Chemins de fer du Sud-Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chemins de fer du Sud-Ouest
Création
(première ligne ferroviaire)
Disparition

Sigle CFSO

Longueur 301 km
Dont électrifiés 16 km
Écartement des rails Métrique

La compagnie des Chemins de Fer du Sud-Ouest (CFSO) était une entreprise ferroviaire française.

Un train en gare de Saint Laurent sur la ligne de Toulouse à Boulogne-sur-Gesse

Histoire[modifier | modifier le code]

La compagnie des Chemins de Fer du Sud-Ouest (CFSO) exploitait 8 lignes à voie métrique construites dans le département de la Haute-Garonne, avec quelques sections dans le Gers et l'Ariège. L'ensemble formait un réseau de 411 kilomètres.

La compagnie des Chemins de Fer du Sud-Ouest se substitue à la Compagnie du Chemin de Fer de Toulouse à Boulogne sur Gesse[1], qui a obtenu la concession d'un chemin de fer d'intérêt local déclaré d'utilité publique en 1896[2].

Historiquement, ces lignes de chemins de fer se sont inspirées, pour une partie, par les lignes de la fameuse "Hirondelle des Landes"[3] créée avec cinq assocíés par Joseph Louis Lanafoërt en 1841 - société F. Dutour et Cie - qui mis en place des lignes de diligence - décrite quelques années plus tard par Flaubert dans son roman Madame Bovary - dans tout le Gers, d'abord la ligne Mirande - Mont de Marsan, par Tillac, Marciac, Plaisance, Riscle, Barcelone, Aire, Grenade, puis des lignes secondaires l'Isle-Jourdain-Toulouse, Lombez-Boulogne-sur-Gesse, l'Isle Jourdain-Mauvezin, Mauvezin-Toulouse, Auch-Beaumont, Auch-Port-Sainte-Marie. Ces lignes ont participé grandement au développement économique du Gers et du Sud Ouest sous la Monarchie de Juillet avant qu'elles soient remplacées plus tard par le chemin de fer.

Ancienne gare de Launaguet

Lignes[modifier | modifier le code]

Dans Toulouse, les CFSO possédaient trois gares non reliées entre elles:

  • la gare Roguet, située sur l'avenue Etienne Billière, à l'emplacement de la cité Roguet
  • la gare de Bonnefoy située à proximité du Boulevard des Minimes, près du canal du Midi,
  • la gare Saint-Sauveur située entre le port Saint-Sauveur et le Pont des Demoiselles , (site occupé actuellement par les Archives départementales)

Les lignes du réseau de tramway de Toulouse assuraient la liaison entre ces gares.

Fermeture des lignes[modifier | modifier le code]

En 1936

En 1937

  • Toulouse- Villemur
  • Caraman - Loubens- Maurens-Scopont

En 1946

En 1947

En 1949

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

  • Locomotives:
N° 1 à 6, type 030, Pinguely , 1901, poids à vide 19,4 tonnes,
N° 10 à 11, type 030, Corpet-Louvet , 1911, N° constructeur 1194-1195,
N° 21 à 23, type 030, Corpet-Louvet , 1902, N° constructeur 910-912, poids à vide 17 tonnes,
N° 24 à 28, type 030, Corpet-Louvet , 1904, N° constructeur 1003-1007, poids à vide 17 tonnes,
N° 29 à 30, type 030, Corpet-Louvet , 1905, N° constructeur 1027-1028,
N° 31 à 32, type 030, Corpet-Louvet , 1905, N° constructeur 1054-1055, poids à vide 17 tonnes,
N° 33, type 030, Corpet-Louvet , 1905, N° constructeur 1113, poids à vide 17 tonnes,
N° 34 à 37, type 030, Corpet-Louvet , 1905, N° constructeur 1222-1225, poids à vide 17 tonnes,
N° 38, type 030, Corpet-Louvet , 1905, N° constructeur 1300, poids à vide 17 tonnes,
N° 39 à 41, type 030, Corpet-Louvet , 1911, N° constructeur 1380-1382, poids à vide 17 tonnes,
N° 201 à 204, type 030, Corpet-Louvet , 1906, N° constructeur 1046-1049, poids à vide 21 tonnes,
N° 205 à 207, type 030, Corpet-Louvet , 1911, N° constructeur 1384-1386, poids à vide 21 tonnes,
N° 301, type 130, Corpet-Louvet , 1911, N° constructeur 1383, poids à vide 24.3 tonnes,
  • Autorails:
N° 1 à 11, De Dion 1934, type MT, moteur 105cv,
N° - Automotrice électrique à accumulateurs, prototype conçu par De Dion et la firme italienne Rognini et Balbo de Milan,
N° 1 à 6, Automotrices électriques à accumulateurs, MAF[6], 1934[7]

Notes, références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Domengie, Les petits trains de jadis - Sud-Ouest de la France, Éd. du Cabri, Breil-sur-Roya, 1986 (ISBN 2-903310-48-3)
  • Henri Domengie, Les Chemins de fer du Sud-Ouest, Magazine des Tramways à Vapeur et des Secondaires n°14, 1980

Liens externes[modifier | modifier le code]