Samson et Dalila (van Dyck)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Samson et Dalila
Dyck, Anthonis van - Samson and Delilah.jpg
Artiste
Date
Technique
Dimensions (H × L)
146 × 254 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
GG_512Voir et modifier les données sur Wikidata
Samson et Dalila
Anton van Dyck - Samson and Delilah - Google Art Project.jpg
Artiste
Date
Technique
Dimensions (H × L)
146 × 254 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
GG_512Voir et modifier les données sur Wikidata

Samson et Dalila est le nom de deux tableaux du peintre flamand baroque Antoine van Dyck réalisé en 1620 et en 1630 et qui retracent l'histoire biblique extraite du Livre des Juges, racontant la séduction de Samson par Dalila.

Version de 1620[modifier | modifier le code]

La première version de Samson et Dalila a été réalisée par van Dyck en 1620, juste après son retour d'Italie et sans doute peu de temps avant son départ pour Londres[1]. Il s'est beaucoup inspiré du tableau Samson et Dalila de Pierre Paul Rubens auquel le tableau a été pendant longtemps attribué. Dans sa version, van Dyck a inversé la composition et représente Dalila maquillée comme l'étaient traditionnellement les prostituées parisiennes, à la craie blanche et les joues vivement fardées. Van Dyck a donné un ton dramatique à sa toile en donnant une expression effrayée au visage des deux femmes de chambre situées derrière Dalila.

Ce tableau est aujourd'hui conservé à la Dulwich Picture Gallery de Londres.

Version de 1630[modifier | modifier le code]

La seconde version de Samson et Dalila a été peinte par van Dyck en 1630. Tout comme la première version, le tableau est peint à la manière de Rubens mais contrairement à celui qui fut son maître, van Dyck représente une Dalila qui semble consternée d'avoir trahi son amant et qui parait regretter son acte de trahison, ce qui donne à la scène un air plus « sentimentaliste » là où Rubens dépeignait Dalila comme une séductrice sans scrupules et Samson comme un captif, entièrement occupé à repousser les soldats[2]. Par ailleurs, l'utilisation de couleurs saturées révèle surtout l'influence sur van Dyck de son étude des œuvres du Titien.

Cette toile est actuellement exposée au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Christopher White, "Anthony Van Dyck: Thomas Howard, the Earl of Arundel, Getty Publications, (présentation en ligne)
  2. (en) « Samson and Delilah », Google artProject (consulté le 30 septembre 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Samson and Delilah » (consulté le 30 septembre 2013)
  • (en) Beatrice Marshall, Old Blackfriars: A Story of the Days of Anthony Van Dyck (1901), Kessinger Publishing,