Charles de Mesnard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mesnard.

Charles de Mesnard
image illustrative de l’article Charles de Mesnard

Titre Comte de Mesnard
(1792-1842)
Grade militaire Maréchal de camp
Années de service 1786 - 1832
Commandement Gouverneur du château de Rosny
Conflits Guerres révolutionnaires
Insurrection légitimiste de 1832
Distinctions
Autres fonctions Aide de camp du duc de Berry
Premier écuyer de la duchesse de Berry
Pair de France
Biographie
Dynastie Famille de Mesnard[2]
Nom de naissance Louis Charles Bonaventure Pierre de Mesnard
Naissance
Luçon[1] Poitou
Décès (à 72 ans)
Paris
Conjoint Sarah Mason

Orn ext Comte (baron-pair) OSE.svg
Blason ville fr Plougasnou (Finistère).svg

Louis Charles Bonaventure Pierre, comte de Mesnard, né le à Luçon, mort le à Paris, est un militaire et Personnalité politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

« Fils d'Alexandre-Bonaventure, comte de Mesnard, chevalier, seigneur de Mesnard, Lauboinière, la Godelinière, les Ardies, Guignefole, et autres lieux[1], maréchal des camps et armées du roi, ancien capitaine colonel des gardes de la porte de Monsieur, chevalier des ordres royal, militaires et hospitaliers de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, et de celui de Saint-Louis, et de dame Marie-Éléonore-Elisabeth de La Boucherie[3] », Charles de Mesnard fut reçu de minorité dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[4] mais ne prononce pas ses vœux pour rentrer à école militaire de Brienne.

Ascendance de Charles de Mesnard

Élève de l'école militaire de Brienne, il devint sous-lieutenant aux carabiniers (1786), puis capitaine dans le régiment de Conti[5] (1789[3]).

Mesnard émigra en 1791 : il rejoignit l'armée des princes, à Coblence, et fit la campagne de 1792 dans les gardes du corps du roi, en Champagne[5] puis il prit part à la guerre de Hollande contre les armées de la République (1794), et à l'expédition de l'île d'Yeu[3].

Après le licenciement de cette armée, le jeune émigré partit voyager à partir de 1797, puis se retira, pendant le Premier Empire, à Londres auprès du duc de Berry[3]. Il épousa, en 1806 à Londres, Sarah Mason (morte le à Paris), d'une ancienne famille de Shrewsbury, en Angleterre, veuve du général Bryan Blundell[6], dont il eut :

  1. Elisabeth (1804-1836), dame pour accompagner la duchesse de Berry (1830), mariée en 1825 avec Ludovic Le Peletier (1800-1862), marquis de Rosanbo, dont postérité ;
  2. Ferdinand (1809-1862[7]), comte de Mesnard, marié en 1829 avec Flora (1808-1887), fille de Jacques-Henri, marquis de Bellissen (1779-1808), dont il eut une fille[7] (morte en 1888) restée sans alliance[8].

Il ne rentra en France qu'à la première Restauration et fut nommé aide de camp et gentilhomme d'honneur[5] du duc de Berry, puis colonel. Il suivit le roi à Gand pendant les Cent-Jours[3], et fut chargé d'une mission près du duc de Wellington, qui lui donna des communications pour le duc de Berry et pour le duc de Feltre[5].

En 1816, il alla à Marseille recevoir la nouvelle duchesse de Berry, dont il fut nommé premier écuyer. Mesnard était auprès du duc de Berry au moment où Louvel le frappa d'un coup mortel[3] et c'est à lui que le duc tendit le poignard ensanglanté[9]. Nommé aide-de-camp du duc de Bordeaux et gouverneur du château de Rosny, il fut promu pair de France[3] le , avec une dotation de 12 000 francs, puis commandeur de Saint-Louis[3] et chevalier du Saint-Esprit[8]. En 1828, il accompagna la duchesse de Berry dans le grand voyage qu'elle entreprit dans l'Ouest et dans les Pyrénées[5].

Après les journées de Juillet, il refusa de prêter serment à Louis-Philippe Ier et fut rayé de la liste des pairs[10]. Il resta attaché à la duchesse de Berry qu'il suivit en Angleterre et dans son voyage en Italie, et plus tard à Florence, à Rome et à Naples, et enfin dans son voyage en France en 1832. Arrêté avec elle à Nantes[10] lors de la tentative d'insurrection, il fut incarcéré avec elle à Blaye puis jugé et acquitté par la cour d'assises de Montbrison[3]. Il sollicita, mais obtint avec peine[5], de rejoindre à Blaye la duchesse de Berry (on le soupçonna alors d'être le père de « l'enfant de Blaye »[8], rumeur démentie par Jacques Dinfreville[11]), qu'il suivit ensuite successivement à Palerme, à Rome, à Florence.

Le comte de Mesnard, « dont le dévouement n'a pas failli un seul jour à la cause des Bourbons[5] », est mort à Paris le [5]. Mélanie Waldor a publié, après sa mort, ses Souvenirs intimes du comte de Mesnard, Paris, 1844, 3 vol. in-8°

Distinctions[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Rubans des décorations
Chevalier du Saint-Esprit Commandeur de la Légion d'Honneur Commandeur de Saint-Louis
Chevalier de la Grand'croix de l'ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges Chevalier de la Grand'croix de l'ordre de Saint-Ferdinand et du mérite
Drapeau du Royaume de France Royaume de France 
Drapeau du Royaume des Deux-Siciles Royaume des Deux-Siciles 
Blason fam fr Mesnard (de).png

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'argent fretté d'azur.[12],[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Robert & Cougny 1889, p. 355.
  2. a, b, c, d, e et f Courcelles, Pairs 1822, p. 59.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Robert & Cougny 1889, p. 356.
  4. Louis de La Roque, Catalogue des chevaliers de Malte appelés successivement chevaliers de l'ordre miliaire et hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de rhodes et de Malte, 1891, col.163
  5. a, b, c, d, e, f, g et h Michaud 1860, p. 99.
  6. Courcelles, Pairs 1822, p. 78.
  7. a et b Laubier 2012.
  8. a, b, c et d Pinoteau 1983, p. 78.
  9. Mémoires historiques de S.A.R. Madame, Duchesse de Berri.
  10. a et b Pinoteau 1983, p. 77.
  11. Dinfreville 1982.
  12. a et b Velde 2005, p. Lay peers.
  13. Revue héraldique 1867, p. 257.
  14. Léonore LH/1845/8.
  15. a et b Almanach royal 1830, p. 343.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Pour approfondir 
Germain Sarrut et Edme-Théodore Bourg, Biographie Des Hommes Du Jour, Krabbe, , 414 p. (lire en ligne), p. 124 ;