Francis de Noyelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyelle.
Francis de Noyelle
Maharadjah du Népal, Herzog et de Noyelle-cropped.jpg
Francis de Noyelle en 1950.
Fonction
Ambassadeur de France au Népal (d)
-
François de Testa (d)
Lionel de Warren (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 97 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Francis Deloche de NoyelleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Francis de Noyelle est un diplomate français, né le à Paris où il est mort le . Il est notamment ambassadeur de France au Népal entre 1980 et 1984.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, après deux années passées dans le cabinet du préfet de l'Hérault, Francis de Noyelle joue un rôle important dans la résistance intérieure française, notamment en Isère et à Paris. Membre du réseau Goélette, sa mission est de recruter des partisans et de trouver des adresses pour stocker l'ensemble des documents volés aux nazis pendant l'Occupation. Il reçoit plusieurs distinctions pour ses actes de résistance.

Après la guerre, il entame une carrière diplomatique qui va s'étendre sur 40 ans. Alors secrétaire à l'ambassade de New Delhi, il est membre[a] de la célèbre expédition française de 1950 menée par Maurice Herzog qui conquiert l'Annapurna[b]. Par la suite, Francis de Noyelle alterne entre des postes à l'administration centrale du ministère des Affaires étrangères et des fonctions aux ambassades de France en Tchécoslovaquie, au Maroc, au Canada et, enfin, au Népal.

Après avoir été décoré de la Légion d'honneur et de l'ordre national du Mérite, il est, au moment de sa mort en 2017, le dernier survivant de son expédition en Himalaya.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et Résistance intérieure (1919–1945)[modifier | modifier le code]

La porte d'entrée et la façade bleue du restaurant.
Francis de Noyelle grandit juste à côté du restaurant Prunier.

Francis Deloche de Noyelle, né le dans le 16e arrondissement de Paris[1], est fils de diplomates : André Deloche de Noyelle, ministre plénipotentiaire, et Jeanne née de Geer[1],[2]. Il grandit au 1, rue de Traktir, juste à côté du restaurant Prunier[3]. Il étudie au lycée Janson-de-Sailly, puis aux facultés des lettres et de droit de Paris, Poitiers, Montpellier et Grenoble[1].

Entre 1941 et 1942, il est chef adjoint du cabinet du préfet de l'Hérault[1]. Durant la Seconde Guerre mondiale, il participe à la Résistance en Isère[2]. Depuis , alors que sa couverture consiste à se faire passer pour un étudiant et scout grenoblois, il assure le bon fonctionnement d'un petit réseau, Goélette (partie intégrante du Bureau central de renseignements et d'action), qui s'étend jusqu'à Valence[2],[3]. Sous les ordres du général de Gaulle, il est chargé d'agrandir le réseau[3]. Sa mission consiste également à trouver des adresses de « dépôt »[c], où il est possible de stocker tous les renseignements obtenus (photographies, plans et documents volés) avant qu'ils ne soient envoyés au service de renseignements du général de Gaulle situé à Londres[3]. Après avoir recruté des membres de la famille Jackson (Phillip, Toquette et Sumner), il établit chez eux au 11, avenue Foch, une base de la Résistance à Paris[d],[3],[5]. Après la libération de Grenoble en , il devient « interprète officier de liaison du commandant bataillon de tête des troupes libératrices »[2].

Carrière diplomatique et ascension de l'Annapurna (1945–1985)[modifier | modifier le code]

À la sortie de la guerre, Francis de Noyelle travaille au ministère des Affaires étrangères, en tant qu'administrateur à la direction d'Asie-Océanie (1946–1948)[1],[6].

Vue large d'un sommet.
La face sud de l'Annapurna.

Alors second secrétaire à l'ambassade de New Delhi depuis 1948[1],[7], il part trois jours en reconnaissance au Népal en 1949, dans l'optique d'une possible expédition française en Himalaya[8]. Après avoir négocié avec les autorités népalaises pour obtenir les autorisations[8], il participe, en tant que chargé de liaisons, à l'expédition de 1950 menée par Maurice Herzog, qui a conquis l'Annapurna, faisant partie du premier des 14 sommets de 8 000 mètres ayant été gravis dans le monde[2],[9]. Sa mission consiste à faciliter le transfert de matériel, à recruter les porteurs népalais et à obtenir les bulletins météo[10],[11]. Il participe à l'ascension mais ne va pas plus loin que le deuxième camp[12], situé à 5 600 m d'altitude[10],[13]. En cours d'ascension, il est le seul à effectuer des essais de masque à oxygène, dans un but uniquement médical[13],[14]. Outre le cinéaste de l'expédition Marcel Ichac, Francis de Noyelle tourne également des images — en format Super 8 — de la grimpée[e],[15] ; il enregistre près de 40 minutes de film[13]. À leur retour en France, Francis de Noyelle et ses compagnons alpinistes sont reçus à la salle Pleyel (8e arrondissement de Paris) puis au palais de l'Élysée[16] pour célébrer leur exploit ; le président de la République Vincent Auriol, cinq ministres et toutes les personnalités du sport et de l'alpinisme sont présents[17].

