pour « anticiper les évolutions dommageables de ces équipements susceptibles de compromettre la sécurité publique » ;
  • fin 2016, un projet d'arrêté (portant sur les caractéristiques des conduites forcées au-delà desquelles une étude de dangers est requise) est soumis à consultation. « Environ 60 grosses conduites forcées associées à des concessions hydroélectriques » devraient être concernées selon le ministère de l'Environnement, en raison de leurs hauteurs de chute et du diamètre de leurs conduites[1].

Histoire technologique[modifier | modifier le code]

En 1870[4], Félix Viallet s'associe avec un autre industriel de la ville, Joseph Bouchayer, installé en 1868 dans la rue de Vizille, pour créer les Ateliers de construction Bouchayer et Viallet avec une mise de fonds de 80 000 francs répartis à parts égales[5], pour la construction et l'installation d'appareils de chauffage et de ventilation, la construction et l'exploitation d'usines à gaz, l'exploitation d'une fonderie de fer. La fabrication de tuyaux et de conduites forcées débute vers 1880[5]. En 1879, la première — d'un diamètre de 32 cm, longue de 450 m, pour une chute de 180 mètres — est vendue à la Société des ciments de la Fontaine Ardente.

Félix Viallet préside le conseil d'administration. Le groupe emploie 3 000 personnes, dix fois plus, en 1918[4].

La question des tracés monte rapidement dans les esprits. En 1908, la première conduite forcée installée à l'usine d'Auzat, dans l'Ariège, par Bouchayer et Viallet, ne réussit pas à obtenir un tracé rectiligne, les propriétaires des terrains traversés se montrant tellement intransigeants que l'on dut adopter en fin de compte un tracé en plan des plus sinueux. On avait déjà, à l'étranger (en Allemagne en particulier), abandonné les tuyaux rivés en forte épaisseur, pour y fabriquer des tuyaux soudés au gaz à l'eau, que l'on fut amené à fabriquer en France vers 1910. La conduite d'Auzat s'est rompue pour des causes diverses, vices de matières, coups de bélier par suite d'ouvertures ou de fermetures instantanées. Les accidents survenus en 1907-1910 sur ce site ont efficacement contribué au progrès de la construction des conduites forcées, selon les recherches du jeune ingénieur Georges Ferrand[6].

Aimé Bouchayer fonde, après la Première Guerre mondiale, l’Association des producteurs des Alpes françaises (APA) qui réunira jusqu’à sept cents industriels. Féru de recherche, Auguste Bouchayer obtient dans les années 1920, le titre de meilleur hydraulicien de France en raison de ses travaux sur les conduites forcées et joue un rôle de précurseur en matière de technique qui consiste à utiliser l’énergie des centrales thermiques produite en période creuse pour remonter l’eau du bassin aval des centrales hydro-électriques vers la réserve en amont.

Grâce à des matériaux de plus en plus performants, les conduites forcées augmentent en puissance, afin de véhiculer un débit plus important sous une même pression. Ainsi à partir de 1900, le fer rivé est remplacé par l’acier rivé puis, à partir de 1910, la soudure au gaz à l’eau remplace le rivetage jusqu’à ce qu’apparaisse dans les années 1930 la soudure à l’arc électrique, pour utiliser des aciers plus performants, à l’aide d’électrodes enrobées. En 1916, les Établissements Bouchayer Viallet ont déjà construit plus de 200 conduites mais seules quelques unes dépassent une hauteur de chute de 500 mètres[4], hauteur que les nouvelles conduites vont régulièrement dépasser, avec un premier brevet dénommé « Rivure Ferrand » destiné à limiter l’épaisseur des parois, et opéré par une filiale, la Société dauphinoise d'études et de montages (SDEM)[4], présidée par Georges Ferrand.

En 1919 le barrage des Sept-Laux en Isère est équipé par la société Bouchayer-Viallet d’une conduite de 850 cm de diamètre, de 3 800 m de longueur sur une hauteur de chute de 1 050 m produisant une puissance de 47 200 ch.

En 1925, Georges Ferrand invente la technique des conduites auto-frettées : des frettes en acier spécial encerclent des tôles relativement minces, pour une économie de matière très importante[4], et pour limiter le poids des tronçons, qu'il faut hisser sur des sites d'altitude parfois escarpés[4]. Le tuyau paroi est en acier extra doux, d'un diamètre extérieur légèrement inférieur au diamètre intérieur des frettes, qui sont elles en acier ultra-résistant, et placées à froid sur le tuyau, ainsi plaqué contre les frettes, ce qui lui permet de résister à une pression supérieure à deux fois la pression normale de fonctionnement[4]. En 1927 apparait la méthode dite « française » pour l'installation des conduites aériennes, consistant à supprimer les joints de dilatation entre les ancrages, placés eux-mêmes en dehors des coudes, ainsi libres[7]. En 1930, lors d'un voyage aux États-Unis, Georges Ferrand constate que les constructeurs américains abandonnent la soudure au gaz à l'eau au profit de la soudure électrique. C'est aussi ce que firent quelques années plus tard les Établissements Bouchayer et Viallet[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Environnement magazine (2016)Sûreté des barrages : une série de textes en consultation jusqu'au 6 décembre, publié le 18 novembre 2016.
  2. a, b, c, d et e Projet d’arrêté définissant les caractéristiques des conduites forcées au-delà desquelles une étude de dangers est requise, le plan de cette étude de dangers et en précisant le contenu (pdf - 63.3 ko - 15/11/2016)
  3. L’article R. 214-115 du code de l’environnement.
  4. a, b, c, d, e, f et g Jean et Henry Le Chatellier, Conduites forcées : les innovations de l’entreprise Bouchayer-Viallet à Grenoble
  5. a et b Bulletin de l'histoire de l'électricité, 1990, no 14, p. 25.
  6. [PDF] Georges Ferrand, « A propos du cinquantenaire d'une conduite forcée », La Houille Blanche, 1958.
  7. a et b [PDF] Georges Ferrand, « Les tendances nouvelles », La Houille Blanche, 1949.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Législation[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]