Groseillier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ribes

Les groseilliers (genre Ribes) sont des arbustes de la famille des Grossulariacées, originaires des régions tempérées de l'hémisphère nord et de la Cordillère des Andes, dont plusieurs espèces sont cultivées pour leurs fruits diversement colorés tels que les groseilles et les cassis ou comme plantes ornementales.

Lorsqu'il ne porte pas encore de fruits, un groseillier (rouge) est reconnaissable d'un cassissier, par l'absence d'odeur produite par ses feuilles au froissement entre les doigts.

La casseille résulte de l'hybridation entre le cassissier (ou groseillier noir) et le groseillier à maquereau.

Culture[modifier | modifier le code]

Les groseilliers se multiplient facilement par bouture, marcotte ou semis. Les boutures ou marcottes fructifient en 2 à 3 ans alors que les semis nécessitent 4 à 5 ans.

Ravageurs[modifier | modifier le code]

Des pucerons jaune-orangé Cryptomyzus ribis vivant au revers du limbe peuvent provoquer des boursouflures vertes ou rouges sur les feuilles.

Les papillons de nuit (hétérocères) suivants se nourrissent de groseilliers :

(Voir aussi ces papillons sur le Wiktionnaire)

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Détermination (Europe)[modifier | modifier le code]

Il existe des espèces sauvages et d'autres cultivées dont certaines se répandent comme subspontanées. La présence d'épines identifie le Groseillier épineux Ribes uva-crispa L.[1], sauvage, qui porte des fruits de 1 cm maximum à poils raides et le Groseillier à maquereau et ses cultivars, dont les baies de 1 à 4 cm peuvent être glabres ou entourées de poils mous.

Les espèces sans épines se distinguent par le parfum des feuilles: Groseillier noir (Cassis)[1], un pétiole court plus petit que la moitié de la longueur du limbe de la feuille: Groseillier des Alpes R. alpinum L., il se remarque aussi par ses baies rouges en grappes dressées[2]; La forme et la taille des feuilles différencie le Groseillier rouge[1] avec ses feuilles en forme de cœur de 6 à 7 cm et le Groseillier des Rochers R. petraeum Wulf. dont les feuilles en cœur tronqué ont plus de 7 cm[3].

Les cassissiers[modifier | modifier le code]

Les groseilliers à grappes[modifier | modifier le code]

Groseillier rouge avec baies en grappes.

Parfois aussi appelés "gadelle", guedelle ou guédelle, et toujours "raisinets" en Suisse romande.

Les groseilliers à maquereau[modifier | modifier le code]

Ces groseilles doivent leur nom au fait que leur jus peut servir d'assaisonnement aux maquereaux. Il peut également aciduler les sauces. Ils ressemblent aux groseilliers classiques avec des feuilles un peu plus grandes.

La véritable différence se fait au niveau des fruits, qui ne sont pas en grappes mais individuels, ovales et bien plus gros. De la taille d'une cerise à eau de vie, la groseille à maquereau garde le goût caractéristique acidulé des groseilles en grappes.

Dans le patois du Nord de la France, certains l'appellent "gratte-poux" ou encore "croque-poux" [4].

Liste complète des espèces[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

« Le Patois d'Estaires - Les plantes » (consulté le )

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Gerhart Wagner, Ernest Gfeller et Andreas Gygax, Flora Helvetica : flore illustrée de Suisse, P. Haupt, (ISBN 978-3-258-07206-7 et 3-258-07206-X, OCLC 717930974, lire en ligne)
  2. Jeanne Covillot, Clé d'identification illustrée des plantes sauvages de nos régions, Chêne-Bougerie, Jeanne Covillot, 1991, 2e édition 2007, 232 p., p. 77
  3. Pierre, ... Normandie roto impr.), Le livre des arbres, arbustes & arbrisseaux, Actes Sud, (ISBN 2-7427-4778-8 et 978-2-7427-4778-8, OCLC 470419220, lire en ligne)
  4. http://www.estaires.com/patois/liste_plantes.htm