Dominique Ouattara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Ouattara
Image dans Infobox.
Dominique Ouattara en 2016.
Fonction
Première dame de Côte d'Ivoire
depuis le
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Dominique Claudine Nouvian
Nationalités
Formation
Activité
Conjoint
Statut
Autres informations
Site web
Distinctions

Dominique Ouattara, née Dominique Claudine Nouvian le à Constantine (Algérie), est une chef d'entreprise ivoirienne d'origine française. Elle est l'épouse d’Alassane Ouattara, président de la République de Côte d'Ivoire, et de ce fait la Première dame de Côte d'Ivoire. Chef d'entreprise dans le passé, elle est également présidente de la Fondation Children of Africa, qu'elle a créée en 1998.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et formation[modifier | modifier le code]

Elle naît le , à Constantine, en Algérie[1],[2].

Après un baccalauréat en sciences économiques obtenu en 1972 dans l'académie de Strasbourg, Dominique Nouvian s’oriente vers les langues et obtient un DEUG de langues en 1975, option économie à l’université Paris X. Elle obtient un diplôme d'administrateur de biens à la FNAIM à Paris en 1987, puis suit une formation d'expert immobilier à Paris en 1989[3].

Vie en Côte d’Ivoire[modifier | modifier le code]

En 1975, à l'âge de 22 ans, Dominique Nouvian s'installe en Côte d'Ivoire avec son premier mari, Jean Folloroux.

Elle rencontre son second mari, Alassane Ouattara en 1985 et l’épouse en 1991.

Elle accompagne la carrière politique de son mari. Il est Premier ministre de 1990 à 1993. En 2000, alors qu'il n'est pas autorisé à se présenter à l'élection présidentielle, elle est victime d'une tentative d'enlèvement. En 2002, alors qu'un putsch a lieu contre le président Laurent Gbagbo, le couple Ouattara ne doit sa survie qu'à une fuite rocambolesque, escaladant un mur de leur domicile puis se cachant dans le coffre d'une voiture[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après avoir travaillé pour l'Organisation des Nations unies, Dominique Nouvian commence sa carrière professionnelle dans l'immobilier, prospérant en gérant le patrimoine immobilier du président Félix Houphouët-Boigny[4]. En 1979, elle devient PDG du groupe AICI International[5]. Elle implante, en 1989, AICI en Europe en choisissant la France comme vitrine européenne. Après une première antenne parisienne, AICI poursuit son développement dans le sud de la France, à partir de 1991, notamment à Mougins[6] avec le lancement d’une agence à Cannes. En 1993, un cabinet de gestion de syndic de copropriétés, « Malesherbes Gestion », qui gère plus de 200 immeubles parisiens, complète l’expansion du groupe AICI International. AICI International poursuit son développement en 2001, en s’installant au Gabon puis en 2006 au Burkina Faso[5].

En parallèle, Dominique Nouvian est nommée, en 1996, PDG & CEO d’EJD inc., société qui gère l’Institut Jacques Dessange à Washington. En 1998, elle acquiert les franchises Jacques Dessange aux États-Unis et devient alors PDG de French Beauty Services, qui gère toutes les franchises américaines de la marque.

Première dame de Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

À la suite de l'élection à la présidence de la République d'Alassane Ouattara, elle cesse ses activités de chef d'entreprises, démissionne de toutes ses fonctions professionnelles et cède les franchises Dessange USA au Groupe Dessange Paris, pour se consacrer exclusivement à sa fonction de Première dame de Côte d’Ivoire et à sa Fondation Children of Africa[7],[4].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Fondation Children of Africa[modifier | modifier le code]

En 1998, Dominique Ouattara créé la Fondation Children Of Africa, dont le but est de venir en aide aux enfants africains. La princesse italienne Ira de Fürstenberg en est la marraine. La fondation, qui intervient dans 11 pays d’Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire[8], évolue dans 4 secteurs : la santé, l’éducation, le social et les centres subventionnés.

Un des plus importants projets de la fondation est la construction de l'hôpital mère-enfant de Bingerville. La première pierre de l'édifice est posée en 2013[9]. Bâti sur une parcelle de 4,9 hectares[10], cet hôpital — qui compte 130 lits et places — doit aider à résorber les difficultés d’accès aux soins et contribuer à réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile[11]. Il est inauguré en [10].

