Charles Savalette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Savalette
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Charles Savalette est un financier français né en 1683 et mort en 1756.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Savalette était d'assez modeste extraction puisque son grand-père Pierre Savalette (†1671), désigné comme « bourgeois de Paris », était marchand vinaigrier dans le quartier du Marais à Paris et remporta un grand succès commercial avec ses diverses recettes de vinaigres et de moutardes.

Son père, également prénommé Pierre (†1722) avait acquis une étude de notaire (1670) qu'il avait su faire fructifier dans d'heureuses spéculations qui l'avaient beaucoup enrichi et lui permirent d'acquérir l'hôtel de Beauvais, rue François-Miron à Paris. Il devint doyen des notaires du Châtelet, puis échevin de Paris (1690) et enfin capitoul de Toulouse (1710), charge recherchée car anoblissante.

Charles Savalette spécula heureusement sur le système de Law et augmenta sa fortune grâce à la Compagnie des Indes, dont il devint l'un des directeurs. Ayant gagné beaucoup d'argent, il put faire l'acquisition en 1724 d'une charge de fermier général. Il bénéficia de la protection de puissantes familles telles que les Orléans et les Chamillart[1]. En 1749[2], il fut nommé à la charge aussi prestigieuse que lucrative de garde du Trésor royal et renonça pour celle-ci à sa charge de fermier général.

Le , il fit l'acquisition des fiefs de Magnanville, Buchelay dans le Vexin français (actuel département des Yvelines) pour la somme de 900 000 livres[3]. Il agrandit considérablement le domaine en faisant l'acquisition de plusieurs villages alentour, comme Rosay en 1748 que son fils revendit en 1760 à Jacques-Louis de Brétignières.

De 1750 à 1753, il fit rebâtir le château par l'architecte François II Franque. L'ampleur et le faste de la nouvelle construction, qui coûta 2 400 000 livres, stupéfièrent les contemporains.

Il épousa le Anne Germaine Élisabeth Gilbert de Nozières (°1693) dont il eut cinq enfants[4] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Huvé, Un architecte des Lumières : Jean-Jacques Huvé, 1742-1808, p. 17 note 33
  2. Jean-Claude Huvé, Un architecte des Lumières : Jean-Jacques Huvé, 1742-1808, p. 11 note 13
  3. Paul Roche, « Un peu d'histoire locale : Magnanville, un chartrier intéressant », Bulletin officiel du district de Mantes, no 12,‎ , p. 11 cité par Jean-Claude Huvé, Un architecte des Lumières : Jean-Jacques Huvé, 1742-1808
  4. « Famille Savalette », sur www.pastellists.com (consulté le 14 février 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Caix de Saint-Aymour (préf. André Michel), Une famille d'artistes et de financiers aux XVIIème et XVIIIème siècles, les Boullongne, Paris, H. Laurens, , XI-340 p. (lire en ligne)
  • Jean-Claude Huvé, Un architecte des Lumières : Jean-Jacques Huvé, 1742-1808 : sa vie, sa famille, ses idées, Paris, L'Harmattan, , 143 p. (ISBN 2-7384-3055-4), p. 10-13