Frères Caudron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caudron.
Frères Caudron
Description de cette image, également commentée ci-après
Brevet de pilote de René Caudron, le no 180
Naissance Gaston Caudron - René Caudron (
Favières (Somme)
Décès Gaston Caudron (à 33 ans) - René Caudron ( (à 75 ans)
Nationalité Drapeau de la France française
Profession
avionneurs et pilotes d'aéroplanes
Autres activités
créateur de la première école de pilotage d'aéronefs au Crotoy

Gaston[1] ( - ) et René ( - ) Caudron sont des pionniers de l'aviation, nés à Favières dans le département français de la Somme. Gaston Caudron se tue avec le mécanicien Jaumes et le dessinateur Desmarais le 10 décembre 1915, alors qu'il effectue un vol d'essai avec un Caudron R4[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Les activités aéronautiques[modifier | modifier le code]

Pilotes[modifier | modifier le code]

Gaston et René Caudron se passionnèrent pour l'aviation naissante et réalisèrent durant l'été 1908 un planeur, Romiotte 1, qu'ils firent voler au printemps 1909 à la Ferme de Romiotte, entre Ponthoile et Forest-Montiers à quelques kilomètres du Crotoy. Celui-ci était tiré par un cheval, la jument Luciole et réalisa neuf vols en ligne droite de 800 à 1 200 m. sous le pilotage de René[3].

René Caudron a été le premier pilote à se poser au Touquet, c'était le dimanche 10 juillet 1910. Une médaille d'or lui fut offerte à cette occasion par Léon Soucaret, maire du Touquet. René Caudron revint par la suite fréquemment au Touquet et, fin juillet, il effectua un aller-retour Merlimont, « exploit » renouvelé en août. Le 7 août, il passa au Touquet son brevet de pilote, le numéro 180. Le 3 mars 1911, Gaston obtint à son tour le brevet civil de pilote, le numéro 434.

Avionneurs[modifier | modifier le code]

Embarquement d'un hydravion Caudron sur le transport d'hydravions Foudre en 1914.

Les frères Caudron devinrent également avionneurs. Ils créèrent en 1909 l'Association « Aéroplanes Caudron Frères » qui devint, dès 1910 la Société des avions Caudron initialement installée au Crotoy[4] , puis à Rue et occupèrent une place particulière dans l'histoire de l'aviation.

En 1912, ils créèrent le tout premier hydravion de l'histoire. Henri Fabre fit voler son hydravion le 28 mars 1910 sur l'étang de Berre.

L'un des plus célèbres avions construit par les frères Caudron fut le biplan G3, monomoteur qui connut un succès commercial permettant aux deux frères de développer et de diversifier la construction de plusieurs séries d'aéroplanes. La Première Guerre mondiale permit l'expansion de l'entreprise à travers les commandes de l'armée française et la formation des pilotes (3 985 avions). Le modèle G3 fut utilisé notamment dans la reconnaissance aérienne.

Du fait de la guerre et de la proximité du front, les frères Caudron délocalisèrent leur usine qui quitta la Somme pour Issy-les-Moulineaux et Lyon.

Le 1er février 1920, René Caudron recruta Adrienne Bolland, ancienne élève de l'école Caudron, comme pilote d'essai, ce fut la première femme qui occupa ce poste dans la société. Elle y resta trois ans[5].

École de pilotage[modifier | modifier le code]

Dès 1910, ils créèrent aussi la toute première école de pilotage du monde : École de pilotage Caudron du Crotoy, attirant dans la Somme de futurs aviateurs. Les élèves faisaient chaque jour le circuit Le Crotoy - Le Touquet et retour avec atterrissage sur la plage. On installa pour eux un atelier de dépannage et réparation, à la suite des nombreux capotages dans le sable mou.

En 1913, l'école de pilotage se doubla d'une école militaire de pilotage. Durant l'année 1913, Gaston créa en Chine la première école de pilotage de ce pays. Il fut le premier pilote à survoler la Cité interdite, lors de la livraison de douze biplans type G3 commandés par la Chine[3].

En 1928, l'école d'aviation était définitivement transférée à Ambérieu-en-Bugey dans l'Ain..

Gaston Caudron se tua à bord d'un Caudron R-4 lors d'un essai le 12 décembre 1915 sur l'aérodrome de Lyon-Bron avec le mécanicien Jaumes et le dessinateur Demarez.

Disparition de la société Caudron[modifier | modifier le code]

La société Caudron s'installa notamment sur l'aérodrome de Guyancourt dans les Yvelines. Mais le , Caudron Aéroplanes fut rachetée par Louis Renault qui rebaptisa la société « Caudron Renault ». René Caudron quitta la société en 1939.

Les avions Caudron dans l'histoire de l'aviation[modifier | modifier le code]

Hélène Boucher devant son Caudron Rafale.

Hommages[modifier | modifier le code]

Dans la Somme :

  • Un monument aux frères Caudron a été érigé au Crotoy dans l'entre-deux-guerres.
  • À Rue, un musée des Frères Caudron retrace leurs carrières.
  • À Favières, une plaque gravée, fixée sur le pignon, signale leur maison de naissance.
  • À Ponthoile, un monument a été élevé, face au chemin d'accès à la ferme de Romiotte.
  • À Abbeville, une rue du centre ville porte le nom des Frères Caudron
  • À Amiens, une rue du centre ville porte le nom de Caudron

Dans les Yvelines :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]