Le , Dominique Ouattara inaugure le centre d’accueil pour enfants en détresse de Soubré[12]. Il s'inscrit dans un projet de la Fondation d'ouvrir trois centres dans des zones stratégiques de la Côte d'Ivoire (Soubré, Bouaké et Ferkéssédougo)[13], afin de répondre à la question de l’absence de structure de transit et d’encadrement pour les enfants victimes de traite et d’exploitation en Côte d’Ivoire avant leur intégration dans leur famille d’origine.

Travail des enfants[modifier | modifier le code]

Le , Dominique Ouattara est nommée présidente du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants[14] (CNS), par le président de la République de Côte d'Ivoire. La mission de ce comité est de suivre et d’évaluer les actions du gouvernement en matière de lutte contre l’exploitation des enfants. Les activités du CNS et de ses partenaires conduisent à l’adoption successive de deux plans d’action nationaux (2012-2014 puis 2015-2017) pour réduire de manière significative les pires formes de travail des enfants dans le pays[15]. Le troisième plan se tient de 2017 à 2019[16]. En , le département d'État américain publie son rapport 2012 sur la traite des personnes qui montre la progression de la Côte d’Ivoire en catégorie 2 dans le classement, catégorie des pays qui ne sont pas entièrement conformes aux normes minimales de la loi TVPA, mais qui font des efforts importants dans ce sens[17].

Elle initie en , à Abidjan, une conférence des Premières dames d’Afrique de l’Ouest et du Sahel, sur le thème de la lutte contre les violences, l’exploitation, la traite et le travail des enfants[18].

Soutien aux femmes[modifier | modifier le code]

En , Dominique Ouattara lance le Fonds d'appui aux femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI)[19], pour le financement des micro-projets des femmes. Ce fonds vise à améliorer le revenu des femmes, faciliter leur indépendance financière, renforcer leur capacité entrepreneuriale et lutter contre le chômage. En 2019, plus de 200 000 femmes bénéficient de ce fonds en Côte d’Ivoire[20]. Son capital est de 12 milliards de FCFA[21].

Grâce notamment à ce fonds, Dominique Ouattara reçoit en de la Chambre de commerce américaine le « U.S.-Africa Business Center Outstanding Leaders’ Award »[22]. Le prix récompense les actions en faveur de la promotion de l'entrepreneuriat féminin.

Ambassadrice de l’ONU-SIDA[modifier | modifier le code]

Le , Dominique Ouattara est nommée ambassadrice spéciale de l’ONUSIDA pour l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH et pour la promotion du traitement pédiatrique[23].

Autres[modifier | modifier le code]

Dominique Ouattara est adhérente de l’Organisation des Premières dames d’Afrique contre le Sida (OPDAS)[24]. Elle assiste à diverses réunions dans le cadre de son adhésion, notamment une réunion des Premières dames à Deauville (France), en , à Bamako (Mali) en , ou encore lors de la 7e Conférence africaine sur la santé et les droits sexuels à Accra (Ghana[25] en ).

Elle est également adhérente de l’Association Synergie africaine.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est issue d'une fratrie de cinq enfants[26]. Son père est de confession catholique, sa mère de confession juive[4]. Elle est de confession catholique[27],[28],[29].

Elle a été mariée avec Jean Folloroux, professeur d'économie au lycée technique d'Abidjan, avec lequel elle a deux enfants. Il décède en 1983[4]. Leur fils aîné, Loïc Folloroux, fut directeur de la branche africaine du groupe Armajaro Trading Limited, une société spécialisée dans le commerce sur le cacao et matières premières[30], dont il rachètera les filiales francophones pour ensuite créer sa propre entreprise. Sa fille, Nathalie Folloroux, est directrice de la programmation chez Canal + International[31],[32].

Elle rencontre en 1985 l'économiste Alassane Ouattara, vice-gouverneur de la BCEAO à Dakar[33]. Elle l'épouse le 24 août 1991, à la mairie du 16e arrondissement de Paris[34], entourée d'amis de longue date tels que Jean-Christophe Mitterrand et Martin Bouygues notamment[35],[4]. Le couple est aussi proche de Nicolas Sarkozy[4].

