Charlie et la Chocolaterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charlie et la Chocolaterie (homonymie).

Charlie et la Chocolaterie (originellement Charlie and the Chocolate Factory) est un roman pour enfants de l'auteur norvégo-gallois Roald Dahl. Les aventures du jeune Charlie Bucket dans la chocolaterie de l'excentrique Willy Wonka sont très appréciées par les enfants anglophones.

Charlie et la chocolaterie a été publié pour la première fois aux États-Unis par Alfred A. Knopf en 1964, et au Royaume-Uni par Allen & Unwin en 1967. Le livre a été adapté en deux films importants : Charlie et la Chocolaterie (Willy Wonka & the Chocolate Factory) de Mel Stuart avec Gene Wilder, et Charlie et la Chocolaterie de Tim Burton avec Johnny Depp. La suite de l'histoire, Charlie et le Grand Ascenseur de verre, a été écrite par Roald Dahl en 1972.

Résumé[modifier | modifier le code]

Charlie Bucket vit pauvrement dans une toute petite maison avec ses parents et ses quatre grands-parents cloués au lit, dont grand-papa Joe qui va l'accompagner à la chocolaterie. Charlie est un enfant gentil, attentionné et soigneux qui aime sa famille malgré leurs difficultés communes. Hors sa famille, la chose qu'il aime le plus est le chocolat. À cause de sa pauvreté extrême, il ne peut toutefois n'en recevoir qu'une tablette de chocolat par an, à l'occasion de son anniversaire.

Il y a près de sa maison la plus grosse chocolaterie du monde, dont le possesseur est Willy Wonka.

Willy Wonka est le plus important, le plus créatif et le plus inventif raffineur de chocolat au monde, produisant une importante variété de sucrerie merveilleuses et délicieuses, dont certaines semblent irréalisables (comme les glaces qui ne fondent jamais ou les chewing-gums qui ne perdent pas leur goût). Comme raconté par le grand-père de Charlie, Grand-Papa Joe, l'espionnage industriel ayant pratiquement ruiné la fabrique, Willy Wonka l'a complètement fermée, puis rouverte ultérieurement avec l'aide d'ouvriers inconnus et mystérieux.

Après avoir passé plusieurs années en fonctionnant de la sorte, Willy Wonka, à la surprise de tous, aurait décidé de réautoriser la visite de sa chocolaterie par le public, en organisant une loterie. Cinq tablettes de chocolat « Wonka » contenant des tickets d'or cachés sous l'emballage sont dispersées dans le monde. Chaque ticket autorisera son découvreur (et un seul membre de sa famille dans le film, sinon maximum 2 membres dans le livre) à accéder à la chocolaterie pour une visite guidée par le chocolatier en personne. Une frénésie d'achat de chocolat secoue alors le globe. Les gagnants des quatre premiers tickets s'avèrent être :

  1. Augustes Gloop, un garçon glouton
  2. Verrucaire Salt, une enfant gâtée
  3. Violette Beauregard, une mâcheuse de chewing-gum compulsive
  4. Mike Teavee, un garçon passionné de télévision

Parallèlement, la pauvreté qui enserre la famille de Charlie se ressent davantage.

Par pur miracle, et à la dernière seconde, Charlie parvient à trouver le dernier ticket d'or. Grand-Papa Joe se lève alors de son lit, et tous deux partent pour la chocolaterie de Willy Wonka où les autres gagnants les rejoignent. Ils y découvriront ses merveilleuses réalisations, y compris certains prototypes aux effets secondaires à dormir debout. Par ailleurs, Willy Wonka révèle à ses invités que les mystérieux ouvriers sont des Oompas- Loompas, un peuple pygmée venu de l’Oompaland qui a accepté de venir travailler dans sa fabrique, car il peut leur fournir des quantités illimitées de leur mets préféré, la graine de cacao (ingrédient principal du chocolat). Au cours du livre, ils se lancent régulièrement et massivement dans des couplets en vers improvisés pour commenter la conduite des autres enfants et les conséquences de leurs actes

Analyse[modifier | modifier le code]

Les quatre autres enfants vont en effet mal se comporter et finir chacun victimes d'un sort malheureux et affublés d'une condition physique les forçant à quitter le bâtiment.