Après l'expédition, il intègre le service de la direction de la presse de l'administration centrale dédié aux questions américaines[1]. Deux ans plus tard, en 1952, il rejoint l'ambassade en Tchécoslovaquie et y devient deuxième puis premier secrétaire[1],[2]. En 1955, il accède au poste de chef adjoint de cabinet à la résidence générale de France au Maroc[1]. Il reste jusqu'en 1958 à Rabat et y est nommé premier secrétaire de l'ambassade[1],[2]. Il revient collaborer à l'administration centrale, plus particulièrement dans la section de la direction des affaires économiques spécialisée dans les questions relatives au continent africain[1]. En 1966, il part pour Ottawa où il exerce ses fonctions de conseiller à l'ambassade française au Canada jusqu'en 1969[1],[2], date à laquelle il part intégrer le service du courrier et de la valise diplomatique de l'administration centrale[1]. Il est promu sous-directeur de ce service en 1971[1]. Francis de Noyelle est nommé haut fonctionnaire de défense en 1978[1]. Après avoir rédigé un rapport de fin de mission pour le ministère[18], il est nommé ambassadeur au Népal le [1],[2],[10],[19],[20] et remplace ainsi François de Testa[21]. Alors que son mandat au Népal doit expirer le [22], il est remplacé à partir du par Lionel de Warren[23] et prend sa retraite l'année suivante[1].

Retraite et fin de vie (1985–2017)[modifier | modifier le code]

Après avoir été admis à faire valoir ses droits à la retraite, Francis de Noyelle est chargé de mission à la Croix-Rouge française pendant quatre ans (1985–1989). Il est parallèlement nommé juge assesseur à la Commission des recours des réfugiés (1986–1998)[1].

En 2000, il participe à la célébration du cinquantenaire de l'ascension française de l'Annapurna[24].

Alors qu'il est le dernier survivant de son expédition en Himalaya, Francis de Noyelle meurt le , à l'âge de 97 ans[2]. Ses obsèques sont célébrées le suivant, à l'église protestante unie de l'Étoile (17e arrondissement de Paris)[13],[25].

Vie privée et engagement associatif[modifier | modifier le code]

Depuis son très jeune âge, Francis de Noyelle a pour passions le tennis et le ski, deux sports qu'il pratique jusqu'à la fin de sa vie — respectivement jusqu'à ses 85 et 90 ans[2].

Sa femme Odette-Juliette, née Petit-Delrieu le à Strasbourg (Bas-Rhin)[26] et morte[Quand ?], est également diplomate[1]. Ensemble, ils ont trois enfants : Luc, Guy et Marc[1]. Ils vivent à Paris[15] et séjournent une partie de l'année dans leur chalet situé à Saint-Nicolas-de-Véroce (Saint-Gervais-les-Bains, Haute-Savoie)[27].

Il est membre de la Société des explorateurs français[28], du Cercle du mardi[1] et du comité scientifique de la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM)[29]. C'est en tant que membre de la FFCAM qu'il contribue notamment à la création du musée international de la montagne, situé dans la vallée de Pokhara[29].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ordres