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Commandeur ribbon.svg

Intitulés[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1989 : « présidente d’honneur de la chambre syndicale des agents immobiliers de Côte d’Ivoire » (CSDAIM).
  • 2000 : « meilleure femme d’affaires de l’année 2000 », dans le cadre des Leading Women Entrepreneurs of the World[38].
  • 2008 : « prix international panafricain 2007-2008 de la meilleure présidente de structure de bienfaisance de l’Afrique de l’Ouest pour ses actions d’éducation, de formation et d’assistance aux enfants déshérités et aux femmes en difficultés »[39].
  • à Abidjan : officier de l'ordre du mérite de la solidarité pour ses actions caritatives de secours social et d'assistance humanitaire.
  • 2011 : « prix de la Fondation Crans Montana », en collaboration avec l’Unesco et l’Isesco, remis par Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco[40],[41].
  • 2012 : « prix de la World Cocoa Fondation (WCF)», à Washington D.C, pour son engagement en faveur du bien-être des enfants.
  • 2013 : fait partie des « 25 femmes les plus influentes du business en Afrique » selon Jeune Afrique[42].
  • 2014 : ambassadrice spéciale de l'ONUSIDA pour l'élimination de la transmission du VIH de la mère à l'enfant.
  • 2016 : « US - Africa Business Center Outstanding Leader's » remis par la chambre de commerce américaine pour son engagement et ses actions humanitaires en faveur de l'entrepreneuriat féminin[43].
  • 2017 : prix « Global Impact Leadership Awards » remis par le Center of Economic and Leadership Development au siège des Nations Unies à New-York, pour son action en faveur de la lutte contre le travail des enfants et l’autonomisation des femmes[44].
  • 2018 : intégration comme membre du HEC Paris Advisory Board pour 4 ans[45].
  • 2018 : « prix d'honneur All Africa » pour son engagement en faveur du leadership féminin, concrétisé notamment par les actions sociales qu’elle a initiées dans le cadre de la Fondation Children Of Africa[46] ; en mai, « prix spécial CNP d'excellence » décerné par l'Autorité nationale de la presse (ANP) pour ses appuis en faveur de la presse en Côte d'Ivoire[47].
  • 2019 : distinction du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) pour son action pour la protection des enfants et l'émancipation des Femmes[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dominique Ouattara, première dame d'affaires », sur Slate Afrique (consulté le ).
  2. « Dominique Ouattara, main de fer et gant de velours », sur La Libre Belgique, (consulté le ).
  3. expert immobilier, à Paris en 1989.
  4. a b c d e f et g « Dominique Ouattara, une "première dame" d'influence », sur Le Monde Afrique, (consulté le ).
  5. a et b « AICI International »
  6. Vincent Hugeux, Les sorciers blancs : Enquête sur les faux amis français de l'Afrique, Paris, Fayard, , 335 p. (ISBN 978-2-213-62698-7), p. 64.
  7. « Children Of Africa »
  8. « Femme de devoir, femme au cœur d’or : Dominique Ouattara, femme de l’année 2015 », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « abidjan.net »
  10. a et b « Côte d'Ivoire: Présentation générale de l'hôpital mère-enfant de Bingerville qui sera inauguré vendredi », sur KOACI (consulté le )
  11. « Hôpital mère-enfant de Bingerville : la Première dame annonce la fin des travaux pour décembre 2016 », sur Abidjan.net (consulté le ).
  12. Isabelle somian, « Soubré: La Première Dame offre un centre d’accueil pour enfants victimes de traite et d’exploitation », Fratmat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Pour son soutien aux enfants en détresse : Children of Africa projette la construction de 3 Maisons d’accueil », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « CNS »
  15. « Travail des enfants : un nouveau plan d’action du CNS pour un coût de 12 milliards de FCFA », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « La première Dame félicitée pour ses actions de lutte contre le travail des enfants », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Intensification de la lutte contre le travail des enfants : Les Usa saluent les efforts du gouvernement ivoirien », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. Philippe Kouhon, « Dominique Ouattara « championne d’Afrique » de lutte contre le travail des enfants - AFRIKIPRESSE - Actualité Afrique », sur www.afrikipresse.fr (consulté le )
