Henri Roussel de Courcy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courcy.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Familles de Courcy.
Henri Roussel de Courcy
General Roussel de Courcy.jpg
Fonctions
Résident
Protectorat français d'Annam
-
Résident général de l'Indochine française (d)
-
Gouverneur
Nancy
Biographie
Naissance
Décès
(à 60 ans)
Paris
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Grade militaire
Conflits
Commandements
Distinctions

Philippe Marie Henri Roussel, comte de Courcy (né le à Orléans (Loiret), mort le à Paris) est un général de division français, gouverneur de Nancy en 1881 lorsque cette ville était une importante place française face à la Lorraine alors annexée par l'Allemagne.

Il commande le corps expéditionnaire du Tonkin en 1885-1886, chargé de la pacification de ce nouveau protectorat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Marie Henri Roussel de Courcy est né le 30 mai 1827, à Orléans dans le Loiret, fils du "vicomte" Pierre Léon Roussel de Courcy, capitaine de cavalerie et conseiller général de Seine-et-Marne, et de la "baronne" Louise Julie Adèle de Néverlée. Sa sœur Marie-Edith Roussel de Courcy épousera Jean-François-Albert du Pouget de Nadaillac.

En 1857, il épouse Marie-Mathilde-Henriette (1837-1912), fille du comte de Goyon[1]. Il servira sous les ordres du général-comte de Goyon, commandant la division d’occupation d’Italie, en qualité d’officier d'ordonnance, en 1858.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il souscrit en engagement au titre de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr et y entre comme 2e classe le 27 novembre 1844.

Il en sort au 25e régiment d’infanterie de ligne avec le grade de sous-lieutenant, le . Il est promu au grade de Lieutenant le . Il prend part à la campagne d'Italie du au , puis il passe en Afrique du au où il est promu au grade de capitaine avec rang du . Il fait campagne en Crimée avec le 15e bataillon de chasseurs du au , où il est cité, puis de nouveau il fait campagne en Italie, du au , pendant laquelle il passe au 25e régiment d’infanterie de ligne avec le grade de chef de bataillon pour compter du 25 mai.

Mexique[modifier | modifier le code]

Il participe à l'expédition du Mexique du au 7 avril 1866, où il commande le 1er bataillon de chasseurs à pied. Pendant les trois années de cette campagne, il est blessé par coup de feu devant Puebla, le , où il est cité à la prise du pénitencier de Puebla au rapport spécial du général commandant en chef du corps expéditionnaire au Mexique . Il est promu au grade de lieutenant-colonel le au 74e RIL. Il passe aux 3e régiment de zouaves le . Cité à l’ordre de l’armée le au combat de Valparaiso et cité à l’ordre général du corps expéditionnaire du Mexique du au combat de Limopon, il est promu au grade de colonel au régiment étranger le .

Guerre de 1870[modifier | modifier le code]

Il permute avec le colonel Guilhelm et passe au 90e RIL, régiment de l'armée du Rhin, lors de la guerre de 1870. Il participe notamment aux combats de Borny le 14 août et de Gravelotte, le 16 août.

Appelé à commander la 1re brigade de la 1re division du 3e corps le , il est admis en 1re section des officiers généraux à titre provisoire le 26. Malgré son grade, il conduit son régiment au feu à Mercy, le 27 septembre. Prisonnier lors de la défaite des Français, il est libéré. Mis à la disposition du général Clinchant et des troupes réunies à Cambrai le , son grade est confirmé le 22 avril. Il commande la 1re brigade de la 1re division du 5e corps d'armée de Versailles pour compter du 24 avril, qui entre dans Paris dans les premiers éléments.

Il reçoit le commandement de la 44e brigade à Brest le . Le , il commande l’artillerie du 11e corps d’armée puis la subdivision de Vannes le .

Il passe au Département des affaires étrangères pour une mission près de l’armée russe, lors des opérations d’Orient du Danube, où la Russie marche contre les Turcs dans le Caucase, il est désigné par le ministre de la Guerre comme attaché militaire auprès du Grand-duc Michel, le .

Promu au grade de général de division le , il commande la 11e division d'infanterie du 6e corps d'armée et la subdivision de Nancy pour compter du , puis la 32e division d'infanterie du 16e CA et subdivisions de Narbonne, Perpignan, Carcassonne et Albi le , la 15e division d'infanterie du 8e CA et subdivisions de Chalon-sur-Saône, Mâcon, Auxonne et Dijon le , la 11e division d'infanterie du 6e CA subdivision de Nancy, Toul, Neufchâteau, Troyes le .

Il devient gouverneur de Nancy, Toul le , commandant le 6e corps d'armée, le puis commandant du 10e corps d'armée le 20 avril 1883.

Tonkin[modifier | modifier le code]

Il est nommé commandant en chef du corps du Tonkin, du 14 avril 1885 au 26 février 1886. Au général Roussel de Courcy, arrivé le 1er juin au Tonkin pour relever le général Brière de l'Isle de son commandement, incombait la tâche de mettre au pas les nouvelles possessions de la France[2]. Il remplace le roi de Thuyet (en fuite) par un autre prince de la famille de Tu-Duc (Dong-Khan). Il sera remplacé en 1886 par le général Warnet, puis par un résident général civil, le député Paul Bert.

De retour en métropole, il est mis à la disposition du ministre le 1er mai 1887, mais décède à Paris le 8 novembre 1887.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Henriette de Goyon » (consulté le 24 mai 2011)
  2. Cf. Imago Mundi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]