Danièle Gilbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gilbert.
Danièle Gilbert
Image illustrative de l'article Danièle Gilbert
Danièle Gilbert en 2011.

Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Chamalières
Nationalité Drapeau de la France Française
Émissions Midi Première
Radio RMC
Chaîne Première chaîne de l'ORTF
TF1
Site internet http://www.danielegilbert.net

Danièle Gilbert est une animatrice de télévision française, née le à Chamalières (Puy-de-Dôme).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Sa mère est professeure. Durant la Seconde Guerre mondiale, son père, résistant, est arrêté par la Gestapo et envoyé à Dachau le 2 juillet 1944. Il est libéré par les troupes américaines.

Carrière médiatique[modifier | modifier le code]

De 1964 à 1981 : émergence et succès[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu une licence d'allemand, elle fait du théâtre en amateur, puis devient speakerine à la radio quand la station de Clermont-Ferrand est créée. Puis elle y devient journaliste, assurant les reportages de la station[1]. Danièle Gilbert fait ses débuts à la télé en 1964 comme speakerine à l'ORTF pour la station régionale de Clermont-Ferrand après avoir été candidate dans l'émission Le bal des speakerines[2]. En 1966, Anne-Marie Peysson étant enceinte, Danièle Gilbert monte à Paris afin de faire des essais en vue, éventuellement, de la remplacer, mais ce n'est qu'un an plus tard, le 18 février 1967, que Max Favalelli lui confie la présentation de sa première émission nationale, Sept et Deux. Elle participe aussi au journal de l'Île-de-France. Elle va dès lors devenir une célébrité de la télévision, enchaînant 13 ans durant les émissions de variétés de la mi-journée : Midi Magazine (1968-1971), Télé Midi 72 (1972), Midi Trente (1972-1975) sur la première chaîne de l'ORTF. À partir du 6 janvier 1975, date de création de TF1, elle anime quotidiennement et en direct Midi Première.

Jacques Martin, qui coprésente avec elle Midi Magazine, l'affuble à cette occasion du surnom de «La grande Duduche », inspiré par la bande dessinée Le Grand Duduche de Cabu[2].

1981 : éviction par le pouvoir socialiste[modifier | modifier le code]

Danièle Gilbert est une présentatrice populaire et son émission Midi Première est un succès en termes d'audience.

Native de Chamalières, ville dont Valéry Giscard d'Estaing est maire de 1967 à 1974, Danièle Gilbert exprime publiquement sa sympathie pour celui-ci, l'ayant invité dans son émission et ayant participé à ses comités de soutien lors des élections présidentielles de 1974 et 1981[3].

Elle est limogée en décembre 1981 de la télévision, à la suite de l'élection du socialiste François Mitterrand et de l'arrivée de la gauche au pouvoir. Elle présente la dernière de son émission-phare Midi première le 1er janvier 1982 après environ 7 ans d'antenne. Elle est remplacée par Anne Sinclair qui, elle, a soutenu François Mitterrand, avec l'émission Les Visiteurs du jour qui ne restera à l'antenne que six mois[4].

Après 1981 : des retours au succès limité[modifier | modifier le code]

Danièle Gilbert ne retrouvera dès lors plus d'émission régulière. Commence alors une traversée du désert, durant laquelle elle participe principalement à des animations dans des centres commerciaux, supermarchés, galas, foires-expositions et autres foires à la brocantes, où elle gagne mieux sa vie qu'à la télévision[5]. Elle enregistre également quelques chansons.

Elle se présente sur la liste de droite aux élections municipales de 1983 à Clermont-Ferrand. Élue conseillère municipale dans l'opposition, elle démissionne peu après. En 2008, elle se présente aux élections municipales à Châtellerault (Vienne), mais n'est pas élue.

En 1987, à l'occasion de l'alternance politique, Pierre Bellemare lui propose la présentation de Puisque vous êtes chez vous, mais le changement de direction à TF1 la conduit à démissionner.

À la suite de dépôts de plaintes, elle est inculpée, en septembre 1989, d'escroquerie et de publicité mensongère pour avoir vanté les mérites de la « bague de Rê », un anneau censé procurer chance et bonheur à ceux qui la portaient, et séjourne sept jours en prison. Elle est condamnée en 1991 à 6 mois avec sursis et 200 000 francs d'amende par le tribunal de Grasse[6].

En 1993, elle anime avec Didier Gustin une émission quotidienne sur RMC, Tout le monde déguste, suivie en 1994 de Allô Danièle dont elle est évincée peu après au profit de Marie-Laure Augry. Ses tentatives de retour à la télévision en tant qu'animatrice (Télé Délires sur TF1 en 1995 et La Bonne Humeur sur France 3 Île-de-France en 1997) se soldent par de nouveaux échecs[2]. Elle tient par ailleurs une chronique dans France Dimanche.

En 2000, elle rejoint l'équipe de alatele.com, chaîne de télévision sur Internet lancée par Michel Field.

Elle participe à l'émission de téléréalité La Ferme Célébrités sur TF1, d'avril à juin 2004, jouant pour l'association Art Child.

En 2012, elle joue dans un épisode de la série de réalité scénarisée de France 2, Le jour où tout a basculé.

Le 28 mars 2014, elle participe pour la première fois en tant que chroniqueuse à l'émission de Cyril Hanouna Les pieds dans le plat sur Europe 1.

Télévision[modifier | modifier le code]

Émissions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Donnez-nous des jardins
  • Scusez-moi, m'sieur Antoine (1971)
  • Adieu l'année (1973)
  • Je ne vous oublie pas (1985)
  • Le Petit Chaperon bleu (1985)
  • Boum boum (1986)
  • Bonne fête maman (1988)
  • La Bouche en cœur (1988)
  • Les Idées folles (1988)
  • Je suis comme je suis (1993)
  • C'est la ferme ! (2004)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Je reviendrai, éd. Michel Lafon-Carrère, 1984
  • S'il vous plaît, M. le Président, TF1 Éditions, 1996
  • La-grandeduduche.fr, éd. Pascal Petiot, 2007 (ISBN 978-2848140506)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 Jours n°443, semaine du 19 au 25 octobre 1968, page 49 : "Danielle Gilbert : Auvergnate et licenciée d'allemand".
  2. a, b et c « Biographie de Danièle Gilbert sur son site officiel » (consulté le 7 novembre 2010)
  3. http://www.slate.fr/story/52715/photos-campagne-1974-giscard-people
  4. Laurent Delahousse, « Anne Sinclair, le prix de la liberté », émission Un jour, un destin, 22 avril 2014.
  5. Interview de Danièle Gilbert publiée dans Télé 7 Jours n°1169, semaine du 23 au 29 octobre 1983, page 121 : "Maintenant, c'est assez dur, bien sûr, pas matériellement car je gagne plutôt mieux ma vie que lorsque j'étais à la télé, mais j'adorais tellement ce métier."
  6. Le Soir, 23 mars 1991.