Danièle Gilbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Danièle Gilbert
Image illustrative de l’article Danièle Gilbert
Danièle Gilbert en 2011.

Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Chamalières, Drapeau de la France France
Nationalité Française
Émissions Midi Première (1975-1982)
Radio RMC (1992-1994)
Chaîne Première chaîne de l'ORTF, TF1
Site internet www.danielegilbert.netVoir et modifier les données sur Wikidata

Danièle Gilbert, née le à Chamalières dans le Puy-de-Dôme, est une animatrice de télévision française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse (1943-1964)[modifier | modifier le code]

Danièle Gilbert naît d'une mère professeure de latin[1] et d'un père d'ascendance suédoise et connu pour son passé de résistant. Arrêté par la Gestapo, celui-ci est envoyé au camp de concentration de Dachau le 2 juillet 1944. Danièle n'a alors qu'un an. Il en revient à la Libération, très diminué mais heureux de vivre selon sa fille, qui estime avoir hérité de son optimisme combatif[2].

Malgré ce passif douloureux vis-à-vis de l'Allemagne, Danièle Gilbert choisit de devenir professeure d'allemand, et passe une licence de cette langue. Pendant ses études, elle fait du théâtre en amateur, puis devient speakerine sur France 3 Auvergne et y présente la météo, « pour [se] faire de l'argent de poche »[3].

Puis elle y devient journaliste, assurant les reportages de la station[4].

Émergence et succès (1964-1981)[modifier | modifier le code]

Danièle Gilbert fait ses débuts à la télé en 1964, comme speakerine à l'ORTF pour la station régionale de Clermont-Ferrand, après avoir été candidate dans l'émission Le bal des speakerines[5].

En 1966, Anne-Marie Peysson étant enceinte, Danièle Gilbert monte à Paris afin de faire des essais, en vue éventuellement de la remplacer. Mais ce n'est qu'un an plus tard, le 18 février 1967, après avoir visionné les bobines des essais des nombreuses candidates et l'avoir choisie, que Max Favalelli lui confie la présentation de sa première émission nationale : Sept et deux diffusée le samedi de midi et demi à treize heures. Elle participe aussi au journal de l'Île-de-France. Elle va dès lors devenir une célébrité de la télévision, enchaînant durant treize ans les émissions de variétés de la mi-journée : tout d'abord Midi Magazine - Midi Chez Vous de septembre 1968 à décembre 1971. Jacques Martin, qui coprésente avec elle Midi Magazine, l'affuble à cette occasion du surnom de « La grande Duduche », inspiré par la bande dessinée Le Grand Duduche de Cabu[5]. C'est à cette période que son père meurt d'un cancer à 58 ans[1].

Du 3 janvier au 4 mars 1972, elle anime Télé Midi 72, puis Midi Trente à partir du lundi 6 mars 1972 à décembre 1974 sur la première chaîne de l'ORTF. À partir du 6 janvier 1975, date de création de TF1, elle anime quotidiennement et en direct Midi Première. Entre 1968 et 1982, Danièle Gilbert recevra pratiquement toutes les grandes vedettes Françaises de la chanson.

Éviction par le gouvernement socialiste et semi-traversée du désert (1981-2003)[modifier | modifier le code]

Danièle Gilbert est une animatrice populaire ainsi que son émission Midi Première qui connaît un grand succès en terme d'audience. Native de Chamalières, ville dont Valéry Giscard d'Estaing est maire de 1967 à 1974, Danièle Gilbert exprime publiquement sa sympathie pour celui-ci, l'ayant invité dans son émission et ayant participé à ses comités de soutien lors des élections présidentielles de 1974 et 1981[6].

Elle est remerciée en décembre 1981 de la télévision, à la suite de l'élection du socialiste François Mitterrand à la présidence de la République (qui a battu le président sortant Valéry Giscard d'Estaing), et de l'arrivée de la gauche au pouvoir en mai de la même année. Elle présente la dernière de son émission-phare Midi première le 1er janvier 1982 après treize ans d'antenne dans la même tranche horaire. Licenciée économique[7], elle est remplacée par Anne Sinclair qui, elle, a soutenu François Mitterrand, avec l'émission Les Visiteurs du jour qui ne restera à l'antenne que six mois[8].

