Croisé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chevalier croisé)
Aller à : navigation, rechercher
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croisé (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le fond de cet article d'histoire est à vérifier.

Améliorez-le, ou discuter des points à vérifier. Si vous venez d'apposer le bandeau, merci d'indiquer ici les points à vérifier.

Croisés (Larousse 1922)

Un croisé est un chevalier chrétien occidental qui a participé aux croisades du Moyen Âge. Il est appelé croisé car il a une croix cousue sur ses vêtements.

Le terme croisade n'apparaît qu'au XVe siècle, celui de croisé, qui n'existe pas en latin et qui est issu des langues vernaculaires, n'apparaît qu'au concile de Latran IV en 1215, auparavant le chevalier croisé est désigné comme un pèlerin armé[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Conquête de Jérusalem[modifier | modifier le code]

Croisé agenouillé, psautier de Westminster, vers 1220-1250.

En 1095 se tient le concile de Clermont. Lors de ce concile, le pape Urbain II appelle les chrétiens à libérer Jérusalem, alors sous domination musulmane[2]. C'est le début de la première croisade (1096-1099).

Dès 1099, les croisés réussissent à prendre Jérusalem.

Le départ en Orient est un moyen de s’affranchir de la contrainte du lignage, en un temps où le mouvement de paix et le resserrement des liens vassaliques limitent les occasions d’aventure. La croisade réalise la fusion de l’esprit féodal et des préceptes chrétiens (le chevalier réalise au service du Christ et de l’Église son devoir vassalique). Le croisé pense également que participer à la croisade permettra le rachat de ses péchés.

Formée de contingents féodaux cheminant isolément, encombrée de non-combattants, l'armée croisée ne répond pas au désir du pape qui l’aurait voulu unie sous la direction d’un légat et d’un chef laïc. Elle répond encore moins aux vœux de l'empereur byzantin Alexis Ier Comnène, qui entretient des rapports pacifiques avec les Saljûqides de Rum après avoir triomphé des Petchenègues et s'être débarrassé de Zachas, l’émir de Smyrne. En effet, l’arrivée de la croisade lui pose des problèmes de ravitaillement et de surveillance. Cependant, il avait fait préparer des approvisionnements et assuré aux croisés qu’il faciliterait leur passage à condition qu’ils respectent leurs engagements de paix.

Le concile de Latran I en 1123 donne un statut juridique au croisé : il bénéficie d'indulgences (immunités spirituelles à la différence du fuero, tel le Fuero de Sepúlveda (es) en 1076 qui n'est qu'une immunité temporelle), voit ses biens protégés (par contre il est autorisé à se procurer un butin de guerre) mais aussi l'inviolabilité de son vœu de croisade[1].

Autres croisades[modifier | modifier le code]

En dehors des croisades en Orient, plusieurs croisades en Europe. Ce fut le cas de la reconquête par des armées chrétiennes del Andalus, croisade connue sous le terme de Reconquista.

Une seconde croisade eut lieu dans le sud de la France contemporaine contre le catharisme et est connue sous le nom de Croisade des Albigeois.

Vestiges des croisades[modifier | modifier le code]

En Orient[modifier | modifier le code]

Les croisés, par leur présence armée, ont laissé de nombreuses constructions fortifiées jalonnant les territoires sur la route de Jérusalem au Moyen-Orient, comme le Krak des Chevaliers, en Syrie.

En Europe[modifier | modifier le code]

Les croisés ont rapporté de nombreuses reliques de Terre sainte.

Croisés célèbres non chevaliers[modifier | modifier le code]

Frédéric Barberousse habillé en croisé

Exactions[modifier | modifier le code]

Le Midi de la France connaît au début du XIIIe siècle un fort développement du mouvement religieux cathare. L'opposition des catholiques entraîne la région toute entière dans une guerre religieuse au terme de laquelle le catholicisme sortira vainqueur et les cathares, anéantis. Durant la guerre albigeoise, le comte de Toulouse avait confié à Hugue d'Alfaro la lourde tâche de repousser les croisés hors de la place forte de Penne. Mais, au début du mois d'août 1212, après cinquante jours de siège, Penne capitula.

Chevaliers croisés et antijudaïsme[modifier | modifier le code]

Le manque de préparatifs et de moyens financiers ont entraîné des exactions lors des croisades. L'amalgame entre « infidèles » et juifs ou musulmans dans l'esprit de certains chevaliers croisés s'est accompagné de l'intention de faire payer aux juifs la mort du Christ. Des incidents graves ont été signalés en décembre 1095 lors du départ de la croisade de Pierre l'Ermite à Rouen et en Champagne. Les communautés juives furent plus éprouvées par Volkmar et Emich de Leiningen. Des pogroms eurent lieu à Spire, à Worms, à Magenza. Les évêques de Spire et de Worms offrirent un abri aux juifs. Les croisés s'attaquèrent aux juiveries de Cologne, de Metz, de Trèves, et de la basse vallée du Rhin.

Le moine français Rodolphe qui, sans la permission de ses supérieurs, quitta son monastère et voyagea pendant la deuxième croisade (1144-1147) jusqu'à la vallée du Rhin, prêcha « que les Juifs devaient être tués en tant qu'ennemis de la religion chrétienne ». À Cologne, Simon le Pieux fut assassiné et mutilé. À Spire une femme fut torturée sur la roue en vue de la convertir au christianisme. Des prêtres séculiers firent tout ce qu'ils pouvaient pour protéger les juifs. Arnold, l'archevêque de Cologne, leur offrit le refuge de son château fortifié, et les autorisa à s'armer ; les croisés s'abstinrent d'attaquer le château, mais tuèrent tous les juifs qui tombaient dans leurs prises. Heinrich Ier Felix von Harburg archevêque de Mayence admit dans sa maison des juifs poursuivis par un groupe de croisés ; le groupe força l'entrée et les tua devant ses yeux.

En France, la croisade lancée contre les Maures en Espagne s'était en effet soldée par la mise à mort sans distinction de tous les juifs que les croisés rencontraient sur leur route (en Champagne) : la figure de l'infidèle se déplace, par effet de proximité, du Maure au juif rencontré en chemin.

En Terre sainte, les croisés sont appelés les égarés (תועים en hébreu to'im) selon les chroniqueurs juifs de l'époque.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Lors des attentats du 13 novembre 2015 en France, l'EI utilise le mot « croisé » pour désigner les victimes de ces attaques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne)
  2. Foucher de Chartres, appel du pape Urbain II dans Histoire des croisades, édité par François Guizot, 1825

Voir aussi[modifier | modifier le code]