Henry Frederick Baker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henry Baker.
Henry Frederick Baker
Henry Frederick Baker.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière d'Ascension Parish (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions
Œuvres principales

Henry Frederick Baker (), est un mathématicien britannique, qui travaille principalement en géométrie algébrique, mais aussi connu pour ses contributions aux équations aux dérivées partielles, liées à ce qui allait devenir connu sous le nom de solitons, et aux groupes de Lie[1].

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Il est né à Cambridge, de Henty Baker, un majordome, et Sarah Ann Britham[2].

Il a fait ses études à la The Perse School (en) avant de remporter une bourse d'études au St John's College de Cambridge, en octobre 1884. Baker est diplômé en tant que Senior Wrangler à l'issue du Tripos en 1887 entre crochets avec 3 autres.[3]. Son directeur de thèse était Arthur Cayley[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Baker est élu Fellow de St John's en 1888, où il est resté pendant 68 ans.

En juin 1898, il est élu Fellow de la Royal Society[5]. En 1911, il donne la conférence présidentielle à la London Mathematical Society.

En janvier 1914, il est nommé Professeur « Lowndean » d'astronomie.

Gordon Welchman a rappelé que dans les années 1930, avant la guerre, Dennis Babbage (en) et lui-même étaient « membres d'un groupe de géomètres connu comme le "Tea Party" du Professeur Baker, qui se réunissait une fois par semaine pour discuter des domaines de recherche auxquels nous nous intéressions tous »[6].

Il s'est marié deux fois. Tout d'abord, en 1893, à Lilly Isabella Hamfield Klopp, qui est morte en 1903, puis il s'est remarié en 1913, à Muriel Irene Woodyard.

Il est mort à Cambridge et il est enterré à la Parish of the Ascension Burial Ground (en), avec sa deuxième épouse Muriel (1885 - 1956).

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Henry Frederick Baker », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  2. biographie à la Royal Society.
  3. Baker, Henry Frederick dans (en) J. Venn et J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 1922–1958 (ouvrage en 10 volumes)
  4. (en) « Henry Frederick Baker », sur le site du Mathematics Genealogy Project
  5. « Library and Archive Catalogue », Royal Society (consulté le 7 décembre 2010)
  6. (en) Gordon Welchman, The Hut Six Story: Breaking the Enigma Codes, Londres, Allen Lane, (ISBN 0 7139 1294 4), pp. 35, 85, 126.
  7. a b c d e et f Hollcroft, T. R., « Review of Principles of geometry, volumes 1–6, by H. F. Baker », Bull. Amer. Math. Soc., vol. 41, no 11,‎ , p. 768–772 (DOI 10.1090/s0002-9904-1935-06177-4, lire en ligne)
  8. Woods, F. S., « Review of Principles of geometry, Vol. 2: Plane geometry. Conics, circles, non-Euclidean geometry by H. F. Baker », Bull. Amer. Math. Soc., vol. 31, no 7,‎ , p. 370–371 (DOI 10.1090/S0002-9904-1925-04065-3, lire en ligne)
  9. Brown, B. H., « Review of Principles of geometry, Vol. 3: Solid geometry. Quadrics, cubic curves in space, cubic surfaces by H. F. Baker », Bull. Amer. Math. Soc., vol. 32, no 2,‎ , p. 173–174 (DOI 10.1090/S0002-9904-1926-04189-6, lire en ligne)
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « H. F. Baker » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]