Dolfinarium Harderwijk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dolfinarium Harderwijk
Image illustrative de l'article Dolfinarium Harderwijk

Ouverture 1965
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Province Gueldre
Commune Harderwijk
Propriétaire Aspro-Ocio
Type de parc Delphinarium / Oceanarium
Site web www.dolfinarium.nl
Coordonnées 52° 21′ 14″ N 5° 37′ 03″ E / 52.353809, 5.61744752° 21′ 14″ Nord 5° 37′ 03″ Est / 52.353809, 5.617447

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Dolfinarium Harderwijk

Le Dolfinarium Harderwijk est le seul delphinarium des Pays-Bas. Situé à Harderwijk, il est le plus grand parc de mammifères marins d'Europe en termes de superficie et attire tous les ans environ un million de visiteurs. Il propose plus d'une dizaine de spectacles, des aires de jeux, des enclos et des aquariums. Le parc a été fondé en 1955 comme activité secondaire d'une entreprise. En 1965, les portes du delphinarium s'ouvrent au public. Il est membre de l'Association européenne des zoos et aquariums et de l'Association néerlandaise des zoos.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1955, l'entrepreneur Frits den Herder commence une « collection » de mammifères marins avec son frère Coen, propriétaire de la compagnie maritime locale et de la plaine de jeux à Harderwijk. Il prend conscience qu'il doit partager sa passion pour ces animaux avec ses semblables et construit donc le premier delphinarium des Pays-Bas. En 1965, Dolfinarium Harderwijk ouvre au public. Les néerlandais sont invités à venir jeter un œil et à en apprendre davantage sur les différents animaux marins.

Dolfinarium Harderwijk appartient entre 2001 et 2014 à une société française, la Compagnie des Alpes.

En décembre 2014, un communiqué de presse annonce que le groupe français finalise le processus de cession du Dolfinarium Harderwijk[1].

En janvier 2015, la Compagnie des Alpes annonce la cession du Dolfinarium Harderwijk au groupe luxembourgeois CLP[N 1]. L'acquéreur derrière cette opération est le groupe espagnol Aspro-Ocio dont la filiale est CLP[N 2]. Walibi Sud-Ouest passe également dans les mains du groupe espagnol par cette cession. Le chiffre d'affaires de la saison 2013-2014 de ces deux parcs représente 22,5 millions d'euros avec un excédent brut opérationnel de 6 % environ. La cession des deux sites revient à 37,5 millions d'euros[2].

Espèces[modifier | modifier le code]

Le Dolfinarium Harderwijk présente des grands dauphins, des otaries, des phoques, des morses, des marsouins. À ceux-ci s'ajoutent encore des requins, raies, bars, daurades royales, mulets lippu, épinoches, crabes verts, homard européens, huîtres, arénicoles, anémones, etc.

Sanctuaire[modifier | modifier le code]

Le delphinarium de Harderwijk comprend également un centre de secours pour dauphins, marsouins et autres animaux marins. Les animaux malades ou blessés peuvent récupérer et retourner à la mer du Nord, si cela s'avère possible. Certains animaux ne peuvent pas retourner en mer car ils ne sont pas assez forts, ils restent alors dans le delphinarium.

Ce centre a recueilli le 23 juin 2010, une orque femelle affaiblie provenant de la Mer des Wadden[3]. Après avoir été nommée Morgan, elle a été transférée au Loro Parque, un delphinarium des îles Canaries[4]. Les associations opposées à la captivité des cétacés ont protesté contre ce maintien en captivité et ont porté l'affaire en justice, estimant qu'une projet de réhabilitation en milieu sauvage devait être mis en œuvre. En novembre, un tribunal d'Amsterdam a jugé que l'orque n'avait « aucune chance raisonnable de survivre en pleine nature » et a autorisé son transfert[4]. Ces associations ont rappelé à cette occasion le conflit d'intérêts que représente cette activité de sauvetage pour un delphinarium, les cétacés sauvés représentant une source de nouveaux individus dans un contexte où les captures sont interdites et où les naissances en captivité sont rares.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Continental Leisure Projects.
  2. Il est à noter qu'Aspro-Ocio est détenue par Signet Investments SA, société d'investissement basée au Luxembourg.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :