Débora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le prénom. Pour la marque de voiture de sport française, voir Debora (automobile).
Débora
Le chant de victoire de Débora,illustration de Gustave Doré
Le chant de victoire de Débora,
illustration de Gustave Doré
Fonctions
Quatrième juge d'Israël
Prophétesse de la Bible
Prédécesseur Samgar
Successeur Gédéon
Biographie
Nom de naissance דְּבוֹרָה
Lieu de naissance Rama
Nationalité Israélite
Conjoint Lapidoth
Entourage Barac
Contemporaine de Yaël, Yabin et Siséra

Débora,ou Dvora (en hébreu : דְּבוֹרָה, c'est-à-dire « abeille ») est un personnage du livre des Juges qui fait partie de la Bible. C'est une des rares prophétesses de la Bible et la seule femme parmi les Juges d'Israël[1]. Elle exerce cette fonction pendant 40 ans.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les juges d'Israël ont en commun d'avoir sauvé les Hébreux, soit sur le plan militaire, car les juges sont des chefs compétents, soit spirituel, en ramenant les Hébreux dans le chemin de Dieu. Il est exceptionnel qu'une femme joue ces deux rôles[2].

Datation du récit[modifier | modifier le code]

La datation du récit est très débattue. Selon F. M. Cross et E. Cortese, ce n'est que sous Josias, c'est-à-dire au VIIe siècle av. J.-C., que la rédaction commence. Pour d'autres, comme E. A. Knauf, le récit de Débora aurait été composé à Béthel après 720 av. J. C.. Pour W. Richter, il aurait été transformé sous Josias, mais à partir de sources plus anciennes qu'il situe à l'époque de Jéhu. Quoi qu'il en soit, la majorité des exégètes sont d'avis qu'il s'agit d'une construction théologique, et non d'une réalité historique[3].

Récit biblique[modifier | modifier le code]

L'histoire de Debora est racontée à deux reprises en deux chapitres différents : les chapitres 4 et 5 du livre des Juges. Le premier est en prose, le second est de forme poétique et est largement admis comme l'un des plus anciens exemples de poésie hébraïque. C'est l'un des premiers portraits d'une femme dans un rôle héroïque.

On connaît assez peu d'éléments de la vie privée de Deborah. Elle est mariée à un certain Lapidoth[1] (« torches ») et elle rend la justice sous un palmier dans la Tribu d'Éphraïm entre Ramla et Béthel[4].

À l'époque du récit, les Hébreux ont fait ce qui déplaît à Dieu et sont en représailles sous la domination du roi cananéen Yabin pendant vingt ans. Ils se tournent alors vers Dieu, qui entend leur supplication et leur envoie Débora[2].

Elle convoque Barac et lui ordonne de lever une armée parmi la tribu de Nephthali et la tribu de Zabulon pour vaincre l'armée cananéenne de Siséra, au service du roi Yabin[5]. Elle prophétise que la gloire de tuer Siséra en personne ne reviendra pas à Barac mais à une femme[6].

Barac écrase les troupes de Siséra et celui-ci s'enfuit à pied[7] dans la maison de Yaël, qui lui propose de s'y cacher[8]. Pendant le sommeil de Siséra, Yaël le tue en lui transperçant la tête avec un piquet[9]. Puis, à l'arrivée de Barac, elle lui montre le corps de Siséra[10].

Cette victoire amène la défaite finale du roi cananéen Yabin qui sera également tué[11]. Débora entonne un chant de victoire qui résonne comme un avertissement aux princes et rois étrangers qui pourraient constituer une menace pour les Hébreux[2],[12]. La paix est rétablie pendant quarante années sur la Terre d'Israël[13].

Personnage homonyme[modifier | modifier le code]

Déborah est également le nom de la nourrice de Rébecca qui meurt au chapitre 35 de la Genèse[14].

Postérité[modifier | modifier le code]

Sciences[modifier | modifier le code]

Le scientifique israélien Markus Reiner a défini le nombre de Deborah en référence à la prophétesse Deborah[15].

Art contemporain[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jg 4,4
  2. a, b et c Histoire visuelle de la Bible, National Geographic, Les Nouveaux Essentiels, , 512 p. (ISBN 9782822900331)
  3. Thomas Römer (éd.), Jean-Daniel Macchi (éd.) et Christophe Nihan (éd.), Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, 2009 (1re éd. 2004), 902 p. (ISBN 978-2-8309-1368-2), p. 350-353
  4. Jg 4,5
  5. Jg 4,6
  6. Jg 4,9
  7. Jg 4,15
  8. Jg 4,18
  9. Jg 4,21
  10. Jg 4,22
  11. Jg 4,24
  12. Jg 5,1
  13. Jg 5,31
  14. Gn 35,8
  15. É. Guyon, J.-P. Hulin et L. Petit, Hydrodynamique physique, p. 184, EDP Sciences, CNRS Éd., 674 p., 2001. (ISBN 2-868-83502-3). Google Livres
  16. Musée de Brooklyn - Centre Elizabeth A. Sackler - Débora
  17. Judy Chicago, The Dinner Party : From Creation to Preservation, Londres, Merrel 2007. (ISBN 1-85894-370-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :