Comité France-Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CFA.

Le Comité France-Allemagne est une association française désireuse de contribuer au rapprochement franco-allemand à la fin de la IIIe République, de 1935 à 1939.

Historique[modifier | modifier le code]

Le C.F.A. a été fondé à Paris le 22 novembre 1935 par des notables et des dirigeants d'associations d'anciens combattants français, notamment Jean Goy et Henri Pichot, dans le but officiel de « favoriser le développement des rapports privés et publics entre la France et l'Allemagne dans tous les domaines, et plus spécialement au point de vue intellectuel, scientifique, économique, artistique et sportif afin de contribuer, par une meilleure compréhension réciproque, à la consolidation de la paix européenne »[1]. Selon son premier président, René Lhopital, qui dit avoir « la certitude de servir son pays », le C.F.A. entend « centraliser les efforts »[2] réalisés par différents groupements, notamment ceux des anciens combattants, qui ont entamé des discussions avec leurs homologues d'outre-Rhin. Mais aussi avec les autorités nazies. Un Jean Goy a ainsi rencontré Hitler en novembre 1934. Le C.F.A. est fondé dans le contexte de crainte d'une nouvelle guerre que redoutent et refusent ses fondateurs, qui vont croire aux protestations de bonne foi d'Hitler et à ses déclarations pacifiques, et dans celui du renforcement du régime hitlérien[3]. D'autant qu'ils se laissent convaincre par les menées et l'entregent d’Otto Abetz, agent d'influence allemand en France, homme de confiance de Ribbentrop, qui œuvre au rapprochement franco-allemand, en jouant sur les sentiments pacifistes des Français tout en exaltant l'œuvre d'Hitler[4]. L'anticommunisme a aussi pu jouer; les dirigeants de l'UNC souhaitent ainsi dès 1936 la constitution d'un rassemblement anticommuniste[5].

Le C.F.A. ne fut déclaré que le 21 janvier 1936, et enregistré au Journal officiel le 4 mars. Son siège social est installé au 94, boulevard Flandrin, puis, à partir de novembre 1938, 15, rue de Vézelay[6]. Le C.F.A. est le pendant de la Deutsch-Französische Gesellschaft (D.F.G.), constituée également en 1935 et animée par des universitaires comme Achim von Arnim et Friedrich Grimm[7]. Ses buts ont été affirmés lors d'un banquet le 29 novembre 1935 à Paris, en présence de l'ambassadeur d'Allemagne[8]. Une délégation du comité s'est rendue à Berlin début 1936 pour rencontrer les dirigeants du IIIe Reich, et notamment Hitler: son président, René Lhopital, deux vice-présidents (Brinon et Bonvoisin), un vice-président de l'UNC, Charron, et le directeur de l'Union fédérale, Pineau[9].

L'activité du C.F.A. consiste à organiser des conférences[10], des voyages en Allemagne, pour ses membres, des anciens combattants, des jeunes, des travailleurs et des intellectuels, à recevoir des délégations allemandes[11], à recevoir des dirigeants allemands pour des banquets, ceux du comité olympique allemande en 1935 - sept jours après la fondation du comité -[12], le ministre Hjalmar Horace Greeley Schacht, venu discuter avec les autorités françaises, ou Baldur von Schirach, en 1937[13], à mettre sur pied des congrès en France ou en Allemagne - tel celui de Baden-Baden en 1938[14] - et à publier les Cahiers franco-allemands, organe appuyé par la presse de l'UNC et de l'Union fédérale[15] et qui, sous une apparence anodine et pluraliste, diffuse subtilement une propagande préparant la France au renoncement. Certains de ses membres sont en effet prêts à comprendre et à justifier les intérêts allemands, tel Régis de Vibraye, désireux de répandre une information "objective" sur l'Allemagne pour montrer "les nécessités vitales auxquelles elle obéit"[16]. À certaines occasions, des désaccords sont exprimés entre Français et Allemands, par exemple au sujet de la SDN en 1937, Henri Pichot de l'Union fédérale s'opposant courtoisement aux thèses du dirigeant des anciens combattants allemands, Hanns Oberlindober, et vantant "l'esprit de Genève"[17].

L'apogée du comité a lieu en décembre 1938, après la crise qui déboucha sur les Accords de Munich, lorsque le ministre des affaires étrangères allemand Joachim von Ribbentrop vient à Paris signer un accord franco-allemand. L'Union fédérale déclare: "La persécution antijuive en Allemagne suscite la protestation de nos consciences, mais elle ne saurait interdire un accord franco-allemand politique et économique"[18]. Le comité donne un déjeuner en son honneur, auquel assistent l'épouse du ministre des affaires étrangères Georges Bonnet, Anatole de Monzie, Charles de Pomaret, des représentants d'Édouard Daladier, Bonnet et Camille Chautemps, outre Brinon, Bonvoisin et Scapini ; ce-dernier ayant même été convié parmi les officiels pour recevoir Ribbentrop à son arrivée à Paris à la gare des Invalides, avec Jean de Castellane[19].

Quelques mois plus tard, au lendemain de l'invasion de la Bohême et de la Moravie par les troupes allemandes, et peut-être selon les recommandations du ministre des affaires étrangères Georges Bonnet[20], les dirigeants des associations d'anciens combattants poussent le comité directeur à décider la mise en sommeil de l'association, accusant le gouvernement allemand de précipiter l'Europe "au bord de la catastrophe", sans reconnaître pour autant leur crédulité[21]. Le 22 mars 1939, le comité directeur décide à l'unanimité de cesser son activité. Une courte majorité (132 voix, contre 125 voix pour son maintien) vote pour sa dissolution lors de sa dernière assemblée générale le 24 mai 1939, mais elle se déroule dans un climat houleux[22],[23]. Auparavant, en avril, Otto Abetz est venu à Paris pour aviser; il a rencontré de Brinon, Henri-Haye, Masson, directeur du Crédit lyonnais et Melchior de Polignac[24]. En juillet 1939, un vice-président du C.F.A., le professeur Fourneau, donne encore un déjeuner avec des membres français et allemands du comité[25].

Dans le contexte de l'affrontement entre Munichois et antimunichois, entre pacifistes et "bellicistes", les communistes, les royalistes d'Action française[26] et quelques hommes de droite comme Henri de Kérillis, dénoncent les agissements du Comité, et surtout ceux de Fernand de Brinon - appelé « Brinontrop » par Kerillis - et d'Otto Abetz, d'ailleurs invité à quitter la France fin juin 1939[27]. Le gouvernement français, quant à lui, oblige la presse à se montrer discrète sur la divulgation de faits de trahison[28], d'où le procès intenté au journaliste communiste Lucien Sampaix, qu'il gagna[29]. Dès la création du C.F.A. et encore plus durant la « drôle de guerre », les principaux membres du comité, notamment Melchior de Polignac ont été surveillés par la police judiciaire[25].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

  • De 1935 à 1936: le commandant René Lhopital, ancien officier d'ordonnance du maréchal Ferdinand Foch, commissaire général des Scouts de France et futur résistant
  • De mars 1936 à 1939: le député de Paris Georges Scapini, président de l'Union des aveugles de guerre et futur "ambassadeur des prisonniers" durant l'Occupation

Vice-présidents[modifier | modifier le code]

Gustave Bonvoisin, directeur général du comité central des allocations familiales[30], le professeur Ernest Fourneau, ancien du comité franco-allemand d'information et de documentation[31], et le comte Fernand de Brinon, journaliste politique au quotidien L'Information (jusqu'en décembre 1938), financé par la banque Lazard. De Brinon est un des principaux initiateurs et animateurs du C.F.A; il entretient des rapports suivis aussi bien avec Otto Abetz qu'avec Pierre Laval et Edouard Daladier et c'est un ami de Ribbentrop[32],[33].

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Les deux dirigeants des deux plus importantes associations d'anciens combattants: Henri Pichot de l'Union fédérale (Union Fédérale des Associations Françaises d'Anciens Combattants) et Jean Goy de l'Union nationale des combattants[34].

Membres[modifier | modifier le code]

Ont participé aux réunions constitutives[35], outre ses dirigeants: les germanistes Henri Lichtenberger et Edmond Vermeil, professeurs à la Sorbonne, Paul Morand, Georges Suarez, Bertrand de Jouvenel, de Chappedeleine, l'Académicien Louis Bertrand, le comte Régis de Vibraye. Certains sont d'anciens membres du Comité franco-allemand d'information et de documentation fondé en 1926, tels Lichtenberger, Vermeil ou le pacifiste Vibraye, qui fut son secrétaire[36].

Adhèrent aussi des dirigeants d'associations d'anciens combattants, tel Henri Lévêque, président de l'Association générale des mutilés de la guerre (AGMG)[37]. Des dirigeants de l'UNC et de l'Union fédérale siègent au bureau du Comité ou adhèrent au Comité, tels les anciens présidents de l'UF Paul Brousmiche, membre du comité directeur du CFA[38], ou Maurice Randoux, membre de son conseil d'administration, qui appelle à une rencontre entre le président du conseil Léon Blum et Hitler en février 1937 dans le quotidien Le Journal auquel il collabore[39]. Et pour l'UNC, sont membres les vice-présidents de cette association Alfred Charron, Paul Galland et Alexis Thomas, Henry Rossignol, ancien président de cette association (1926-34)[40], Paul Galland, André Nerisson[41]. Des parlementaires adhèrent aussi; ils justifient parfois dans la presse des anciens combattants leur action au service du rapprochement franco-allemand, tels le sénateur Gaston Henry-Haye[42], ou le député Jean-Michel Renaitour[43]. Sont membres de son comité d'honneur, présidé par l'ancien ministre et ancien ambassadeur Joseph Noulens, les Académiciens Pierre Benoit ou le duc de Broglie, l'écrivain pacifiste Jules Romains, le professeur Lichtenberger, les sénateurs Pierre de Chambrun et Henri-Haye, le compositeur Florent Schmitt, le marquis Melchior de Polignac[44].

Sont membres du conseil d'administration du comité en 1937, au moment de sa deuxième assemblée générale : outre des dirigeants du monde combattant, on trouve des hommes politiques, François Piétri, Eugène Frot, Léon Baréty, Charles de Pomaret, Pierre Béranger, Renaitour, Henri-Haye, Émile Roche. Un futur ministre, Raoul Dautry. Des aristocrates: Jean de Castellane, ancien président du conseil municipal de Paris et président du comité d'accueil de l'Exposition de 1937, et Melchior de Polignac. Des écrivains et journalistes: Bertrand de Jouvenel, Robert Vallery-Radot, Vincent Delpuech, directeur du Petit Provençal et futur sénateur, Pierre Drieu la Rochelle, Louis-Alfred Pagès (du quotidien L'Ouest-Éclair), Jean de Pierrefeu[45]. Quelques patrons : outre Melchior de Polignac, des champagnes Pommery, on relève l'industriel de la soie Étienne Fougère, militant de la réconciliation franco-allemande, et qui est le plus éminent de ce groupe, Paul Weiss, Jacques Menier, héritier des chocolateries Menier et ancien combattant dans l'aviation, candidat radical-socialiste aux sénatoriales en 1935, René Margot-Noblemaire, directeur général de la Compagnie des wagons-lits, Paul Munich, administrateur de sociétés[46]. Ont assisté au déjeuner de décembre 1938 en l'honneur de Ribbentrop : outre ses dirigeants, Joseph Noulens, le duc de Broglie, Jean de Castellane, Jean Montigny, Henri-Haye, Renaitour, l'ancien député Robert David, Noblemaire, Menier, le sénateur Georges Portmann, le commandant André Langeron, auxquels se sont joints d'autres personnalités, telles les anciens députés Louis Germain-Martin et André de Fels ou l'ancien gouverneur de la Banque de France Émile Moreau[47].

Ont été membres aussi, selon l'historienne Annie Lacroix-Riz: le député Marcel Boucher, Henri Donnedieu de Vabres, Jacques Baumel, Jacques Benoist-Méchin[48],[49],[50], le docteur Georges Bruardel, Pierre Leroy, Jacques Renouvin[51].

On voit donc que des pacifistes sincères et des philonazis s'y côtoyaient. Certains ont quitté cet organisme avant sa dissolution, tels le commandant Lhopital, avant la Remilitarisation de la Rhénanie - c'est en fait un scandale de mœurs homosexuel qui l'obligea à démissionner[52],[53]-, ou Bertrand de Jouvenel, qui démissionna au lendemain des Accords de Munich et le fit savoir à la presse[54]. Louis Bertrand, Jules Romains, Pierre Benoit, Henri Pichot démissionnent début 1939, alors que Fernand de Brinon et Alfred Fabre-Luce se montrent hostiles à la dissolution du C.F.A.[55]. Au lendemain de Munich, l'UF et l'UNC demandent un gouvernement de salut public, afin notamment de renforcer la défense nationale[56].

Certains se retrouveront engagés dans la collaboration, à commencer par de Brinon, mais aussi Jean Goy (au Rassemblement national populaire), Mgr Jean de Mayol de Lupé[57],[6], Pierre Drieu La Rochelle, Jean de Castellane (collaboration mondaine). Ernest Fourneau, Pierre Benoit, Drieu La Rochelle, Polignac, Valéry-Radot, Vibraye[58] rejoindront en particulier le Groupe Collaboration. D'autres rejoindront le régime de Vichy, tels Scapini, désigné chef du Service diplomatique des prisonniers de guerre à Berlin, avec le rang d'ambassadeur, ou Gustave Bonvoisin, nommé membre en 1941 du conseil national (gouvernement de Vichy)[59].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cahiers de l'Union fédérale, 10 décembre 1935; Journal des débats, 27 novembre 1935
  2. Le Journal, 27 décembre 1935, "Le commandant L'Hôpital nous parle du comité France-Allemagne qu'il vient d'accepter de présider"
  3. Cahiers de l'Union fédérale, 10 février 1936, Le Matin, 7 février 1936
  4. Gilbert Joseph 2002, p. 159, Cahiers de l'Union fédérale, 20/1/1938, conférence d'Abetz sur la jeunesse allemande, présidée par de Brinon
  5. Cf. par exemple la page Alexis Thomas
  6. a et b Gilbert Joseph 2002, p. 152
  7. "Bulletin quotidien de presse étrangère", 31/10/1935, Roland Ray, op. cit., p. 170-177: Elle est née le 25 octobre 1935, lors d'une soirée de gala, où prit la parole l'écrivain Régis de Vibraye. Elle prend le même nom qu'une organisation semblable née sous la République de Weimar, mais qui elle était internationaliste, tandis que la nouvelle DFG est voulue par Joachim von Ribbentrop et les nazis.
  8. "Cahiers de l'Union fédérale", 10/12/1935
  9. Le Vétéran, janvier 1936
  10. La Voix du combattant, 19/6/1937, Journal des débats, 27/6/1937, Le Matin, 23/6/1937,La Nouvelle revue, juillet-août 1937, L'Étudiant français, 25/1/1938, Le Matin, 19/6/1938
  11. Cahiers de l'Union fédérale, 10/2/1936, La Voix du combattant, 15.2.1936, Cahiers de l'Union fédérale, septembre-octobre 1936, Cahiers de l'Union fédérale, 10/12/1936, La Voix du combattant, 13/11/1937,Cahiers de l'Union fédérale, 10/12/1937, Cahiers de l'Union fédérale, 20/3/1937 ( AG du comité ), Ambassades et consulats, novembre-décembre 1938
  12. Gilbert Joseph 2002, p. 152 : banquet en l'honneur du Reichssportfûher von Tschammer und Osten à l'hôtel Georges-V, avec de Brinon et son épouse, Otto Abetz, Achim von Arnim et d'autres Allemands comme le professeur de droit Friedrich Grimm ou Hans Oberlindober, chef des anciens combattants allemands
  13. Le Matin, 30/11/1935, Le Journal, 30/11/1935, La Voix du combattant, 5/6/1937, L'Echo d'Alger, 29/5/1937, La Voix du combattant, 30/10/1937.
  14. "Le Journal", 21/6/1938
  15. La Voix du combattant, 22/1/1938, La Voix du combattant, 10/9/1938
