Film d'opéra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le film d'opéra est un genre de cinéma qui regroupe les œuvres cinématographiques qui portent à l'écran des œuvres lyriques : opéras, opéras bouffe, opéras comiques. Les films d'opéra sont des œuvres cinématographiques à part entière et doivent être distingués radicalement des représentations d'opéra filmées dans un théâtre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts en Allemagne[modifier | modifier le code]

L'opéra et ses personnages intéressa déjà les grands réalisateurs du cinéma muet[1] : Cecil B. DeMille, en 1915, puis Ernst Lubitsch, en 1918, réalisèrent chacun une Carmen qui reprenait, comme l'opéra de Bizet, la seule troisième partie de la nouvelle de Mérimée. Dès les débuts du cinéma parlant, de grands cinéastes s'intéressèrent au film d'opéra. Sorti en 1931, L'Opéra de quat'sous de Pabst (texte de Bertolt Brecht et musique de Kurt Weill) est plutôt une pièce de théâtre en chansons qu'un opéra. Le premier film d'opéra est donc La Fiancée vendue de 1932, réalisé par Max Ophüls d'après l'opéra de Smetana[2]. Ce film très audacieux, qui contient déjà toutes les caractéristiques du cinéma d'Ophüls, traite très librement l'opéra original en mélangeant les parties chantées avec des parties improvisées par le fameux acteur bavarois Karl Valentin[3]. On continua ensuite dans l'Allemagne d'avant-guerre à réaliser des films d'opéra, en privilégiant le répertoire léger.

Le film d'opéra devient international[modifier | modifier le code]

Après-guerre, avec les progrès techniques de l'enregistrement sonore, des films d'opéra sont réalisés un peu partout en Europe. En France, en Angleterre, en Italie ou en Suède, grâce aux possibilités offertes par les studios de télévision, on effectue plusieurs expériences intéressantes de réalisation. En Union soviétique sont produits des films de prestige illustrant les chefs-d'œuvre de l'opéra national : Vera Stroeva réalise des fresques puissantes sur les opéras de Moussorgski, tandis que Roman Tikhomirov opte, comme pour Aïda en Italie, pour des comédiens doublant les chanteurs. Après avoir réalisé un Fidelio à Vienne, Walter Felsenstein tourne dans les studios de la DEFA à Berlin-Est des adaptations de ses mises en scène de la Komische Oper[4].

En 1975, le succès de La Flûte enchantée réalisé par Ingmar Bergman[5] et la rigueur toute nouvelle apportée par Jean-Marie Straub et Danièle Huillet dans leur Moïse et Aaron renouvellent l'intérêt pour le film d'opéra. Avec un autre opéra de Schönberg, Du jour au lendemain, Straub et Huillet réalisent en 1996 le premier film d'opéra dans lequel tant l'orchestre que les chanteurs sont intégralement enregistrés en son direct [6]. Les films produits par Gaumont à partir de 1979 rencontrent un grand succès grâce à l'idée de confier la mise à l'écran des opéras célèbres à des réalisateurs réputés (Joseph Losey[7], Hans-Jürgen Syberberg, Francesco Rosi[8], Luigi Comencini, Benoît Jacquot, etc.).

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une brève histoire des rapports du cinéma et de l'opéra se trouve dans l'encyclopedia universalis : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-opera/1-l-opera-porte-au-cinema/
  2. Voir :, Opéra-film-art : 1er Festival d'opéra cinématographique, Paris, Cinéma Le Balzac, , 5 p. (lire en ligne), « Max Ophüls, l’inventeur du film-opéra », p. 2
  3. Sur ce film, voir Max Ophüls par Max Ophüls, Robert Laffont, 1963, 238 p., réédité en 2002 sous le titre : Max Ophüls Souvenirs (Petite Bibliothèque des Cahiers du cinéma/ Cinémathèque française)
  4. Sur Felsenstein, on se reportera particulièrement au livre (en allemand), "Theater muss immer etwas Totales sein" : Briefe, Reden, Aufzeichnungen, Interviews (Henschelverlag, 1986). Les films d'opéra réalisés par Felsenstein sont disponibles en DVD.
  5. Voir le livre de Jacques Aumont : Ingmar Bergman : « Mes films sont l'explication de mes images », Cahiers du cinéma, Paris, 2003
  6. Un entretien accordé à la revue "Les Inrockuptibles" peu après la sortie du film d'opéra "Du jour au lendemain" (1996) donne de bonnes indications sur les méthodes de travail de Straub et Huillet : http://www.lesinrocks.com/1997/02/12/cinema/actualite-cinema/un-seul-cineaste-au-monde-nous-jean-marie-straub-daniele-huillet-11232810/
  7. Pour "Don Giovann"i de Joseph Losey, on se reportera au livre de Pierre-Jean Remy : Don Giovanni. Mozart-Losey, Albin Michel, Paris, 1979
  8. Francesco Rosi a expliqué en détail sa manière de concevoir le film d'opéra - à l'occasion de la sortie de sa "Carmen" - dans un entretien accordé à la revue "Positif" (no 278, avril 1984])