Pinguely

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pinguely
logo de Pinguely
Locomotive des Tramways de l'Indre

Création 1881
Fondateurs Alexandre Pinguely
Siège social Lyon
Drapeau de France France
Activité Construction mécanique et ferroviaire
Locomotive bicabine des TDI à côté d'une automotrice à vapeur Buffaud & Robatel/Buire
Locomotive Tramways de l'Indre n°9 (n° constructeur 137 de 1902) en tête d'une rame à Vierzon
Locomotive Pinguely n°5 (45-1898), type 030T, des chemins de fer Départementaux de la Loire, à Roanne
Locomotive Pinguely, type 030T, des chemins de fer Départementaux du Sud Ouest
Locomotive 030t à Pont de Beauvoisin
Plaque constructeur de la locomotive No165 préserve dans la Somme

Pinguely ou Pinguély[N 1] est une ancienne entreprise de construction mécanique, située à Lyon et construisant du matériel roulant pour les chemins de fer.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'usine a été créée par Benoit Alexandre Pinguely[1], né à Lyon le [2]. Il reprend, en 1881, les établissements Gabert frères, qui depuis 1855 sont spécialisés dans la construction de dragues à godets[3].

  • Entre 1881 et 1932 Pinguely fabrique 361 locomotives.La firme abandonne ensuite la construction des locomotives.
  • Dans les années 1980, elle produit entre autres, en 1981, le Moyen de forage rapide de destruction pour l'armée française.
  • En 1984 la firme devient Pinguely Haulotte, rachetée par la holding Solem, et fusionnant avec le fabricant de matériel de manutention Haulotte.
  • En 1989 Solem achète la majorité des actifs de Pinguely

Production de locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

La construction de locomotives débute en 1889 pour cesser dans les années 1930, elle est d'environ 350 locomotives à vapeur. Les locomotives sont destinées aux réseaux de chemins de fer secondaires, tramways à voie métrique. La majorité des locomotives sont de type 030 tender (trois essieux moteurs).

La firme produit également des automotrices à vapeur, constituées d'un compartiment fourgon, d'un compartiment pour les voyageurs et d'une chaudière avec poste de conduite. Ces véhicules sont à bogies.

Parmi les clients on peut noter:

Matériel préservé[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les deux orthographes existent dans les documents (voir sur la page de discussion). Il est de ce fait difficile d'opter pour l'une ou l'autre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/d36vvtjs8bf6h5wo http://www.genealogiesuisse.com/pinguely.htm
  2. Fredilesbasbleus, « Alexandre Pinguely un peu de sa vie. », sur blog.com, Les Racines de leurs vies, (consulté le ).
  3. Philippe Mioche, Henri Malcor, un héritier des maîtres de forges, Centre national de la recherche scientifique, lien Google livres
  4. Notice no PM95001014, base Palissy, ministère français de la Culture
  5. Notice no PM80000682, base Palissy, ministère français de la Culture
  6. « Arrivée de la PINGUELY 030 n°103 », sur traintouristiquedubasberry.com (consulté le )
  7. Notice no PM07000324, base Palissy, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Domengie, Les petits trains de jadis - Sud-est de la France, ed. du Cabri, 1985.
  • Claude Wagner, « Les locomotives Pinguely 030T type 107 : et types proches », Chemins de fer régionaux et urbains, vol. 1997/1, no 259,‎ , p. 5-20 (ISSN 1141-7447)
  • Frédéric Toublanc, Tacot et galoche en Roannais et Forez : Histoire des Chemins de fer départementaux de la Loire, editions de l'Ormet, (ISBN 2-906575-17-8, notice BnF no FRBNF35671053)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Liste des locomotives construites par Pinguely, faite par Sébastien Jarne [1]