Hervé Le Barbier de Blignières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Le Barbier de Blignières.

Hervé Le Barbier de Blignières (Hennebont, 1914Mordelles, 1989), ou encore Hervé de Blignières, est un officier français, chef d’état-major de l’OAS en métropole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît en 1914, dans une famille qui comptera 16 enfants. Hervé de Blignières est sorti de Saint-Cyr en 1937, promotion Maréchal Lyautey. Il a combattu en Belgique en 1940 à la tête de 80 cavaliers du 31e Dragon. Fait prisonnier par les Allemands, il tenta sept fois de s'échapper durant ses cinq années de captivité. Il a été libéré en 1945. Il a été par la suite affecté à l'Ecole militaire de cavalerie de Saumur. En 1948, il entre à la Légion étrangère.

Capitaine, envoyé en Indochine, il commande le 2e escadron du 1er régiment étranger de cavalerie qui combat en Cochinchine. Il quitte l'Indochine en novembre 1950 avec trois citations à l'ordre de l'armée. En 1953, il sort premier de sa promotion a l'École supérieure de guerre. Commandant en 1954, il se porte volontaire pour un nouveau séjour en Indochine ; il est chargé de former les officiers vietnamiens devant assurer la relève des officiers français. Rentré en France en 1956, il participe à la réforme des études à l'École supérieure de Guerre.

Promu lieutenant-colonel en mars 1958, il participe aux préparatifs des événements du mois de mai en Algérie. En août 1958, il prend le commandement du 1er régiment étranger de cavalerie chargé de la pacification du Constantinois.

En 1960-1961, il est chef d'état-major de l'OAS en France. Arrêté en septembre 1961, condamné en septembre 1963 à six ans de détention criminelle, il est libéré fin décembre 1965. Il fut le président de l'Association pour la sauvegarde des familles et enfants disparus enlevés par le FLN en Algérie. Il échappe en 1970 à une tentative d'enlèvement probablement commanditée par des voyous en quête du « trésor de l'OAS ». Retiré dans ses terres en Bretagne, il meurt à Mordelles (Ille-et-Vilaine) en 1989.

Il est notamment le père de sept enfants parmi lesquels Hugues de Blignières (dit 'Keraly'), Olivier Le Barbier de Blignières et Arnaud de Blignières.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La foi du centurion, le patriotisme, principe d'action. Éd. du Fuseau (Coll. Les Chemins du Réel) 1966
  • La réponse du centurion, demain...l'Armée Française, officiellement auteur anonyme, éd. L'esprit Nouveau (Coll. Les Chemins du Réel), 1963

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]