Hydroélectricité en Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le secteur de l'hydroélectricité en Espagne se trouve dans la moyenne des autres pays de l'OCDE quant à la production hydroélectrique : 16,6 % de la production électrique est d'origine hydraulique en 2014.

La production hydroélectrique de l'Espagne se situe en 2015 au 7e rang européen, avec 5,3 % du total européen.

La puissance du parc hydroélectrique espagnol est en 2015 au 4e rang européen, avec 8,5 % du total européen, et au 12e rang mondial, avec 1,5 % du total mondial. L'Espagne dispose de 5 268 MW de centrales de pompage-turbinage, au 4e rang européen derrière l'Italie, la France et l'Allemagne.

La productibilité hydraulique connait des variations de très grande ampleur en fonction de l'abondance des précipitations : entre l'année 2012 et l'année 2010, le rapport est de un à trois.

La production est largement concentrée dans le Nord du pays.

Potentiel hydroélectrique[modifier | modifier le code]

Le potentiel brut théorique de l'hydroélectricité en Espagne est estimé par le Conseil mondial de l'énergie à 162 TWh par an. À la fin 2011, l'Espagne disposait de 18,54 GW en exploitation (hors pompage) qui ont produit 25 TWh en 2011, soit 15 % du potentiel théorique. Les projets en cours dans la petite hydraulique (< 10 MW) totalisent 450 MW et porteront la production de la petite hydraulique à environ 6 TWh/an[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Production hydroélectrique[modifier | modifier le code]

La production hydroélectrique de l'Espagne a atteint 32,01 TWh en 2015, soit 0,8 % du total mondial, très loin derrière la Chine (1 126,4 TWh) et le Brésil (382,06 TWh), et au 7e rang européen avec 5,3 % du total européen[h 1] ; en 2014, elle s'est élevée à 42,97 TWh, soit 15,4 % de la production d'électricité du pays selon l'Agence internationale de l'énergie[2]. Selon REE, elle s'est élevée à 30,82 TWh en 2015, en baisse de 27,5 %, tombant à 11,5 % de la production d'électricité du pays, et la consommation du pompage a été de 4,50 TWh[r 1] ; la part renouvelable de la production hydroélectrique a donc été de 26,32 TWh[n 1].

La tendance d'évolution de l'énergie hydroélectrique en Espagne au cours des dernières décennies a été toujours à la hausse, malgré les amples fluctuations dues aux variations des précipitations, mais sa part dans le total de la production électrique est allée en diminuant, de 92 % en 1940 à 15,2 % en 2010 et 8,3 % en 2012, année exceptionnellement sèche), sa croissance ayant été beaucoup moins rapide que celle de la demande.

Production hydroélectrique par bassin [3]
Bassin Puissance Production (Gwh) Productible[n 2] (Gwh)
MW 2013 2014 %14/13 2013 2014 %14/13
Nord-Ouest[n 3] 4 879 11 669 11 766 +0,8 % 11 298 10 922 -3,3 %
Duero 3 887 7 531 9 541 +26,7 % 7 968 9 161 +15,0 %
Èbre-Pyrénées 3 425 8 239 7 847 -4,8 % 7 818 7 223 -7,6 %
Tage-Júcar-Segura 4 349 5 034 5 563 +10,5 % 4 280 4 362 +1,9 %
Guadiana 226 273 197 -28,0 % 378 187 -50,5 %
Guadalquivir-Sud 1 025 1 224 945 -22,8 % 889 553 -37,8 %
Total 17 791 33 970 35 860 +5,6 % 32 631 32 408 -0,7 %

NB : ce tableau ne prend pas en compte les petites centrales (< 50 MW) non intégrées dans les unités de gestion hydrauliques ; ces petites centrales totalisaient 2 118 MW et 7,07 TWh en 2014.

L'indice de productibilité hydraulique a atteint en 2012 le niveau le plus bas jamais observé : 0,46 ; le tableau ci-dessous montre la très forte variabilité de l'hydraulicité, et la fréquence des années sèches sur la période récente.

