Frédéric Encel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frédéric Encel

Description de cette image, également commentée ci-après

Frédéric Encel au Salon du Livre Amerigo Vespucci dans le cadre du 20e Festival international de géographie à Saint-Dié-des-Vosges.

Naissance (45 ans)
Paris (France)
Nationalité Française
Champs Géopolitique et relations internationales
Institutions Institut d'études politiques de Paris,
École supérieure de gestion,
Institut français de géopolitique,
Institut des hautes études de défense nationale
Diplôme Docteur en géopolitique,
Habilitation universitaire,
Directeur de thèse Yves Lacoste
Renommé pour Géopolitique du Moyen-Orient
Distinctions Chevalier de l'Ordre national du Mérite

Frédéric Encel, né à Paris le 4 mars 1969, est un essayiste et géopolitologue français. Il est professeur de relations internationales à l’ESG Management School[1], habilité à diriger des recherches (HDR) et maître de conférences à Sciences-Po Paris[2]. Directeur de séminaire à l'Institut français de géopolitique[3], il est également intervenant à l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN)[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de Sciences-Po et docteur en géopolitique de l’université de Vincennes à Saint-Denis, premier Prix au Concours national Résistance et Déportation (1987), Frédéric Encel est consultant en géopolitique pour des entreprises publiques et privées œuvrant à l’exportation.

Il est l'auteur d'une thèse de doctorat, Géopolitique de Jérusalem. Représentations, stratégies et perspectives autour d’une cité sanctifiée, sous la direction d’Yves Lacoste, soutenue à l'université de Paris 8-Saint-Denis en 1997 (avec les Félicitations du Jury)[5],[6].

Formé par Yves Lacoste au Centre de recherche et d'analyse en géopolitique (CRAG, devenu ensuite Institut français de géopolitique), il est spécialiste du conflit israélo-palestinien. Ses travaux et publications portent sur les questions stratégiques, les relations internationales (Moyen-Orient en particulier), la défense de la laïcité et l’égalité des femmes. En 1998, il écrit Géopolitique de Jérusalem, sujet de sa thèse de doctorat. L'année suivante, il rédige Le Moyen-Orient entre guerre et paix. Une géopolitique du Golan. En 2000, il publie L’art de la guerre par l’exemple. Stratèges et batailles. Suite aux événements du , il rédige Géopolitique de l’apocalypse. La démocratie à l’épreuve de l’islamisme en 2002, ouvrage dans lequel il appelle notamment à ne pas confondre islam d'une part, islamisme radical d'autre part.

En collaboration avec Olivier Guez, l'année suivante, il publie La Grande Alliance. De la Tchétchénie à l’Irak : un nouvel ordre mondial. En 2004, il publie avec le géopolitologue François Thual Géopolitique d’Israël. Dictionnaire pour sortir des fantasmes. Un autre essai, Comprendre le Proche-Orient. Une nécessité pour la République, coécrit et codirigé avec Eric Keslassy, traitera de la menace potentielle d'une « mauvaise importation du conflit proche-oriental en France pour la cohésion nationale ». Dans ce livre, Encel prônait une présentation du conflit israélo-palestinien qui irait « au-delà des mythes et des fantasmes ».

En octobre 2006, il publie Géopolitique du sionisme. Stratégies d'Israël aux éditions Armand Colin, puis signe en mars 2008 le tout premier atlas d'Israël publié en français, intitulé Atlas géopolitique d'Israël, chez Autrement (une 2e édition augmentée et actualisée sort en 2012). En 2009, il publie un livre de géopolitique générale intitulé Horizons géopolitiques, au Seuil (la 2e édition paraît dans la collection points-poche en 2011 sous le titre Comprendre la géopolitique), puis dirige avec l'équipe de la Chaire de Management des Risques énergétiques de l'ESG Management School, un ouvrage collectif consacré aux risques énergétiques et intitulé Perspectives énergétiques (Ellipses, 2013). Enfin Frédéric Encel publie, toujours en 2013 mais aux éditions Autrement, un nouvel ouvrage géopolitique à vocation pédagogique et destiné au plus grand nombre : De quelques idées reçues sur le monde contemporain. Précis de géopolitique à l'usage de tous .

Expert auprès du Centre national du livre (CNL) pour les questions internationales, il a également soutenu son habilitation à diriger des recherches (HDR) à l'Institut français de géopolitique à l'université de Vincennes à Saint-Denis. Encel avait intégré en 1999 le think tank néoconservateur du Cercle de l'Oratoire qui publiait au début des années 2000 la revue Le Meilleur des Mondes, à laquelle il participait activement, et collabore aujourd'hui régulièrement aux revues Hérodote et Politique internationale. Il est par ailleurs régulièrement invité à intervenir aux Rendez-vous de l'Histoire de Blois et au Festival international de Géographie de St-Dié des Vosges.

