Valparaiso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valparaiso (homonymie).
Valparaiso
ville et commune du Chili
Blason de Valparaisoville et commune du Chili
Héraldique
Drapeau de Valparaisoville et commune du Chili
Drapeau
Image illustrative de l'article Valparaiso
Administration
Pays Drapeau du Chili Chili
Région Région de Valparaíso
Province Province de Valparaíso
Maire
Mandat
Jorge Sharp (Indépendant)
2016-2020
Code postal 2340000
Indicatif téléphonique +56 32
Démographie
Gentilé Valparaisien
Population 294 848 hab. (2012en augmentation)
Densité 733 hab./km2
Géographie
Coordonnées 33° 02′ 47″ sud, 71° 37′ 11″ ouest
Altitude 10 m
Superficie 40 200 ha = 402 km2
Divers
Fondation 3 septembre 1544
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chili

Voir la carte administrative du Chili
City locator 13.svg
Valparaiso
ville et commune du Chili

Géolocalisation sur la carte : Chili

Voir la carte topographique du Chili
City locator 13.svg
Valparaiso
ville et commune du Chili
Liens
Site web http://www.municipalidaddevalparaiso.cl
Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Cerro Concepcion.jpg
Pays Drapeau du Chili Chili
Type Culturel
Critères (iii)
Superficie 23,2 ha
Numéro
d’identification
959
Zone géographique Amérique latine et Caraïbes **
Année d’inscription 2003 (27e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Valparaiso, (en espagnol Valparaíso, issu de Valle paraíso « Vallée Paradis » et aussi nommée « Valpo » par ses résidents) est un port et une ville du Chili, capitale de la région et de la province homonymes. Elle est le troisième port et la deuxième ville du Chili. La ville forme avec les communes voisines la conurbation du Grand Valparaíso qui compte environ 1 million d'habitants. Le Grand Valparaiso comprend les communes de Quilpué, Viña del Mar, Villa Alemana et Concón.

Valparaiso joua un rôle géopolitique très important dans la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque la ville servit d'escale pour les bateaux voyageant entre les océans Atlantique et Pacifique et traversant le détroit de Magellan. Toujours un aimant pour les immigrants européens, Valparaiso se développa fortement durant l'âge d'or, lorsque la ville était connue par les marins étrangers comme la « Petite San Francisco » et le « Joyau du Pacifique ».

Elle accueille plusieurs instances de portée nationale : le Congrès national, la commandanture en chef de la marine chilienne, le service des douanes et le Conseil national de la Culture et des Arts. Son centre historique a été déclaré patrimoine culturel de l'humanité par l'Unesco en 2003.

C'est aussi une ville intellectuelle avec quatre universités, dont l'université de Playa Ancha, l'université de Valparaíso et l'université pontificale catholique de Valparaíso. Le siège du plus ancien journal hispanophone encore en circulation, El Mercurio de Valparaíso, est également situé dans la ville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il existe deux versions sur l'origine du nom de la ville. La première théorie attribue à Juan de Saavedra la dénomination de la ville. Ce conquistador espagnol aurait ainsi baptisé la rade en 1536 en souvenir de son village natal : Valparaíso de Arriba.

La seconde attribue la dénomination aux soldats du navigateur Juan Bautista Pastene. Ces derniers aurait dénommé ce lieu "Val des Paraíso", c'est à dire Vallée du Paradis. Avec le temps, le nom se serait transformé en Valparaíso.

Autres noms[modifier | modifier le code]

Les mapuches du secteur l'appelait Alimapu (en Mapudungun : alia mapu, "Terres brûlée") surement en relation aux fréquents incendies forestiers qui touche cette zone. Les Changos la dénommait quant à eux Quintil ou Baie profonde.

Elle est aussi appelée "Le Joyau du Pacifique". Il existe d'ailleurs une chanson populaire qui porte ce nom, qui est considérée comme l'hymne populaire de la ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Valparaiso vu par le satellite SPOT

Valparaiso est situé à 115 km au nord-ouest de Santiago, capitale du Chili.