Médailles militaires

Prix

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il joue le rôle de « chargé de liaisons ».
  2. L'Annapurna est officiellement le premier des 14 sommets de plus de 8 000 mètres ayant été gravis sur Terre.
  3. (en) « drop boxes »
  4. Cet emplacement est situé à côté du 1, rue Traktir, où Francis de Noyelle passe son enfance. Il s'agit d'un endroit stratégique puisque le siège de la Gestapo et plusieurs appartements d'officiers nazis sont situés tout le long de l'avenue Foch[4].
  5. Maurice Herzog est également en possession d'une caméra au moment de l'ascension, mais la perd dans une crevasse lors de la redescente du sommet[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z et aa Lafitte et Taylor 2003.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Décès de Francis de Noyelle, diplomate et héros de l'Annapurna avec Herzog », sur Le Parisien, (consulté le 31 mars 2017).
  3. a, b, c, d et e Kershaw 2015, p. 87.
  4. Kershaw 2015, p. XV.
  5. Kershaw 2015, p. 89.
  6. Georges-Henri Soutou (dir.), Documents diplomatiques français : 1947, t. 2, Peter Lang, , 1040 p. (ISBN 978-90-5201-099-1, ISSN 1377-8773, lire en ligne), p. 1031.
  7. Michel Raspaud, L'aventure himalayenne : les enjeux des expéditions sur les hautes montagnes du monde, 1880-2000, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Sports, cultures, sociétés », , 213 p. (ISBN 9782706111204), p. 62.
  8. a et b Sylvia Depierre, « Cette année-là - L'invité : Francis de Noyelle » [radio], sur YouTube, France Bleu Pays de Savoie, (consulté le 4 avril 2017).
  9. René Girard (dir.) et al., Club Alpin Français : Bulletin de la Section du Sud-Ouest et du Ski-Club Bordelais, Bordeaux, s.n. (no 71), (lire en ligne), p. 36.
  10. a, b et c Véronique Laroche-Signorile, « Le 3 juin 1950 l'Annapurna est conquis par Herzog et Lachenal », sur Le Figaro, (consulté le 31 mars 2017).
  11. Lucien Devies, « Himalaya 1950 », La Montagne, no 347,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  12. Roberts 2013.
  13. a, b, c et d Françoise Guais et Vincent Habran, « Dernier témoin de l'expédition Annapurna, l'alpiniste Francis de Noyelle est décédé » [vidéo], sur France Info, France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le 4 avril 2017).
  14. Maurice Herzog et Marcel Ichac, Regards vers l'Annapurna : album de photographies, B. Arthaud, coll. « Belles pages, belles couleurs », , 2e éd., 96 p., p. 93.
  15. a, b et c Bleuette Dupin, « Annapurna : les images du dernier témoin de l'expédition de 1950 », sur France Bleu, France Bleu Pays de Savoie, (consulté le 4 avril 2017).
  16. « 50e anniversaire de l'ascension de l'Annapurna » [vidéo], sur YouTube, Institut national de l'audiovisuel et France 3, (consulté le 4 avril 2017).
  17. O. M., « Les vainqueurs de l'Annapurna ont reçu l'hommage des Parisiens », sur Le Monde, (consulté le 4 avril 2017).
  18. Société d'éditions scientifiques, L'Histoire, Numéros 102 à 106, Société d'éditions scientifiques, , p. 26.
  19. « Les Ambassadeurs », sur Ambassade de France au Népal (consulté le 1er avril 2017).
  20. Lucien Devies (dir.), « Le nouvel ambassadeur de France au Népal », La Montagne & Alpinisme, no 123,‎ , p. 38 (lire en ligne).
  21. « Décret du 10 septembre 1980 », Journal officiel de la République française,‎ , p. 2178 (lire en ligne).
  22. (en) Nepal Press Digest, vol. 23, Regmi Research Project (no 1–53), (lire en ligne), p. 101.
  23. « Décret du 15 février 1984 », Journal officiel de la République française,‎ , p. 632 (lire en ligne).
  24. Pierre Jullien, « L'Annapurna, premier « 8 000 » français », sur Le Monde, (consulté le 4 avril 2017).
  25. « Francis Deloche de Noyelle », sur avis-de-deces.net, (consulté le 3 avril 2017).
  26. « 28, rue Julien-Lacroix et 62-64, rue des Couronnes », Bulletin municipal officiel de la ville de Paris,‎ , p. 2577 (lire en ligne).
  27. A. C., « Mort de Francis de Noyelle, vétéran de l’Annapurna », sur Le Dauphiné, (consulté le 4 avril 2017).
  28. « Les sociétaires », sur Société des explorateurs français (consulté le 1er avril 2017).
  29. a et b « Décès de Francis de Noyelle », sur Fédération française des clubs alpins et de montagne (consulté le 4 avril 2017).
  30. Antoine Chandellier, « Francis de Noyelle, le "naïf" de l’Annapurna », sur Le Dauphiné, (consulté le 31 mars 2017).
  31. « Décret du 6 septembre 1945 portant attribution de la médaille de la Résistance française », Journal officiel de la République française,‎ , p. 5683 et 5689 (lire en ligne).
  32. « Prix Marie-Christine Ubald-Bocquet », sur Académie des sports (consulté le 1er avril 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 juillet 2017 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 26 juillet 2017 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.