  • Augustus Gloop va boire dans la rivière-mélangeuse de Willy Wonka, tomber dedans, et être aspiré par un tuyaux de verre menant à la salle des nougatines. La pression du chocolat associée au faible diamètre du tuyau le déforme.
  • Violette Beauregard goûte un exemplaire expérimental de chewing-gum ayant la saveur successive de trois plats et se met à gonfler jusqu'à se transformer en une énorme myrtille, qui l'oblige à se rendre dans la salle aux jus de fruits, pour se faire presser jusqu'à sa forme habituelle (elle gardera toutefois sa peau bleue et sera plus souple qu'un chat).
  • Veruca Salt est jetée dans un vide-ordures par des écureuils dressés pour détecter et éliminer les « mauvaises noix ». Son père, en essayant de l'aider, subit le même sort. Ils réapparaîtront tous deux dans les détritus.
  • Mike Teavee est miniaturisé par une caméra de télévision conçue pour diffuser des échantillons de barres de chocolat par voie télévisuelle et se retrouve ainsi envoyé dans la machine à étirer les guimauves pour retrouver sa taille normale (le traitement est malheureusement surestimé puisque Mike devient un géant des plus maigres qui soient).

Chacun de ces enfants est l'allégorie d'un vice trouvé dans la personnalité des enfants de l'époque. Charlie est montré de manière évidente comme l'enfant parfait, humble, gentil, et non-gâté.

À la fin de l'histoire, il s'avère que la loterie était une idée de Willy Wonka pour choisir son successeur. Étant le seul gagnant d'un billet d'or encore en compétition, Charlie apprend qu'il hérite de la chocolaterie et part en voyage dans un ascenseur vitré volant avec Willy Wonka et Grand-papa Joe. La famille de Charlie peut venir vivre avec lui à la chocolaterie. L'histoire se continue dans Charlie et le Grand Ascenseur de verre.

Impact culturel[modifier | modifier le code]

Charlie et la Chocolaterie, grâce à son succès extraordinaire et à ses deux adaptations au cinéma, est devenu une référence culturelle dans la société moderne, bien qu'ayant été écrit il y a plus de quarante ans. Cette signification culturelle a par exemple donné son nom à la société The Willy Wonka Candy Company, et a donné naissance à une expression anglaise : le terme « golden ticket » désigne désormais une garantie thésaurisée pour quelque chose de spécial et d'exclusif.

Pièces[modifier | modifier le code]

Dans cette chocolaterie, on trouve une grande variété de salles spécialisées, qui représentent toutes les étapes de la fabrication ou se dédient à un produit particulier. Les enfants, lors de leur visite guidée, y voient nombre d'invraisemblances. Un bon exemple est la fameuse Chocolate Room. Tout y est comestible, même le gazon. On y trouve une cascade de chocolat qui le brasse pour lui donner la bonne texture. Comme le précise à quelques reprises Willy Wonka, sa chocolaterie est la seule au monde à utiliser une cascade pour brasser le chocolat. Cela lui donne une texture riche et onctueuse. On remarque également des tuyaux qui emportent le chocolat vers d'autres endroits de la fabrique, comme celui dans lequel Augustus Gloop est aspiré.

D'autres pièces sont aussi décrites, comme la Salle des Inventions où Violet Beauregard se transforme en myrtille. C'est dans la Salle des noix que Veruca Salt est éliminée. Dans cette salle, des dizaines d'écureuils dressés trient les noix, envoyant les mauvaises dans le tuyau à déchets. C'est dans la Salle de Télévision que Mike Teavee disparaît.

Accusations de racisme et d'idéologie impérialiste[modifier | modifier le code]

En réponse aux critiques de la NAACP, de l'auteur canadien Eleanor Cameron, et d'autres personnes indignées par la description des Oompa Loompas comme des pygmées à peau noire travaillant dans la fabrique Wonka pour des graines de cacao, Roald Dahl modifia certaines parties de ses textes, et Schindelman remplaça quelques illustrations (les illustrations de la version anglaise changèrent aussi). Cette nouvelle version fut publiée en 1973 aux États-Unis. Dans la version révisée, les Oompa Loompas sont décrits comme ayant de longs et étonnants cheveux marron-doré et une peau blanche rosée. Leur origine est aussi passée de l'Afrique au pays imaginaire de Loompaland.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le roman a été adapté deux fois au cinéma:

Numéros ISBN[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]