La ville peut être divisée en deux parties distinctes. D'une part la ville basse (« El Plan »), située sur la partie plate de la ville, qui abrite le port ainsi qu'une grande majorité des commerces de la ville, d'autre part la ville haute, les Cerros (les collines) dans laquelle la majorité de la population vit, en plus de Laguna Verde et Placilla-Curauma. Ce sont ces dernières habitations de tôle aux couleurs si variées qui donnent à la ville son allure unique.

Le Plan[modifier | modifier le code]

Le Plan est divisé en trois parties.

- Le Barrio Puerto

Habité depuis l'époque coloniale, le Barrio Puerto est le quartier le plus antique de la ville. C'est dans ce quartier que se situe l'église de la Matriz, première église de la ville (Elle a été reconstruite à de nombreuses reprises dans des styles différents). On trouve aussi dans ce quartier le commandement en chef de la marine chilienne, ainsi que la plupart des installations portuaire de la ville.

- El Almendral

Cette zone est la plus grande partie plane de la ville. Tout comme le Barrio Puerto, il fut agrandi au milieu du XIXème siècle en gagnant de l'espace sur la mer. Cet agrandissement rendit possible la construction des avenues Brasil et Errázuriz, ainsi que le bord de mer occupé par le port. Puis, au début du XXème siècle, en parallèle de la reconstruction de la ville suite au tremblement de terre de 1906, de nouveaux espaces furent gagnés sur l'océan. On retrouve dans cette partie de la ville le Congrès National du Chili, la place Victoria, la cathédrale de la ville, le théâtre municipal, ainsi que la plupart des commerces et des établissements scolaires de la ville.

- Le secteur Yolanda

Ce secteur se situe entre les pieds des cerros Barón et Placeres, l'avenue Argentine, l'océan Pacifique et la commune voisine de Viña del Mar. C'est là que se situe la zone de stockage des conteneurs du port. Cette zone est depuis 2014 l'objet de débats et de polémiques. Un projet de mall y est projeté mais de nombreux habitants ainsi que des entreprises portuaires s'y opposent, car cela empêcherait une expension future du port. A l'inverse, beaucoup de voix s'opposent au projet de Megaport.

Les Cerros[modifier | modifier le code]

Les Cerros sont le lieu résidentiel de la ville. En effet, 94 % des 300 000 valparaisiens vivent dans ces collines desservies par 15 ascensores qui mènent aux cerros. L'architecture y est très variée. On y rencontre des habitations très précaires mais aussi des hôtels particuliers aux styles très différents. Il y a aussi une ancienne prison qui est aujourd'hui un centre culturel, ainsi que les principaux cimetières de la ville.

Les Cerros possèdent des caractéristiques urbaines et sociales différentes les uns des autres. Ils possèdent leur propre rues et escaliers d'accès, et quelques uns sont équipés d'un ascenseur qui les unit au quartier du Plan. Chacun possède ses magasins, ses associations, sa vie de quartier. En d'autres termes, ce sont des unités qui forment des quartiers, et qui ont leur propre identité. Cette identité est tellement forte qu'il arrive que des habitants d'un cerro ne connaissent un autre cerro seulement de nom. Où, que les porteños qui habitent ailleurs au Chili ou à l'étranger se reconnaissent entre eux plus par le cerro d'où ils sont originaires que par la ville même.

Laguna Verde[modifier | modifier le code]

Laguna Verde est un village situé dans une baie au Sud de la ville. Sa population est d'environ 5000 habitants. Il s'agit d'une zone très calme, qui possède de grands espaces naturels. C'est lieu où de nombreuses personnes se font construire des résidences secondaires. La grande partie de sa population travaille et étudie à Valparaíso.

Placilla-Curauna[modifier | modifier le code]

Placilla se situe à 11km à l'Est de Valparaíso, près de la réserve nationale Lago Peñuelas. Elle possède une population d'environ 40 000 habitants. Ce secteur possède de nombreuses installations portuaires et industrielles. Du fait de sa relative distance avec Valparaíso, Placilla a cherché à divers moments son indépendance administrative. À côté de Placilla se trouve le secteur de Curauna, une petite ville de 23 000 habitants. Actuellement, les deux secteurs sont en voie de conurbation avec Valparaíso et Viña del Mar. Tout comme Laguna Verde, la majorité de la population travaille ou étudie à Valparaìso ou Viña del Mar.