Danièle Gilbert ne retrouvera dès lors plus d'émission régulière. Commence une traversée du désert, durant laquelle elle participe principalement à des animations dans des centres commerciaux, supermarchés, galas, foires-expositions et foires à la brocante, où elle gagne mieux sa vie qu'à la télévision :

« Maintenant, c'est assez dur, bien sûr, pas matériellement car je gagne plutôt mieux ma vie que lorsque j'étais à la télé, mais j'adorais tellement ce métier.[9] »

Elle enregistre également quelques chansons. Elle se présente sur la liste de droite aux élections municipales de 1983 à Clermont-Ferrand. Élue conseillère municipale dans l'opposition, elle démissionne peu après. En 2008, elle se présente aux élections municipales à Châtellerault (Vienne), mais n'est pas élue.

En 1987, à l'occasion de l'alternance politique, Pierre Bellemare lui propose la présentation de Puisque vous êtes chez vous, mais le changement de direction à TF1 la conduit à démissionner. En 1988, elle fait à nouveau beaucoup parler d'elle après avoir posé pour des photos de charme publiées dans le magazine Lui[10].

À la suite de dépôts de plaintes, elle est inculpée, en septembre 1989, d'escroquerie et de publicité mensongère pour avoir vanté les mérites de la « bague de Rê », un anneau censé procurer chance et bonheur à ceux qui la portaient, et séjourne sept jours en prison. Elle est condamnée en 1991 à 6 mois avec sursis et 200 000 francs d'amende par le tribunal de Grasse[11].

Cette affaire inspire le groupe Zebda qui enregistre le titre La bague à Danièle issu de leur premier album L'Arène des rumeurs paru en 1992[12].

En 1992, elle rebondit à la radio en animant avec Didier Gustin une émission quotidienne sur RMC, Tout le monde déguste, suivie en 1993 de Allô Danièle. Ses tentatives de retour à la télévision en tant qu'animatrice, Télé Délires sur TF1 en 1995 et La Bonne Humeur sur France 3 Île-de-France en 1997 se soldent par de nouveaux échecs[5]. Elle tient par ailleurs une chronique dans France Dimanche.

En 2000, elle rejoint l'équipe de alatele.com, chaîne de télévision sur Internet lancée par Michel Field.

Retours au succès limité (depuis 2004)[modifier | modifier le code]

Elle participe comme candidate à l'émission de téléréalité La Ferme Célébrités sur TF1, d'avril à juin 2004, jouant pour l'association Art Child. S'ensuit la sortie d'un nouveau single, C'est la ferme, sorte de ré-adaptation de la musique de la chanson La fête de Michel Fugain et le Big Bazar sur des paroles ayant trait à l'émission, mais aussi mélangées avec un enregistrement du poème de Jacques Prévert Je suis comme je suis, déjà enregistré par Danièle Gilbert en 1993. Le single C'est la ferme ! se classe modestement au hit-parade durant l'été 2004[13].

En 2012, elle joue dans un épisode de la série de réalité scénarisée de France 2, Le jour où tout a basculé.

Le 28 mars 2014, elle participe pour la première fois en tant que chroniqueuse à l'émission Les pieds dans le plat de Cyril Hanouna sur Europe 1. Entre 2016 et 2017 elle est en tournée pour la pièce de théâtre Lit d'embrouilles, dont elle partage la tête d'affiche avec Anthony Dupray[14].

En 2019, elle anime le spectacle musical Danièle Gilbert et les idoles de Midi première qui accueille des artistes reprenant les standards des personnalités invitées dans l'émission Midi Première[15].

Le 25 janvier 2020, elle est la présentatrice de Miss Élégance France, deuxième concours de beauté de France.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle était depuis 1991, la compagne du producteur Patrick Scemama, décédé en 2018. [16],[17].

