Aller au contenu

Louroux-de-Bouble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louroux-de-Bouble
Louroux-de-Bouble
L'église Saint-Laurent.
Blason de Louroux-de-Bouble
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Arnaud Debrade
2020-2026
Code postal 03330
Code commune 03152
Démographie
Population
municipale
229 hab. (2021 en diminution de 8,76 % par rapport à 2015)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 36″ nord, 2° 58′ 43″ est
Altitude Min. 357 m
Max. 550 m
Superficie 16,87 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gannat
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Louroux-de-Bouble
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Louroux-de-Bouble
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
Louroux-de-Bouble
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Louroux-de-Bouble
Liens
Site web louroux-de-bouble.planet-allier.com

Louroux-de-Bouble est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le versant nord-ouest du massif cristallin des Colettes, entre la vallée de la Bouble et le vallon du Belon, qui coulent dans des gorges.

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Louroux-de-Bouble
Vernusse Chirat-l'Église
Lapeyrouse (Puy-de-Dôme) Louroux-de-Bouble
Échassières Coutansouze

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 129, reliant Target au nord-est à la Bosse (commune d'Échassières) au sud ; 185, reliant Coutansouze au sud-est à la gare de Lapeyrouse à l'ouest (où elle continue en D 519 dans le Puy-de-Dôme) ; 224 (vers Échassières chef-lieu, au sud-ouest) ; et 608, reliant Boutevin (hameau situé sur la D 185 au nord-ouest de la commune) à Vernusse, au nord[1].

La ligne de Commentry à Gannat traverse la commune, avec une gare SNCF où certains TER Auvergne-Rhône-Alpes MontluçonClermont-Ferrand s'arrêtent.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Ouest et nord-ouest du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 900 à 1 500 mm, maximale en automne et en hiver[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 779 mm, avec 10,2 jours de précipitations en janvier et 7,5 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Echassières_sapc », sur la commune d'Échassières à 6 km à vol d'oiseau[4], est de 10,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 847,3 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Louroux-de-Bouble est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9] et hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (66,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (61 %), forêts (27,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,1 %), zones agricoles hétérogènes (3 %), zones urbanisées (2,3 %), terres arables (2,2 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les attestations anciennes sont Loroir au XIIIe siècle ; Oratorium en 1327[13] ; L'Horoir de Bouble en 1357[14] ; Oratorium super Bubulam au XVe siècle[15].

Le nom du village comporte l'élément Louroux, qui se retrouve dans le nom de trois autres communes de l'Allier (Louroux-Bourbonnais, Louroux-de-Beaune et Louroux-Hodement).

Louroux résulte de la francisation de l'appellatif oror, avec agglutination de l'article défini réduit à L' par élision. Oror procède lui-même du bas latin oratoriu(m) « oratoire »[13].

Le nom du village en bourbonnais du Croissant (zone où se rejoignent et se mélangent la langue occitane et la langue d'oïl[16]) est donc L'Oror de Bubla mais dont la prononciation est sensiblement la même qu'en français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1789, la paroisse faisait partie de l'ancienne province d'Auvergne[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Depuis le , afin que les arrondissements du département « correspondent à une meilleure cohérence administrative et [à une] adaptation aux bassins de vie », la commune est retirée de l'arrondissement de Montluçon pour être rattachée à celui de Vichy[18].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
René Combemorel    
Serge Ferrandon    
Gérard Boissonnet    
En cours
(au )
Arnaud Debrade[19]   Vétérinaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2021, la commune comptait 229 habitants[Note 1], en diminution de 8,76 % par rapport à 2015 (Allier : −1,97 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532560537733685706728680639
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
589573566663740802792746760
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
728728743587643641622577571
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
528403339303268283290274243
2021 - - - - - - - -
229--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Eugène Sinturel (1882-1960), poète, directeur d'école, résistant[24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Louroux-de-Bouble Blason
De sinople à la fasce ondée d’argent accompagnée en chef d’un oratoire d’or accosté de deux tours du même et en pointe d’une tour aussi d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 26 avril 2017).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Louroux-de-Bouble et Échassières », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Echassières_sapc », sur la commune d'Échassières - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Echassières_sapc », sur la commune d'Échassières - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  9. Insee, « Métadonnées de la commune ».
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, Librairie Droz, , 480 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), p. 1519.
  14. René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 316.
  15. I.A. Rayeur, Département de l'Allier : statistique et histoire, réimpr., Res Universis, 1993, p. 278.
  16. « Atlas sonore des langues régionales de France - Zone du Croissant », sur atlas.limsi.fr ; site officiel de l'Atlas sonore des langues régionales de France, .
  17. Didier Robert de Vaugondy (cartographe) et Elisabeth Haussard (graveur), Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne (carte), Paris, Robert de Vaugondy fils, (lire en ligne).
  18. Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté préfectoral no 16-534 du 21 décembre 2016 portant modification des limites des arrondissements du département de l'Allier », Recueil des actes administratifs no 03-2016-061, Préfecture de l'Allier, (consulté le ), p. 40.
  19. « Louroux-de-Bouble », sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. René Varennes, 175 poètes bourbonnais, Union des Poètes bourbonnais, 1988.