Sa configuration urbaine est déterminée par la topographie de la baie, dominée par quarante-quatre collines formant un amphithéâtre naturel donnant sur l'océan Pacifique.


La ville peut se visiter en utilisant les funiculaires, appelés ascensores en espagnol, qui permettent d'accéder aux quartiers situés sur les collines de la ville. De là, on peut voir toute la baie de Valparaiso, avec son port et au loin vers le nord-est la cité balnéaire de Viña del Mar.

Histoire[modifier | modifier le code]

La baie de Valparaiso est peuplée pour la première fois par les indiens Picunche, qui se consacraient à l'agriculture. D'autres sources disent que ce sont les Indiens Changos (es), dévoués à la pêche et qui se déplaçaient entre Caldera et Concepción.

Valparaiso fut fondée le par don Pedro de Valdivia qui par cette fondation donna un port à la ville de Santiago située 120 km au sud-est de là[1].

De 1559 à 1615, les pirates anglais attaquèrent à plusieurs reprises Valparaiso pour s'emparer de l'or stocké dans le port. En 1594, le gouverneur du Chili fit construire un fort au pied de l'actuel cerro Artilleria et fit protéger le port par des militaires.

Dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle, l'activité portuaire du site augmenta fortement. C'est de là que partaient le vin, le cuir et le fromage qui étaient envoyés dans l'ensemble de la Vice-royauté du Pérou. Plusieurs navires en provenance de la métropole s'y arrêtaient aussi. En 1730, on y comptait 100 maisons et 4 églises.

Avec l'indépendance du Chili et la nouvelle liberté de commerce, Valparaiso devint le port le plus important de la nouvelle nation et l'escale obligée pour les navires allant de l'Atlantique au Pacifique via le détroit de Magellan. Au cours des années 1820, l'un des principaux négociants de la ville était un Français, Henry DuBern.

Le port entra en déclin avec la construction du canal de Panama, la percée du canal portant un coup sévère à la cité qualifiée alors de « perle du Pacifique ».

Le , un séisme de magnitude de 8,2 sur l'échelle ouverte de Richter causa la mort de 3 000 personnes et fit 20 000 blessés à Valparaíso[2],[3].

Le , un gigantesque incendie dévaste une partie de la ville. Les pompiers mettent dix jours pour maîtriser le feu. Finalement, 2 900 logements sont détruits, 12 500 personnes sont touchées et l'on dénombre 15 morts. La présidente du Chili, Michelle Bachelet, évoque « sans doute le pire incendie de l'histoire de Valparaiso »[4].

Transports[modifier | modifier le code]

Rame Alstom 2005) du métro de Valparaíso au terminus Puerto

Le métro de Valparaíso (Metro Regional de Valparaíso, ou Merval) a été inauguré le . Son unique ligne relie, en vingt stations, la capitale régionale, Valparaíso, à Limache en passant par la ville la plus peuplée de la région, Viña del Mar, Quilpué et Villa Alemana. La ville de Valparaíso est desservie par cinq stations : Puerto, Bellavista, Francia, Barón et Portales.

Les ascensores, des funiculaires, desservent les hauts quartiers de Valparaiso. Ces dernières années de nombreux funiculaires ont été arrêtés mais un programme de restauration via l'achat par l'État chilien est en cours.

Personnalités illustres[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Valparaíso.

Personnalités nées à Valparaiso :

Personnalités décédées à Valparaiso :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alonso de Góngora Marmolejo, Historia de Chile desde su descubrimiento hasta el año de 1575, Imp. del Ferrocarril, (présentation en ligne)
  2. http://www.ciudaddevalparaiso.cl/inicio/patrimonio_historia_sxxi.php?id_hito=14
  3. http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/world/world_deaths.php
  4. « Après dix jours de feu, l'incendie géant de Valparaiso est maîtrisé », RTS Info,‎ (lire en ligne)