Jean-Claude Colliard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colliard.
Jean-Claude Colliard
Fonctions
Membre du Conseil constitutionnel

(9 ans)
Président Roland Dumas
Yves Guéna
Pierre Mazeaud
Prédécesseur Jacques Robert
Successeur Guy Canivet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Française
Diplômé de Université de Paris
IEP de Paris
Profession Universitaire

Jean-Claude Colliard, né le à Paris et mort le dans la même ville[1], est un juriste et administrateur français.

Il est l'un des spécialistes français du gouvernement comparé (spécialité de politique comparée, domaine de recherche de la science politique), agrégé de droit public et de sciences politiques.

Membre du Conseil constitutionnel de mars 1998 jusqu'à fin février 2007, il est président de l'université Panthéon-Sorbonne de 2009 à 2012, puis président du PRES Hautes Études-Sorbonne-Arts et Métiers (de juin 2012 à sa mort).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Colliard est le deuxième « doyen Colliard » : son père, Henri-Claude-Albert, était également un professeur de droit reconnu, spécialisé en droit international. D'une famille originaire du Sud de la France, il a été membre du conseil municipal de La Ciotat.

Formation[modifier | modifier le code]

Il fait ses études secondaires au lycée Champollion à Grenoble et au lycée Henri-IV à Paris, puis fréquente la faculté de droit de Paris et l'Institut d'études politiques de Paris. Il est agrégé de sciences politiques et de droit public.

Carrière[modifier | modifier le code]

De 1968 à 1972, Jean-Claude Colliard est assistant à la faculté de droit de Paris, puis à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il devient maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris, où il reste jusqu'en 1981.

À partir de 1974, il est également professeur à l'Institut régional d'administration de Nantes et enseigne le droit à l'université de Nantes, dont il est le doyen entre 1980 et 1982.

De retour à Paris, il enseigne à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 1985 et devient directeur du département de science politique de cette même université dix ans plus tard.

Il rejoint l'équipe de campagne de François Mitterrand lors des élections de 1981, aux côtés de Jacques Fournier, Nicole Questiaux, Nathalie Duhamel, Michel Vauzelle, Jean Glavany, Hubert Védrine, Alain Boublil, Jacques Attali, puis fait parte de l'« antenne présidentielle » en charge de gérer la transition de pouvoir[2]. Il devient la même année directeur adjoint, puis directeur du cabinet de François Mitterrand, président de la République. Il est en charge, entre autres, de la communication et des télévisions[2]. Il y reste jusqu'en 1988 puis dirige le cabinet de Laurent Fabius, président de l'Assemblée nationale[1].

Il se lance dans la course des élections législatives françaises de 1988[3], avec Olivier Spithakis comme suppléant[4].

De à , il est membre de la Commission Vedel de réflexion sur la réforme du mode de scrutin, et membre du comité consultatif pour la révision de la Constitution, présidé par Georges Vedel[5].

De à , Jean-Claude Colliard est membre du Conseil constitutionnel, nommé par Laurent Fabius, toujours en sa qualité de président de l'Assemblée nationale[1].

Il est président de la Fondation Santé des étudiants de France (FSEF), qui gère des établissements de santé accueillant des jeunes en « soins-études », de 2007 jusqu'à son décès.

Il est élu le à la présidence de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et occupe cette fonction jusqu'au . Il cède sa place à l'historien Philippe Boutry.

Il a été cité comme un des trois « sages » chargés de veiller à la régularité des primaires socialistes de 2011.

Il est, de jusqu'à son décès le président du PRES Hautes Études-Sorbonne-Arts et Métiers.

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Colliard, Les Républicains indépendants -Valéry Giscard d'Estaing, PUF,‎ , 325 p.
  • Jean-Claude Colliard, Les régimes parlementaires contemporains, Les Presses de Sciences Po,‎ , 369 p. (ISBN 978-2724604016)

Jean-Claude Colliard a également rédigé la Constitution de la Principauté d'Andorre[réf. nécessaire][note 1].

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il a rédigé plusieurs articles scientifiques sur le sujet. Ex : L'état d'andorre

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Décès de Jean-Claude Colliard, ancien directeur de cabinet de François Mitterrand », sur Nouvelobs.com,‎
  2. a et b Floran Vadillo, « Prendre le pouvoir : le joli mois de mai », sur Mitterrand.org,‎
  3. Pierre-Alain Furbury, « L'avenir après Mitterrand Que sont devenus les conseillers du président ? », sur Lesechos.fr,‎
  4. Armelle Thoraval, « L'affaire Mnef dérive vers le PS du sud. Les largesses d'une mutuelle de Marseille au centre d'une enquête. », sur Liberation.fr,‎
  5. « CV Jean-Claude Colliard », sur Univ-paris1.fr
  6. Décret du 31 décembre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]