Télévision[modifier | modifier le code]

Émissions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Donnez-nous des jardins
  • Scusez-moi, m'sieur Antoine (1971)
  • Adieu l'année (1973) n° 43 du Top 50 France[19]
  • Je ne vous oublie pas (1985)
  • Le Petit Chaperon bleu (1985)
  • Boum boum (1986)
  • Bonne fête maman (1988)
  • La Bouche en cœur (1988)
  • Les Idées folles (1988)
  • Je suis comme je suis (1993)
  • C'est la ferme ! (2004)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1977 : La rose et le chou-fleur, de Jacques Pierre, au Théâtre La Bruyère
  • 2008 : Monique est demandée caisse 12 de Raphaël Mezrahi, mise en scène de Philippe Sohier
  • 2009 : Presse pipole d'Olivier Lejeune, mise en scène de l'auteur, théâtre du Palais-Royal
  • 2011 : Rassurons les autruches de Philippe Sohier
  • 2016 : Lit d'embrouilles de François Janvier
  • 2020 : Les 3 Glorieuses, avec Sophie Darel, Evelyne Leclercq, pièce de Bruno Druart et Patrick Angonin, mise en scène de Jean-Philippe Azema.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Je reviendrai, éd. Michel Lafon-Carrère, 1984
  • S'il vous plaît, M. le Président, TF1 Éditions, 1996
  • La-grandeduduche.fr, éd. Pascal Petiot, 2007 (ISBN 978-2848140506)
  • « Il faut que je vous raconte... », Talent Éditions, 2018

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

« Extraits du livre Je reviendrai », Télé 7 Jours, no 1254,‎ semaine du 9 au 15 juin 1984

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Danièle Gilbert : un dernier hommage très émouvant à sa maman... », sur Pure People, (consulté le 9 août 2020).
  2. « Danièle Gilbert : “Mon papa a été un enfant abandonné” », sur France Dimanche, (consulté le 9 août 2020).
  3. Extrait du livre de Danièle Gilbert Je reviendrai, Télé 7 jours no 1254, p. 26.
  4. « Danielle Gilbert : Auvergnate et licenciée d'allemand », Télé 7 Jours, no 443,‎ semaine du 19 au 25 octobre 1968.
  5. a b et c « Biographie de Danièle Gilbert sur son site officiel » (consulté le 7 novembre 2010)
  6. « =1974, Giscard peopolise la campagne de la droite [INTERACTIF] », sur Slate, (consulté le 9 août 2020).[source insuffisante]
  7. Extrait du livre de Danièle Gilbert Je reviendrai, Télé 7 jours no 1254, p. 25.
  8. Laurent Delahousse, « Anne Sinclair, le prix de la liberté », émission Un jour, un destin, 22 avril 2014.
  9. « Interview de Danièle Gilbert », Télé 7 Jours, no 1169,‎ semaine du 23 au 29 octobre 1983, p. 121.
  10. « L'impossible retour de tatie Danièle (Gilbert) », sur Le Point, .
  11. « Défaillance de sa bague magique - Danièle Gilbert condamnée : prison avec sursis et amende », sur Le Soir, .
  12. « Danièle Gilbert dans Tout le monde en parle », sur Youtube.com, INA talk show, (consulté le 18 août 2020).
  13. « lescharts.com - Daniele Gilbert et ses amis... - C'est la ferme! », sur lescharts.com (consulté le 9 août 2020).
  14. Olivier Martin, « Danièle Gilbert et Anthony Dupray en tournée dans la pièce Lit d'embrouilles », sur Idoles Mag, .
  15. Stéphanie Raio, « Danièle Gilbert ressuscite Midi première sur scène », sur Le Figaro.fr télé,
  16. « Danièle Gilbert "n'a pas de sous" : De quoi vit l'ex-star du petit écran ? », sur Pure People, 24-08-201!
  17. « Danièle Gilbert en deuil : son compagnon Patrick Scemama est mort », sur Voici,
  18. « Ancienne grille RMC 1993-1994 », sur radioscope.fr (consulté le 9 août 2020).
  19. [1], sur infodisc.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]