Depuis le 26 août 2013, la Chronique internationale quotidienne qu'il assurait chaque matin de l'été sur France Inter[7] se poursuit tout au long de l'année, à 18h15. Militant anti-négationniste, Frédéric Encel a créé en 2011 (et préside depuis) les Assises nationales annuelles de la lutte contre le négationnisme, organisées chaque dernier dimanche de janvier à l'ESG Management School, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah.

Frédéric Encel est également membre du jury du Prix de Brienne du livre géopolitique, créé au printemps 2013, et a été nommé au grade de Chevalier dans l'Ordre national du Mérite (JO - 17 mai 2009).

Controverses[modifier | modifier le code]

Pascal Boniface, dans son livre Les intellectuels faussaires, dénonce des « contre-vérités » de certains intellectuels au rang desquels figure Frédéric Encel[8]. Boniface y reprend des critiques déjà émises quelques années plus tôt[9],[10], accusant Frédéric Encel d'être un ancien responsable du Bétar qui « masque ses positionnements communautaires pour se faire passer pour un universitaire « objectif » ». Encel a toujours réfuté ces accusations et y répond dans son livre Géopolitique de l'Apocalypse[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Géopolitique de Jérusalem, Flammarion, 1998 (nouvelle éd. revue et augmentée, 2008). (ISBN 978-2080814609)
  • Le Moyen-Orient entre guerre et paix. Une Géopolitique du Golan, Flammarion, 1999. (ISBN 978-2080800121)
  • L’Art de la guerre par l’exemple, Flammarion, 2000. (ISBN 978-2081218857)
  • Géopolitique de l’Apocalypse. La démocratie à l’épreuve de l’islamisme, Flammarion, 2002. (ISBN 978-2080800664)
  • La Grande alliance. De la Tchétchénie à l’Irak, un nouvel ordre mondial (avec Olivier Guez), Flammarion, 2003. (ISBN 978-2080800961)
  • Géopolitique d’Israël. Dictionnaire pour sortir des fantasmes (avec François Thual), Seuil, 2004. (nouvelle éd. en poche Points-Seuil, 2011). (ISBN 978-2020638203)
  • Comprendre le Proche-Orient. Une nécessité pour la République (codirigé avec Eric Keslassy), Bréal, 2005. (ISBN 978-2749505633)
  • Géopolitique du sionisme, Armand Colin, 2006. (nouvelle éd. revue et augmentée, 2009). (ISBN 978-2200345426)
  • Atlas géopolitique d'Israël. Aspects d'une démocratie en guerre, Autrement, 2008 (nouvelle éd. revue et augmentée, 2012). (ISBN 978-2746711143)
  • Comprendre la géopolitique, Seuil, 2011. (ISBN 978-2757822937)
  • Perspectives énergétiques (dir. collectif), Ellipses, 2013.
  • De quelques idées reçues sur le monde contemporain. Précis de géopolitique à l'usage de tous. Autrement, 2013.

(Plusieurs de ces ouvrages ont été traduits en espagnol, italien et roumain)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ESG Paris, « Département : Relations et Cultures Internationales », http://www.esg.fr (consulté le 21 septembre 2012)
  2. IEP Paris, « catalogue des enseignements 2011-2012 », http://www.sciencespo.fr (consulté le 21 septembre 2012), p. 693
  3. IFG, « Descriptif du Doctorat et liste de ses enseignants », http://www.geopolitique.net (consulté le 21 septembre 2012)
  4. IHEDN, « Personnalités ayant prononcé une ou plusieurs conférences dans le cadre des Entretiens d’Euromed-IHEDN », www.euromed-ihedn.fr (consulté le 26 septembre 2012)
  5. http://www.sudoc.abes.fr, « Géopolitique de Jérusalem 009958258 » (consulté le 23 septembre 2012)
  6. http://www.geopolitique.net, « Les docteurs » (consulté le 23 septembre 2012)
  7. http://www.franceinter.fr/emission-la-chronique-internationale-bientot-la-conscription-obligatoire-pour-les-ultra-orthodoxes-e
  8. Pascal Boniface, Les intellectuels faussaires, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, 2011, p. 151-163
  9. (en) Denis Sieffert, « Un expert », Politis,‎ 22 novembre 2007 (consulté le 6 juin 2011)
  10. Les bons services d’Encel, Politis, 22 octobre 2009.
  11. Frédéric Encel, Géopolitique de l'Apocalypse : La démocratie à l'épreuve de l'islamisme, Champs Flammarion, p. 205-208

Lien externe[modifier | modifier le code]