Barrage de Jirau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barrage de Jirau
Géographie
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Coordonnées 9° 15′ 58″ sud, 64° 38′ 54″ ouest
Cours d'eau Madeira
Objectifs et impacts
Date du début des travaux 2008
Coût 8 milliards de $
Barrage
Hauteur du barrage
(lit de rivière)
63 m
Longueur du barrage 1 500 m
Réservoir
Centrale hydroélectrique
Nombre de turbines 50
Puissance installée 3 750 MW

Géolocalisation sur la carte : Brésil

(Voir situation sur carte : Brésil)
Barrage de Jirau

Le barrage de Jirau est un barrage situé à l'ouest du Brésil sur le rio Madeira ; il alimente la centrale hydroélectrique de Jirau, d'une puissance de 3 750 mégawatts. La construction de cet ensemble, d'un budget de 5,3 milliards de dollars[1], est liée à une concession d'exploitation de 35 ans, détenue à 40 % par Eletrobras, à 40 % par Engie et à 20 % par Mitsui[1].

Il fait partie, avec le barrage de Santo Antonio, du projet Madeira.

La construction du barrage a induit la création d'une ville nouvelle appelée Nova Mutum Paraná pour reloger les habitants qui se trouvaient dans l'emprise de l'ouvrage et de sa retenue. Cette ville nouvelle a une capacité d'hébergement de 6 000 habitants[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le barrage de Jirau, dont la construction a débuté en 2008, est inauguré en décembre 2016[1] par son actionnaire majoritaire, Engie[3].

Controverses[modifier | modifier le code]

Le barrage de Jirau est contesté en raison de la corruption importante qu'il a suscité, ainsi que pour les atteintes à l'environnement qu'il entraîne, enfin pour l'utilisation douteuse de crédits carbone accordés par l'ONU[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Thierry Ogier, « Avec Jirau, Engie passe le cap des 10 GW au Brésil », sur Les Échos, (consulté le 22 décembre 2012)
  2. « Engie inaugure la centrale de Jirau, au Brésil, plus grand projet hydroélectrique du Groupe au monde », sur le site web du groupe Engie,
  3. a et b Aude Massiot, « Finance verte : deux avancées et deux dérives », Libération,‎ , p. 4 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]