Ernest William Hobson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hobson.
Ernest William Hobson
Ernest William Hobson DMD1920.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 76 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière d'Ascension Parish (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Britannique, Britannique (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Christ's College (-)
Derby School (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Élève
Distinctions

Ernest William Hobson (27 octobre 1856 - 19 avril 1933) est un mathématicien anglais connu pour ses travaux novateurs d'analyse mathématique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hobson naît à Derby et fait ses études à la Derby School, la Royal School of Mines et Christ's College à Cambridge. Il est Senior Wrangler (en) au tripos de mathématiques en 1878[1]. Il s'était rebellé tôt contre l'atmosphère religieuse rigoriste dans laquelle on l'élevait[2]. Il devient membre de Christ's College presque immédiatement après l'obtention de son diplôme. Il devient un expert dans la théorie de l'harmonique sphérique.

Il est titulaire de la chaire sadleirienne de mathématiques pures à l'université de Cambridge de 1910 à 1931. De 1924 à 1927, Robert Pollock Gillespie (en) est son élève et fait sa thèse sous sa direction[3].

Il est inhumé à l'Ascension Parish Burial Ground (en) à Cambridge[4], avec sa femme Seline[5] (1860-1940) ; ils avaient eu quatre fils, dont l'un, Walter William[6] (1894-1930) repose dans la même tombe que lui. Il était le frère de l'économiste John A. Hobson.

Contributions[modifier | modifier le code]

Hobson fait paraître en sa Théorie des fonctions d'une variable réelle, qui est un tournant. L'ouvrage est salué par Godfrey Harold Hardy (1877-1947) comme « le livre le plus important écrit par un mathématicien anglais moderne[7] ». Il comprend des informations sur la topologie générale et les séries de Fourier qui étaient d'actualité à l'époque, mais aussi des erreurs relevées plus tard, par exemple par Robert Lee Moore[8].

Il prend une part importante dans le développement de la London Mathematical Society[9]. Il est polyglotte. Il occupe plusieurs fonctions dans l'université.

Outre Gillespie, ses élèves les plus connus sont Philippa Fawcett, John Maynard Keynes et Edmund Taylor Whittaker.

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « E. W. Hobson » (voir la liste des auteurs).
  1. Hobson, Ernest William dans (en) J. Venn et J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 1922–1958 (ouvrage en 10 volumes)
  2. Nécrologie, p. 240.
  3. Robert Pollock Gillespie, site de l'université St. Andrews.
  4. Ernest William Hobson, sur Find a Grave.
  5. Seline Rosa Knüsli Hobson, sur Find a Grave.
  6. Walter William Hobson, sur Find a Grave.
  7. Page qui était sur le site de la London Mathematical Society en 2015.
  8. Article 25 des Foundations of analysis de Moore : R. L. Wilder (en), « Robert Lee Moore (1882-1974) ».
  9. a et b Nécrologie, p. 239.

Liens externes[modifier | modifier le code]