  16. Cahiers de l'Union fédérale, 20/3/1937 ( AG du comité ). Cf. aussi les déclarations de Scapini sur la question des anciennes colonies allemandes: Les Annales coloniales, 31/1/1938
  17. Henri Pichot et l'Allemagne de 1930 à 1945, p. 189
  18. "Cahiers de l'Union fédérale", 10/12/1938
  19. Cahiers de l'Union fédérale, 10/12/1938, L'Echo d'Alger, 8/12/1938, "L'Echo d'Alger", 7/12/1938, Le Matin, 8/12/1938, Le Petit Parisien, 8/12/1938, Le Temps, 9/12/1938
  20. C'est du moins ce qu'il affirme en 1947: Rapport d'une commission de l'Assemblée nationale; audition de G. Bonnet, 1947
  21. Cahiers de l'Union fédérale, 25/3/1939, La Voix du combattant, 1/4/1939
  22. Cahiers de l'Union fédérale, 25/5/1939
  23. Gilbert Joseph 2002, p. 204
  24. Gilbert Joseph 2002, p. 204
  25. a et b Gilbert Joseph 2002, p. 205
  26. "L'Étudiant français", 25/1/1938
  27. Gilbert Joseph 2002, p. 197-200, Regards, 20/10/1938, Regards, 6/7/1939, "Regards, 17/7/1939, Ce Soir, 30/12/1938, Ce Soir, 23/7/1939, Ce Soir, 22/7/1939", Ce Soir, 17/7/1939
  28. "Journal des débats", 17/7/1939, Ce Soir, 19/7/1939
  29. Ce Soir, 23/7/1939, L'Humanité, 29/7/1939
  30. Cf. Michel Dreyfus, Liberté, égalité, mutualité : mutualisme et syndicalisme, 1852-1967, Paris, Editions de l'Atelier/Editions ouvrières, coll. « Patrimoine », , 350 p. (ISBN 978-2-708-23542-7, OCLC 878707966, lire en ligne). C'est un familialiste catholique, lié au patronat.
  31. Roland Ray, op. cit., p. 178
  32. "Le Journal", 27/11/1935, "Bulletin municipal de la ville de Paris", 1.2.1938, "Bulletin de l'Académie nationale de médecine", 1949
  33. Gilbert Joseph 2002, p. 152, 162, 193-194
  34. La Voix du combattant, 19 décembre 1938
  35. Le Journal, 27 décembre 1935, Bulletin quotidien de presse étrangère, 31/10/1935
  36. Cf. les pages consacrées à Émile Mayrisch et Pierre Viénot, Roland Ray, op. cit., p. 170 : « Vibraye déclarait en novembre 1933 au Comité franco-allemand : « Cette Allemagne de demain que nous ne pouvons empêcher d'exister, faut-il, par nos refus, l'obliger à se cristalliser contre nous ? ». Vibraye milite contre le nationalisme français (Où mène le nationalisme, 1929); c'est une figure du « pacifisme catholique », qui collabore à Jeune République, L'Aube, Notre Temps de Jean Luchaire, à Jeune Europe et à La Revue des vivants, et a adhéré au « Comité Fougère » (Comité d'entente internationale, animé par l'industriel de la soie Étienne Fougère) en 1931, qui prônait alors une entente franco-allemande. Il a fait partie avec Luchaire et Abetz des rencontres franco-allemandes du Sohlberg et de Rethel au début des années 1930: cf. Bernard Bruneteau, Histoire de l'idée européenne au premier XXe siècle à travers les textes, Armand Colin, 2006, chapitre 9, Geneviève Duchenne, Esquisses d'une Europe nouvelle, Peter Lang, 2008, p. 467, Françoise Berger, Les réseaux de l'industrie sidérurgique in Michel Dumoulin ( dir. ), Economic networks and European integration, Peter Lang, 2004, p. 156. Fernand de Brinon a été en relation avec ce comité, sans y adhérer: Gilbert Joseph 2002, p. 158
  37. Bulletin de l'Association générale des mutilés de la guerre, mars 1939
  38. Cahiers de l'Union fédérale, 10 décembre 1938, "Un déjeuner au Comité France-Allemagne". Brousmiche a été un des cofondateurs de l'UF, et son président en 1924-26 et 1931-34. Il prend part à l'AG du Comité en 1937.
