Dusa McDuff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dusa McDuff
Image dans Infobox.
Dusa McDuff à Édimbourg en 2009
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Margaret Dusa WaddingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Père
Mère
Margaret Justin Blanco White (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Caroline Humphrey (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
George A. Reid (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Dusa McDuff (née Margaret Dusa Waddington le à Londres) est une mathématicienne anglaise ayant apporté des contributions fondamentales à la géométrie symplectique. Ses premiers travaux portaient sur les algèbres de von Neumann.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien que née à Londres, elle grandit en Écosse, où son père, Conrad Hal Waddington, enseignait la génétique à l'Université d'Édimbourg et sa mère, Justin Blanco White (en), était architecte dans la fonction publique d'Édimbourg. Elle grandit donc dans un milieu permettant aux femmes d'avoir une carrière non-traditionnelle; sa grand-mère maternelle, Amber Reeves (en), étant d'ailleurs une autrice féministe de renom.[1]

Bien qu'elle reçoit une bourse d'études pour l'Université de Cambridge, elle refuse l'offre et fait ses études de premier cycle en mathématiques à l'Université d'Édimbourg afin de rester auprès de son copain de l'époque. C'est donc seulement aux cycles supérieurs qu'elle entre à l'Université de Cambridge, apportant avec elle son mari. Elle soutient sa thèse sur les algèbres de von Neumann en 1971, puis suit son mari en Russie pour six mois. C'est lors de ce voyage qu'elle rencontre Israel Gelfand, qui ravive son intérêt pour les mathématiques[2].

Alors qu'elle retourne à l'Université de Cambridge après ce voyage, elle a un enfant, puis décroche en 1973 un emploi à l'Université d'York. Elle se trouve alors débordée et isolée, incapable de faire de la recherche:

« J'étais très isolée et je n'avais personne avec qui parler [...] J'étais le revenu principal de la famille, et la femme de ménage, et la responsable aux couches (mon mari disait que les couches étaient trop géométriques pour qu'il puisse s'en occuper). »[3]

En 1974, elle est cependant invitée à passer une année au Massachusetts Institute of Technology, ce qui marquera un moment marquant pour elle:

« Lors de mon séjour, j'ai réalisé à quel point j'étais loin d'être la mathématicienne que je sentais que je pouvais être. Pour la première fois, je rencontrais d'autres femmes qui me ressemblaient et qui tentaient aussi de devenir mathématiciennes. »[3]

Elle passe ensuite un an à l'Institute for Advanced Study de l'Université de Princeton, puis retourne en Angleterre et divorce de son mari. Elle travaille alors sur les groupes de difféomorphismes et les feuilletages.

Peu de temps après, en 1978, elle retourne aux États-Unis et accepte un poste de professeure assistante à l'Université Stony Brook (New York), puis devient professeure associée en 1984. Au cours de ces années, elle développe une relation avec John Milnor, qu'elle épouse éventuellement, et a un second enfant.

En 1985, elle prend un semestre sabbatique et visite l'Institut des hautes études scientifiques à Paris où elle apprend les techniques elliptiques de Mikhaïl Gromov qui serviront de base à la majorité de sa recherche par la suite.

Depuis 2007, elle enseigne au Barnard College. Elle quitte son poste à Stony Brook en 2008.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Littérature scientifique[modifier | modifier le code]

Elle a coécrit avec Dietmar Salamon (de) deux livres :

  • Introduction to Symplectic Topology, Oxford University Press, 1995, 2e édition 1998 (ISBN 9780198504511)
  • J-Holomorphic Curves and Symplectic Topology, University lecture series, vol. 6 (1994), AMS Bookstore (ISBN 9780821803325)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lauren Love, « Dusa McDuff », sur www.agnesscott.edu (consulté le )
  2. (en) J.J. O'Connor et E.F. Robertson, « Margaret Dusa Waddington McDuff », sur web.archive.org, (consulté le )
  3. a et b (en) Dusa McDuff, « Dusa McDuff: Some Autobiographical Notes », sur www.math.stonybrook.edu (consulté le )
  4. « Autour du doctorat honoris causa de Dusa McDuff en juin 2008 », sur www-irma.u-strasbg.fr (consulté le )
  5. « Cérémonie des docteurs honoris causa 2016 », sur upmc.fr (consulté le 23 février 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]