  19. « FAFCI »
  20. a et b « Le FAFCI de Dominique Ouattara dépasse les 200 000 femmes aidées », sur Tribune Ouest, (consulté le )
  21. « FAFCI : LE CAPITAL PASSE DE 10 A 12 MILLIARDS DE FCFA », sur gouv.ci
  22. « Promotion de l’entrepreneuriat féminin : La Chambre de commerce américaine prime Dominique Ouattara pour son leadership », sur Abidjan.net (consulté le ).
  23. « UNAIDS », sur unaids.org
  24. « :  : Bienvenue sur le site de l'Opdas :  : », sur freespiritmedia.com (consulté le ).
  25. « 7 EME CONFERENCE AFRICAINE SUR LA SANTE ET LES DROITS SEXUELS A ACCRA , FEVRIER 2016 » [vidéo], sur YouTube (consulté le ).
  26. Deutsche Welle (www.dw.com), « Qui est Dominique OUATTARA? | DW | 03.11.2015 » (consulté le )
  27. « Dominique, la colombe de Ouattara », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Dominique Ouattara : jamais sans Alassane », sur geopolis.francetvinfo.fr (consulté le )
  29. « La revanche des Ouattara », Le Parisien, 17 avril 2011.
  30. « Loïc Folloroux : « Armajaro condamne toute activité de fraude et de détournement de cacao » – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  31. « Télévision : les séries africaines crèvent l’écran », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. « PHOTOS - Exclusif - Dominique Ouattara (Première Dame de Côte d'Ivoire) et sa fille Nathalie Folloroux - Dîner de gala à l'occasion du 20ème anniversaire de la fondation », sur www.purepeople.com (consulté le )
  33. « Présentation Dominique Ouattara », sur Dominique Ouattara (consulté le )
  34. Par Le 17 avril 2011 à 07h00, « La revanche des Ouattara », sur leparisien.fr, (consulté le )
  35. « Entre M. Sarkozy et M. Ouattara, une amitié de 20 ans », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. « Le Chef de l’Etat a élevé le Président de la République libanaise à la Dignité de Grand Croix de l’ordre National au cours d’un dîner- gala », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Coopération/ Le Portugal salue les performances réalisées par la Côte d’Ivoire : La visite d’État du Président Alassane Ouattara, au Portugal, prend fin aujourd’hui », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. Dominique Ouattara Femme de business, Femme de cœur « En 2000, elle reçoit à Venise le prix Leading Women Entrepreneurs of the World ».
  39. Mme Dominique OUATTARA (Pdte de Children of Africa) : “Je dédie ce prix aux membres et aux bénévoles de la Fondation” "Mme Dominique OUATTARA, présidente fondatrice de Children of Africa, a reçu le prix international panafricain ICS (Inter africaine de communication et de sondage) 2007-2008 de la meilleure structure de bienfaisance de l'Afrique de l'ouest. "
  40. Mrs. Alassane Ouattara, First Lady of the Ivory Coast will be the Guest of Honour of the South-South Cooperation Forum "Mrs. Allasane Ouattara, First Lady of the Ivory Coast will be among the Guests of Honour of the forthcoming South-South Cooperation Forum to take place in Brussels. "
  41. Dominique Ouattara distinguée : Voici les Coulisses de Bruxelles « À l’occasion de l’Assemblée annuelle des Premières Dames, dans le cadre de la 5e assemblée annuelle du Forum Crans Montana sur l’Afrique et le monde arabe, le Prix de la Fondation Crans Montana a été remis le 16 février 2011 à Bruxelles à Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire. »
  42. « Les 25 femmes les plus influentes du business en Afrique » (consulté le )
  43. « Promotion de l’entrepreneuriat féminin : La Chambre de commerce américaine prime Dominique Ouattara pour son leadership », Abidjan.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. « Excellence: Dominique Ouattara reçoit le prix du Global Impact Leadership Awards », FratMat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. « Coopération ivoiro-française: Dominique Ouattara intègre Hec Paris », sur www.afrique-sur7.fr (consulté le )
  46. (en) « Le prix d'honneur AllAfrica Leadership Féminin décerné à la Première dame de Côte d'Ivoire | Côte d'Ivoire / AIP », sur aip.ci (consulté le )
  47. APANEWS, « Prix CNP 2018: Fraternité Matin désigné meilleur organe de presse d'informations générales - Apanews.net », sur apanews.net (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]