George Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Temple (homonymie).
George Temple
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Ealing, Hammersmith and West London College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Ordre religieux
Membre de
Conflit
Distinction

George Frederick James Temple (né le à Londres; décédé le sur l'Île de Wight) est un mathématicien anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Temple obtient son premier diplôme en suivant des cours du soir au Birkbeck College, à Londres, entre 1918 et 1922, et il a également travaillé comme assistant de recherche. En 1924, il part à l'Imperial College en tant que démonstrateur, où il travaille sous la direction de Sydney Chapman. Après une période passée avec Arthur Eddington à l'Université de Cambridge, il retourne à l'Imperial College en tant que lecteur en mathématiques. Il est nommé professeur de mathématiques au King's College de Londres en 1932, où il retourne après guerre avec le Royal Aircraft Establishment à Farnborough. En 1953, il est nommé Professeur Sedleian de philosophie naturelle (en) à l'Université d'Oxford, une chaire qu'il occupe jusqu'en 1968, et où il succède à Chapman. Il est également fellow honoraire du Queen's College, à Oxford.

Après la mort de son épouse en 1980, Temple, en tant que fervent chrétien, prononce des voeux monastiques dans l'ordre des Bénédictins et il entre à l'Abbaye Notre-Dame de Quarr sur l'Île de Wight, où il est resté jusqu'à sa mort.

Travaux[modifier | modifier le code]

Temple a travaillé sur divers domaines de la physique théorique, tout d'abord sur la théorie de la relativité et la mécanique quantique, puis en aérodynamique. En analyse, il a travaillé, entre autres, sur l'intégrale de Lebesgue et les distributions. En 1981, il a publié un livre sur l'histoire des mathématiques du XXe siècle, qui lui a pris, selon ses propres termes, dix années d'études. Cette histoire des mathématiques de 1870 à 1970 est spécialement écrite pour les mathématiciens. Il ne traite que les domaines sur lesquels il a travaillé, dont la logique mathématique. À sa mort, il a laissé un manuscrit sur les fondements des mathématiques.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

George Temple est membre de la Royal Society[1]. Il est lauréat de la Médaille Sylvester en 1969. Il a été président de la London Mathematical Society dans les années 1951-1953[2], après en avoir été le vice-président de 1933 à 1935 et de 1953 à 1954.

En 1958 il donne une conférence plénière au Congrès international des mathématiciens à Edimbourg intitulée « Linearization and Delinearization ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • 100 Years of Mathematics: a personal viewpoint (1981), Springer-Verlag (ISBN 0-387-91192-8).
  • An introduction to quantum theory, 1931.
  • The general principles of quantum theory, 1934.
  • Rayleigh's Principle and its application to Engineering, Londres, 1933.
  • An introduction to fluid mechanics, 1958.
  • The structure of the Lebesgue integration theory Oxford, Clarendon Press, 1971.

Références[modifier | modifier le code]

  1. C. W. Kilmister, « George Frederick James Temple. 2 September 1901-30 January 1992 », Biographical Memoirs of Fellows of the Royal Society, vol. 40,‎ , p. 384–400 (DOI 10.1098/rsbm.1994.0046)
  2. (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « George Frederick James Temple », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
(en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « George Frederick James Temple » (voir la liste des auteurs) et en allemand « George Temple » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]