Évolution de la productibilité hydroélectrique[4],[r 2]
Année Productible (Gwh) Indice de productibilité[n 4]
2008 18 945 0,67
2009 22 262 0,79
2010 37 405 1,34
2011 22 575 0,81
2012 12 722 0,46
2013 32 631 1,18
2014 32 408 1,17
2015 18 949 0,76

Puissance installée[modifier | modifier le code]

Selon l'International Hydropower Association, la puissance installée des centrales espagnoles atteignait 18 561 MW fin 2015 ; c'est le 4e parc hydroélectrique européen, avec 8,5 % du total européen, après ceux de la Norvège (30 566 MW), de la France (25 397 MW) et de l'Italie (21 880 MW), et le 12e mondial, avec 1,5 % du total mondial, très loin derrière la Chine (319 370 MW) ; les centrales de pompage-turbinage représentent 28 % de la puissance totale : 5 268 MW, au 4e rang européen avec 10,3 % du total européen, contre 7 555 MW en Italie, 6 985 MW en France et 6 806 MW en Allemagne ; au niveau mondial : 27 434 MW au Japon[h 1].

La puissance installée des centrales hydroélectriques espagnoles atteignait 20 353 MW fin 2015 selon REE, en progression de 4,6 % grâce à la mise en service de la centrale de pompage-turbinage de La Muela II (878 MW) et de la centrale de San Pedro II (23 MW)[r 1].

Les nouvelles installations de 2014 en Espagne ont été de 11 MW (pompage-turbinage) : il s'agit du système hybride éolien-hydraulique de l'île d'El Hierro qui combine cinq éoliennes (11,5 MW) avec une centrale de pompage-turbinage de 10 MW en pompage et 11,3 MW en turbinage ; ce système visait à remplacer par des énergies renouvelables le gros de la production d'électricité assurée jusqu'alors par neuf générateurs diesel (13,4 MW)[5]. Mais sur le premier semestre de fonctionnement, ce système n'a couvert que 30,7 % de la demande en moyenne[6].

L'Espagne s'est donné comme objectif d'atteindre 13,9 MW en conventionnel et 8,8 MW en pompage-turbinage d'ici 2020[h 2].

Puissance installée et production par Communauté Autonome en 2014[3]
Communauté Autonome P.I. (MW) Prod. (GWh)
Castille-et-León 4 509 10 975
Galice 3 791 10 245
Catalogne 2 390 5 568
Aragon 1 567 4 406
Estrémadure 2 312 3 155
Asturies 825 1 969
Communauté valencienne 1 310 1 798
Andalousie 1 198 1 288
Castille-La Manche 907 1 072
Cantabrie 461 886
Navarre 248 664
Pays basque 175 405
Madrid 110 207
La Rioja 57 160
Murcie 38 128
Total Espagne (MW) 19 910 42 932

Principales centrales hydroélectriques[modifier | modifier le code]

Centrales hydroélectriques d'Espagne > 100 MW

La centrale hydroélectrique la plus puissante est celle du barrage d'Aldeadávila dans la province de Salamanque, à la frontière avec le Portugal, sur le Río Duero : 1 147 MW (production annuelle : 2 300 GWh), suivie par le réservoir José María de Oriol-Alcántara II sur le Tage (province de Cáceres) : 915 MW. D'autres centrales de capacité supérieure à 500 MW sont celles de Cortés-La Muela sur le Júcar (Valencia), Almendra (810 MW, 1 376 GWh/an ; appelée aussi Saut de Villarino) sur le Tormes (Salamanque) et Saucelle (525 MW) sur le Duero (Salamanque)[7].

Les principaux aménagements hydroélectriques sont :

Saltos del Duero[modifier | modifier le code]

Saltos del Duero (système du Douro) est l'aménagement de l'ensemble du bassin hydrographique du Douro et de ses affluents : Águeda, Esla, Huebra, Tormes et Uces, dans la zone frontalière avec le Portugal. Elle compte 6 centrales avec une puissance installée totale de 3 161 MW.

Principaux barrages des « Saltos del Duero »
Barrage Province Rivière Centrale Construction Puissance
Ricobayo[8] Zamora Esla Ricobayo I 1929-1947 133 MW
Ricobayo II 1999 150 MW
Villalcampo Zamora Douro Villalcampo I -1949 96 MW
Villalcampo II -1977 110 MW
Castro[8] Zamora Douro Castro I -1952 80 MW
Castro II -1977 110 MW
Almendra Zamora
Salamanque
Tormes Villarino[8] 1964-1977 810 MW
Aldeadávila[8] Salamanque Douro Aldeadávila I 1956-1963 718 MW
Aldeadávila II 1983-1986 421 MW
Saucelle Salamanque Douro Saucelle I 1950-1956 240 MW
Saucelle II 1989-1989 285 MW

Bassin du Tage[modifier | modifier le code]

