Gilles Ménage (haut fonctionnaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gilles Ménage (politique))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ménage.
Page d'aide sur l'homonymie Pour le grammairien du XVIe, voir Gilles Ménage (grammairien).

Gilles Ménage, né le à Bourg-la-Reine (Seine) et mort le [1], est un haut fonctionnaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'École nationale d'administration (1967-1969), Gilles Ménage occupe successivement les postes de sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de Tarn-et-Garonne, puis de directeur de cabinet du préfet de la région du Limousin et de préfet de la Haute-Vienne. Après avoir été conseiller technique puis chef de cabinet du secrétaire d'État aux Postes et Télécommunications, de 1974 à 1975, il est chargé de mission auprès du Préfet de Paris de 1975 à 1977, puis directeur de cabinet du Préfet de Paris de 1977 à 1981.

Appelé à la présidence de la République sous François Mitterrand, il y exerce les fonctions de :

  • 1981 - 1982 : conseiller technique au secrétariat général de la Présidence de la République,
  • 1982 - 1988 : directeur de cabinet adjoint de la Présidence de la République, période pendant laquelle il sera nommé préfet (en service détaché),
  • 1988 - 1992 : directeur de cabinet de la Présidence de la République.

Jean-Edern Hallier le considérait comme « particulièrement nul »[2]

De 1992 à 1995, il est président d'Électricité de France. En 1997, il fait condamner Paul Barril pour diffamation[3].

Depuis 2003 et après avoir été à plusieurs reprises candidat malheureux à l'élection municipale de Penne d'Agenais, il est le secrétaire-général de l'Institut François-Mitterrand.

En 2005, il est condamné à une peine de prison avec sursis et à une amende de 5 000 euros pour « atteinte à l'intimité de la vie privée » dans le cadre de l'affaire des écoutes de l'Élysée. Fin septembre 2008, cette condamnation est confirmée par la Cour de cassation[4],[5]. Dans l'ouvrage Hallier l'Edernel jeune homme, paru en 2016[6], il est décrit comme l'un des « complices, hommes de main, de paille et de grain » du « gangster de haut vol » Mitterrand qui « semblent aspirer à prolonger leur séjour terrestre, peut-être par crainte de l'enfer « sur mesure » qu'ils savent encourir ».

En 2009, il accède à la présidence du club de rugby de l'ASPSS (Association sportive de Penne et de Saint-Sylvestre).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Œil du Pouvoir, Fayard, 1999-2001
    • Tome I : Les affaires de l'État 1981-1986
    • Tome II : Face aux terrorismes internes 1981-1986
    • Tome III : Face au terrorisme moyen-oriental 1981-1986

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. LeMonde.fr avec AFP, « Gilles Ménage, un proche de Mitterrand, est mort » sur Le Monde, 5 juillet 2017
  2. Carré d'Art : Byron, Barbey d'Aurevilly, Dalí, Hallier, Jean-Pierre Thiollet, Anagramme éditions, 2008, p. 190. (ISBN 978 2 35035 189 6)
  3. « Publication judiciaire », L'Express, 10 juillet 1997.
  4. Epilogue pour l'affaire des Ecoutes de l'Elysée, sur lefigaro.fr, 30 septembre 2008
  5. « L'affaire des écoutes de l'Élysée définitivement close », sur lepoint.fr, 30 septembre 2008
  6. Hallier, l'Edernel jeune homme, Jean-Pierre Thiollet, Neva éditions, 2016, p. 24. (ISBN 978 2 35055 217 0)

Liens externes[modifier | modifier le code]