  39. Le Journal, , "Une entrevue Blum-Hitler ?". Dans le même jurnal, il interviewe Me Henry Chatenet, président de l'Union nationale des mutilés et réformés ( UNMR ) et partage son opinion favorable aux discussions avec les Allemands: Le Journal, 20 février 1937, "A son retour d'Allemagne, M. Henry Chatenet nous déclare: On n'a pas le droit de demeurer sourds à un pareil appel en faveur d'un rapprochement" . Cf. aussi son article Le Journal, 6 décembre 1938, "Mein Kampf sera-t-il modifié ?" et aussi Cahiers de l'Union fédérale, 20 février 1938, "En écoutant à la TSF le discours du chancelier Hitler". Président de 1926 à 1929 et secrétaire général de l'UF, Maurice Randoux a été directeur du cabinet de plusieurs ministres, commandeur de la Légion d'honneur ( 1938 ). Il assure la rubrique consacrée aux anciens combattants dans Le Journal ( Le Journal, 22 janvier 1938 ). Il a rencontré avec Henri Pichot le chancelier Hitler en décembre 1934 et s'est rendu avec Pichot à Munich au moment des Accords de Munich ( Le Temps, ), pour soutenir Daladier et les offres de paix. Sous l'Occupation, il collabore au quotidien collaborationniste Le Matin d'octobre 1942 à son décès en avril 1944, à 58 ans: Le Matin, 11 avril 1944
  40. La Voix du combattant, 20 janvier 1940, "Henry Rossignol est fait commandeur de la Légion d'honneur"
  41. « La Voix du combattant »,
  42. La Voix du combattant, 1/5/1937, Le Matin, 7/7/1937
  43. La Voix du combattant, Union nationale des combattants, (lire en ligne)
  44. Roland Ray, op. cit., p. 178: février 1936
  45. Le Temps, [s.n.], (lire en ligne)
  46. Le Petit Parisien, 5/3/1937, Le Temps, 6/3/1937, Annie Lacroix-Riz, De Munich à Vichy : l'assassinat de la Troisième République, 1938-1940, Paris, A. Colin, , 408 p. (ISBN 978-2-200-35111-3, OCLC 929784654), p. 97. Concernant Paul Munich et Paul Weiss: cf. Dossier de la Légion d'honneur de P. Munich et Dossier de la Légion d'honneur de P. Weiss. À moins qu'il ne s'agisse d'un homonyme, ajoutons Eric Haguenin, président du conseil d'administration de la Banque nationale pour le commerce et l'industrie ( 1935-37 ): Journal des débats, 19/9/1940
  47. L'Homme libre : journal quotidien du matin / rédacteur en chef, Georges Clemenceau ; directeur, Fr. Albert, [s.n.], (lire en ligne)
  48. Le combattant des Deux-Sèvres, mars 1936
  49. L'Echo d'Alger : journal républicain du matin, [s.n.], (lire en ligne)
  50. Roland Ray, op. cit. p. 178
  51. Annie Lacroix-Riz, Le choix de la défaite : les élites françaises dans les années 1930, Paris, Armand Colin, , 704 p. (ISBN 978-2-200-26784-1, OCLC 890501761), p. 316
  52. Roland Ray, op. cit., p. 148
  53. Gilbert Joseph 2002, p. 158 : Durant la première sortie outre-Rhin du comité, il fut arrêté après s'être livré à des attouchements sur un jeune soldat allemand dans un cinéma. Un écho d'un journal français évoque son arrestation en Allemagne en février 1936, arrestation dont les « raisons véritables sont restés inconnues du public français » et que le gouvernement allemand aurait « étouffé » avec « bienveillance » : Journal des débats, 17/3/1936
  54. Journal des débats politiques et littéraires, [s.n.], (lire en ligne)
  55. Gilbert Joseph 2002, p. 203-204
  56. La Voix du combattant, 22 octobre 1938. Cf. l'opinion d'un Maurice Randoux, qui veut reconstruire la puissance française avec un gouvernement stable d'experts, et non de politiciens: Le Journal, 31 octobre 1938, Ibid., 5 novembre 1938, "Les combattants pour le salut public"
  57. Roger Maudhuy, Vichy : les procès de la collaboration, Bruxelles, Ixelles, , 416 p. (ISBN 978-2-875-15119-3, OCLC 857233715)
  58. Max Clauß et Régis de Vibraye (préambule), Le fait continental, Groupe "Collaboration", coll. « Les conférences du groupe Collaboration »,
  59. La Croix, 5 novembre 1941

Bibliographie[modifier | modifier le code]