Principaux barrages de l'aménagement du Tage
Nom Province Rivière Construction Puissance
(MW)
Barrage de Buendía Cuenca, Guadalajara Guadiela 1958 1515
Barrage de Entrepeñas Guadalajara Tage 1956 782
Centrale de pompage de Bolarque Cuenca, Guadalajara Tage et Guadiela 1910 pompage 208
turbinage 400
Barrage José María de Oriol-Alcántara II Cáceres Tage 1970 1410[9]
Barrage de Gabriel y Galán Cáceres Alagon 1961 110

Bassin de l'Èbre[modifier | modifier le code]

Aménagement de l'Èbre
Nom Province Construction Puissance
(MW)
Production*
(GWh)
74 centrales Huesca 847,3 2 787
dont : Barrage de Canelles[10] Huesca/Lérida 1959 108
30 centrales Saragosse 372,4 761
dont : Barrage de Mequinenza Saragosse 1966 324 743
34 centrales Teruel 24 28
plusieurs centrales autres provinces 372,4 761
* Production annuelle moyenne

La centrale de Sallente-Estany Gento, construite en 1981 sur la commune de La Torre de Cabdella dans la province catalane de Lleida (Lerida), a une puissance de 415 MW. Elle turbine les eaux de plusieurs rivières et est équipée de turbines réversibles permettant le pompage-turbinage avec le lac Gento comme réservoir supérieur.

Bassin du Júcar[modifier | modifier le code]

Principales centrales de l'aménagement du Júcar
Nom Province Rivière Construction Puissance (MW)
Barrage d'Alarcón Cuenca Júcar 1955 281
centrale de La Muela II
à Cortes de Pallás
Valence Júcar 2012 848
centrales de Víllora, Contreras et Mirasol Valence Rio Cabriel 1910-1972 220

Galice[modifier | modifier le code]

  • Centrale de Belesar[11] mise en service en 1963 dans la province de Lugo sur le fleuve Minho (225 MW).
  • Centrale de Santo Estavo[11] mise en service en 1955-57 (149 MW) dans la province d'Ourense sur la rivière Sil, affluent du Minho, puis suréquipée en 2008-2013 (+177 MW) ; avec 326 MW au total, c'est la plus puissante centrale hydraulique de Galice.

Pompage-turbinage[modifier | modifier le code]

Les centrales de pompage-turbinage totalisent 5 268 MW en Espagne fin 2015, au 4e rang européen derrière l'Italie : 7 555 MW, la France : 6 985 MW et l'Allemagne : 6 806 MW[h 1].

Les principales centrales de pompage-turbinage[12], presque toutes déjà citées ci-dessus, sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. part renouvelable=production brute moins consommation du pompage.
  2. production réalisable à partir des débits de l'année ; l'écart avec la production réelle correspond à la variation de stocks (variation du volume d'eau stocké dans les barrages).
  3. Galice, Cantabrie, Asturies, Pays basque.
  4. rapport entre le productible et la moyenne historique de production.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 29
  2. p. 36
  1. a, b et c p. 79
  2. p. 54

Autres références :

  1. (en)World Energy Resources 2013 - Hydro, page 5.36, Conseil mondial de l'énergie, 2013.
  2. (en)Spain : Electricity and Heat for 2014, Agence internationale de l'énergie, octobre 2016.
  3. a et b (es)Rapport annuel 2014 de Red Electrica de Espana, Red Eléctrica de España (lire en ligne) (voir page 38 et 110 à 113)
  4. (es) Rapport annuel 2012 de Red Electrica de Espana, Red Electrica de España (lire en ligne) (voir page 41)
  5. Rapport 2015 sur le statut de l'hydroélectricité (voir pages 10 et 25), International Hydropower Association, 2015.
  6. (es) El Hierro - Seguimiento de la demanda de energía eléctrica, Red Eléctrica de España.
  7. (es) Blanco Silva, Fernando, « La energia hidroelectrica en Espana », El rincón de la Ciencia, (consulté le 21 mai 2008), p. 1
  8. a, b, c et d (en)Hydroelectric Plants in Spain - Castilla y Leon, Industcards.
  9. (en)Hydroelectric Plants in Spain - other regions, Industcards.
  10. (en)Hydroelectric Plants in Spain - Girona & Lerida, Industcards.
  11. a et b (en)Hydroelectric Plants in Spain - Galicia, Industcards.
  12. (en)Pumped-Storage Plants in Portugal and Spain, Industcards.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]