Homme de Solo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Homo erectus soloensis)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Homme de Solo
Image illustrative de l’article Homme de Solo
Le crâne Ngandong 7
Coordonnées 7° 05′ 00″ sud, 111° 32′ 00″ est
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Île Java
Province Java oriental
Vallée Solo
Localité voisine Ngandong, Sambungmacan
Daté de 117 000 à 108 000 ans
Période géologique Pléistocène supérieur
Époque géologique Paléolithique moyen
Découvert le 1931
Découvreur(s) C. ter Haar
Particularités plus récents fossiles d'Homo erectus connus à ce jour
Identifié à Homo erectus
Géolocalisation sur la carte : Java
(Voir situation sur carte : Java)
Homme de Solo
Géolocalisation sur la carte : Indonésie
(Voir situation sur carte : Indonésie)
Homme de Solo

L'Homme de Solo est le nom donné à un ensemble de fossiles appartenant à l'espèce Homo erectus, découverts depuis 1931 sur plusieurs sites bordant le fleuve Solo, dans l'Est de Java, en Indonésie. Ces fossiles sont les plus récents représentants connus de l'espèce Homo erectus. La dernière étude de datation, publiée en 2019, donne aux fossiles trouvés à Ngandong un âge d'environ 112 000 ans.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers vestiges fossiles de l'Homme de Solo ont été découverts en 1931 par le néerlandais C. ter Haar sur le site de Ngandong, un village du kabupaten de Blora situé au bord du fleuve Solo, dans la province de Java oriental.

En 1932, le néerlandais W. F. F. Oppenoorth attribua les fossiles trouvés à la nouvelle espèce Javanthropus soloensis. Ce nom de genre fut réintégré dans les années 1960 dans le genre Homo, en compagnie du Pithécanthrope, du Sinanthrope, et de quelques autres, et on parla alors d'Homo soloensis, puis d'Homo erectus soloensis.

Dans le dernier quart du XXe siècle, certains chercheurs ont classé l'Homme de Solo comme une sous-espèce d'Homo sapiens, sous le nom d'Homo sapiens solensis, et ont vu en lui l'ancêtre des Aborigènes d'Australie modernes, conformément à la théorie de l'origine multirégionale de l'homme moderne. Cette vision a été réfutée dès 1992[1].

Description[modifier | modifier le code]

Comme les autres représentants de l'espèce Homo erectus trouvés à Java et en Chine, l'Homme de Solo était de petite taille. Les fossiles de Ngandong montrent cependant une capacité crânienne accrue par rapport aux spécimens plus anciens.

L'analyse de 18 crânes provenant de Sangiran, Trinil, Sambungmacan et Ngandong par une équipe japonaise en 2008 a montré l'évolution morphologique d'Homo erectus entre la période Bapang-AG de Sangiran (la plus ancienne) et celle de Ngandong (la plus récente), en passant par Sambungmacan. Cette étude réaffirme qu'Homo erectus s'est finalement éteint à Java sans descendance, et donc sans avoir contribué à l'ascendance de l'Homme moderne dans la région ni en Australie[2].

Culture[modifier | modifier le code]

L'Homme de Solo a fabriqué des outils avancés, ce qui montre qu'Homo erectus a su participer aux innovations techniques du Paléolithique moyen.

Datation[modifier | modifier le code]

Les fossiles de Ngandong ont été datés de 53 000 à 27 000 ans en 1996, et on a pensé alors que l'Homme de Solo avait probablement côtoyé Homo sapiens[3]. En 2011, une étude a donné aux mêmes fossiles un âge minimum de 143 000 ans et un âge probable d'au moins 550 000 ans, excluant ainsi tout contact avec l'Homme moderne[4].

En , une nouvelle étude géologique du site de Ngandong encadre l'âge des couches ayant livré les fossiles humains entre 117 000 et 108 000 ans avant le présent[5].

Carte topographique du fleuve Solo

Liste des fossiles attribués[modifier | modifier le code]

Ngandong[modifier | modifier le code]

  • Découverte initiale[6] :
    • Découverte : 1931-1933 par C. ter Haar et W. F. F Oppenoorth
    • Description : 1932 par W. F. F Oppenoorth
    • Fossiles : Ngandong 1 à 7
  • Découvertes ultérieures :
    • Découverte :
    • Fossiles : Ngandong 8 à 14

Les fossiles de Ngandong, à savoir 12 crânes ou fragments crâniens (d'une capacité moyenne estimée de 1 135 cm3) et 2 fragments de tibias, sont datés de 117 000 à 108 000 ans[5].

Sambungmacan[modifier | modifier le code]

  • Découverte :
  • Fossiles : Sambungmacan 1 à 4

Analyse[modifier | modifier le code]

En subsistant à Java jusqu'au Pléistocène supérieur, l'Homme de Solo a probablement pu côtoyer des Dénisoviens.

Homo sapiens est aujourd'hui attesté au Laos par un fragment de crâne daté de 63 000 ans, et à Sumatra par deux dents datées d'environ 68 000 ans[7]. Il manque, d'après le registre fossile connu à ce jour, un peu plus de 40 000 ans pour rendre envisageable qu'Homo sapiens ait pu rencontrer l'Homme de Solo en Asie du Sud-Est.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter Brown, Recent human evolution in East Asia and Australasia, Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Biological Sciences, Vol. 337, 235-242, 1992
  2. (en) Y. Kaifu et al., « Cranial morphology of Javanese Homo erectus : new evidence for continuous evolution, specialization, and terminal extinction », Journal of human evolution, vol. 55, no 4,‎ , p. 551–80 (ISSN 0047-2484, PMID 18635247, DOI 10.1016/j.jhevol.2008.05.002)
  3. (en), C. Swisher et al., Latest Homo erectus of Java : Potential Contemporaneity with Homo sapiens in Southeast Asia, 1996
  4. (en) Staff Writers, « Finding showing human ancestor older than previously thought offers new insights into evolution », sur terradaily.com,
  5. a et b (en) Yan Rizal, Kira E. Westaway et al., « Last appearance of Homo erectus at Ngandong, Java, 117,000–108,000 years ago », Nature,‎ (DOI 10.1038/s41586-019-1863-2)
  6. (en) Bernard Wood (dir.), Wiley-Blackwell Encyclopedia of Human Evolution, 2011, article Ngandong et suivants, lire en ligne
  7. (en) « Modern humans were in Southeast Asia 20,000 years earlier than thought, ancient teeth reveal », Science | AAAS,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]