Karl Valentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl Valentin
Description de cette image, également commentée ci-après

Karl Valentin par Eugen Rosenfeld (1870-1940)

Nom de naissance Valentin Ludwig Fey
Surnom « le Charlie Chaplin allemand »
Naissance
Munich
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Décès (à 65 ans)
Planegg
Profession cabarettiste, comédien, réalisateur et producteur

Karl Valentin, de son vrai nom Valentin Ludwig Fey, né le à Munich et mort le à Planegg près de Munich, est un cabarettiste, comédien, réalisateur et producteur de cinéma allemand.

Surnommé « le Charlie Chaplin allemand », il est surtout connu pour ses pièces de théâtre et publications en dialecte bavarois.

Il a eu une grande influence en Bavière et en Allemagne sous la République de Weimar. Il fut marginalisé sous le Troisième Reich.

Le style Valentin, humour et tragédie.

Dans son art scénique il était proche du dadaïsme, mais également de l’expressionnisme, bien qu’il se distancia des orientations des deux mouvements. Valentin lui-même se définissait comme humoriste, comique et dramaturge. L’humour de ses sketchs et de ses pièces reposait notamment sur l’art de son langage et sur « l’anarchie » de son expression.

Ses blagues dépendaient essentiellement du personnage même de Karl Valentin; son humour était soutenu par sa silhouette élancée et émaciée qu’il souligna par l’insert de plaisanteries burlesques. Le pessimisme et le tragique de son humour était alimenté par un combat permanent contre les choses du quotidien comme un conflit avec les autorités ou avec ses semblables, situations qu’il avait souvent vécu lui-même.       

Exemple typique : son irrespect des consignes des pompiers pour son théâtre en 1931 que Valentin dû fermer au bout de huit semaines parce que dans un sketch il insista pour garder un mégot de cigarette allumé.

La plus importante partenaire sur scène de Karl Valentin était Liesl Karlstadt. C’est avec elle qu’il réussit en 1911 une percée à Munich. Désormais il se produisit avec elle dans de nombreux sketchs. Valentin avait un certain penchant dans son exposition Panoptikum pour l’effrayant et l’absurde ; par exemple une tour de la faim et un bol d’air berlinois. Toutefois elle fut déficitaire et les ruina financièrement, lui et Liesl Karlstadt.

Ce n’est que 55 ans après sa mort que sont parus à Munich chez Label Trikont l’œuvre complète sonore sur huit CD accompagné d’un livre de 150 pages avec des textes de Herbert Achternbusch à Christoph Schlingensief.

Le journaliste et critique Alfred Kerr écrivit à son sujet : «Tous rient. Certains hurlent. En quoi cela consiste-il ? En trois choses : de plaisir du corps, de plaisir spirituel et d’une brillante absence d’esprit. Le comique Karl Valentin est un Nestroy bavarois ».

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Vol en piqué dans la salle (et autres textes)
  • Les Chevaliers pillards devant Munich (et autres textes)
  • La Sortie au théâtre (et autres textes)
  • Le Cabaret satirique (et autres textes)
  • Le Bastringue (et autres sketchs)
  • Scène à la gare
  • Le Rôti de lapin

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts métrages (« Valentinaden »)[modifier | modifier le code]

  • Karl Valentins Hochzeit (1912 ou 1913)
  • Die lustigen Vagabunden (1912)
  • Der neue Schreibtisch (1913 ou 1914)
  • Die Schönheitskonkurrenz ou Das Urteil des Paris (1921)
  • Der entflohene Hauptdarsteller (1921)
  • Mysterien eines Frisiersalons (1922)
  • Auf dem Oktoberfest (1923)
  • Der Feuerwehrtrompeter (1929)
  • Im Photoatelier (1932)
  • Orchesterprobe (1933)
  • Der Zithervirtuose (1934)
  • Es knallt (1934)
  • Der verhexte Scheinwerfer (1934)
  • Im Schallplattenladen (1934)
  • Der Theaterbesuch (1934)
  • So ein Theater! (1934)
  • Der Firmling (1934)
  • Musik zu zweien (1936)
  • Die Erbschaft (1936)
  • Strassenmusik (1936)
  • Ein verhängnisvolles Geigensolo (1936)
  • Die karierte Weste (1936)
  • Beim Rechtsanwalt (1936)
  • Kalte Füße/Beim Nervenarzt (1936)
  • Der Bittsteller (1936)
  • Ewig Dein (1937)
  • München (1938)
  • Der Antennendraht/Im Senderaum (1938)
  • In der Apotheke (1941)

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]