Charles-Malo de Lameth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles Malo de Lameth)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lameth.
Charles-Malo de Lameth
Charles de Lameth,estampe de François Bonneville,Paris, BnF, département Estampes et photographie, 1796.
Charles de Lameth,
estampe de François Bonneville,
Paris, BnF, département Estampes et photographie, 1796.

Naissance
Paris
Décès (à 75 ans)
Paris
Origine Français
Arme Cavalerie
Grade lieutenant général
Années de service -1819
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 30e colonne.
Famille Augustin Louis Charles de Lameth
Théodore de Lameth
Alexandre de Lameth (frères)

Charles-Malo-François de Lameth est un général français, né le à Paris où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Charles-Malo de Lameth est issu d'une très ancienne famille de noblesse d'épée dont l'origine connue remonte au XIIIe siècle. Au XVe siècle, Antoine Ier de Lameth, premier écuyer de Charles le Téméraire, après la mort de ce dernier, en 1477, se mit au service du roi de France. Il devint conseiller et chambellan de Louis XI. Il avait épousé, en 1460, Jacqueline d'Hénencourt. La seigneurie d'Hénencourt passa ainsi à la famille de Lameth.

Il est le frère de d’Augustin, Théodore et Alexandre de Lameth.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Duel de Charles Lameth et du marquis de Castries (1790), gouache de Jean-Baptiste Lesueur.

Officier dans l’armée de Jean-Baptiste de Vimeur, comte de Rochambeau, il est nommé colonel le 10 mars 1788, au régiment de cuirassiers du roi, puis député de l’Artois aux États généraux, il siège à la gauche de l’Assemblée constituante.

Il reprend du service dans l’armée comme maréchal de camp le 6 février 1792, et après l’émigration de son frère Alexandre en 1792, il est arrêté à Rouen alors qu'il se rend au Havre, mais s’échappe et gagne Hambourg. Il est finalement radié de la liste des émigrés en 1801.

Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 20 juin 1809, et il est nommé lieutenant général le 23 août 1814. Il est mis à la retraite en 1819, et il est élu député de Seine-et-Oise jusqu’en 1831.

En 1785, il acquiert le château dit aujourd'hui « de Grouchy » à Osny (Val-d'Oise) qu'il fait entièrement reconstruire, sans doute à son retour d'émigration.

Il est enterré dans la 28e division du cimetière du Père-Lachaise[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal des débats politiques et littéraires, (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]