Aqualand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aqualand est une chaîne européenne de parcs aquatiques. Elle appartient depuis 1999 au groupe espagnol Aspro-Ocio. Cette chaîne comprend en 2006, 14 parcs répartis en Espagne, en France et au Portugal.

Historique[modifier | modifier le code]

La chaîne a débuté en France en 1983 avec le parc du Cap d'Agde, près de Béziers. Le second Aqualand en France est celui de Plan-de-Campagne qui devient rapidement le plus important en chiffre d'affaires du Groupe. Le Directeur Général d'Aqualand déclare à son propos qu'il est une "véritable pepite" attirant chaque année près de 200 000 visiteurs.

En 1988, la Compagnie générale des eaux qui détient la filiale Aqualand ouvre l'Aqualand de Toulouse (Société du Parc Aquatique de Toulouse) à côté du lac de Sesquières. C'est le premier parc français aquatique situé près d'une grande ville. Faute de fréquentation et à cause d'un coût de fonctionnement trop élevé, il ferme ses portes à la fin de la saison 1993. Il est remplacé par une boîte de nuit, le KL[1].

En 1994, le parc de Bahia de Cadiz ouvre près de Cadiz.

En 1995, le parc Aquacity de Gujan-Mestras a été renommé Aqualand mais n'a été intégré au groupe Aspro qu'en 1999. Son cousin de Plan de Campagne, construit selon un plan presque identique, n'est pas passé sous le giron d'Aspro et conserve le nom d'Aquacity.

En 1997, un parc ouvre à Costa Adeje dans les îles Canaries

En 1998, deux parcs ouvrent leurs portes, El Arenal et Magaluf, tous les deux sur l'île de Majorque.

En 1999, les cinq parcs français sont nommés Aqualand.

En 2000, le parc d'Algarve au Portugal devient un Aqualand.

En 2002, un second parc aux îles Canaries (Maspalomas) et le parc Aquacity de Sainte-Maxime rejoignent le groupe. De plus le groupe reprend la gestion de l'aqualand de Martinique

En 2005, le parc Aquatica de Fréjus rejoint le groupe Aspro.

Les parcs[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Portugal[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rémi Loloum, « L'Aqualand de Toulouse ferme ses portes », sur Les Échos,‎ (consulté le 8 juillet 2013)