Locomotive-tender

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Une locomotive-tender est une locomotive à vapeur dont les réserves d'eau et de combustible ne sont pas emportées sur un tender tracté, mais sur la locomotive elle-même.

Description[modifier | modifier le code]

Sur ce type de locomotive, les réservoirs d'eau appelés aussi caisses à eau sont disposés de chaque côté de la chaudière à l'emplacement des tabliers. Le charbon est stocké dans une soute accolée à l'abri, généralement à l'arrière, mais sur les locomotives pour voie étroite de petites dimensions, la soute à charbon est logée dans la partie arrière de la caisse à eau, côté chauffeur.

Certaines locomotives-tenders de manœuvres britanniques et américaines appelées saddle tank, présentent la particularité d'avoir une unique caisse à eau qui enjambe le corps de la chaudière, ce qui augmente sensiblement le volume d'eau transportable et donc l'autonomie du véhicule.

Quelques séries de machines-tender furent obtenues par tenderisation de locomotives à tender séparé comme les 2-141 TA 1 à 37[1].

Les machines pour voie étroite sont très souvent des locomotives-tender.

Utilisation et services[modifier | modifier le code]

L'absence de tender est une condition favorable pour faciliter les manœuvres et faciliter la conduite de la locomotive en marche arrière. En principe, le poids adhérent est supérieur à une configuration avec tender séparé. C'est cependant une condition défavorable pour l'autonomie, la capacité en eau et en charbon restant plus faible que dans une configuration à tender séparé.

Les machines de cette catégorie sont en général des machines astreintes à fonctionner aussi bien en marche avant qu'en marche arrière, en économisant le temps passé au retournement : fonctionnement intensif avec une autonomie réduite. On les trouvait donc comme machines de service de manœuvre et d'embranchement (2-050 TQ), de traction et pousse de trains de banlieue (3-141 TC) pour lesquels ces machines furent équipées de la réversibilité, ainsi que pour la traction de trains sur lignes difficiles à faibles rayons (4-141 TA).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les locomotives-tender de route vol. 2, Les 141T série 4.1600 du Nord, par André GIBERT, 1981, Les Éditions du Cabri.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]