Cerisy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cerisy
Cerisy
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Somme
Maire
Mandat
Claudie Duthoit
2020-2026
Code postal 80800
Code commune 80184
Démographie
Population
municipale
534 hab. (2019 en augmentation de 4,91 % par rapport à 2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 24″ nord, 2° 38′ 22″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 92 m
Superficie 10,93 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Corbie
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Cerisy
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Cerisy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerisy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerisy

Cerisy est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France. La commune s'appelait autrefois Cerisy-Gailly.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cerisy est un petit village de la Haute Somme situé à l'est d'Amiens et à 12 km au sud d'Albert, au centre d'un triangle formé par les villes de Corbie, de Bray-sur-Somme et de Villers-Bretonneux, à distance à peu près égale entre Péronne et Amiens.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est à dominante argilo-siliceux. Au sud, on rencontre quelques terrains très calcaires recouverts d'une mince couche de terre végétale. Vers Bayonvillers et Lamotte-Warfusée se trouvent des bancs de silex. Au nord et au nord-est, le sol est marécageux et tourbeux jusqu'à la Somme.

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relif de la commune est composé de deux entités : un plateauau sud séparés par des vallées sèches dont la plus importante est la vallée de Boisreau, au nord la vallée de la Somme, des étangs et des marais[1]. Le point culminant de la commune est situé à 66 m d'altitude sur le plateau.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée dans sa partie nord par la Somme et le canal de la Somme. Des étangs artificiels créés par l'extraction de la tourbe façonnent le paysage. La nappe phréatique est située à peu de profondeur.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique avec vents dominants d'ouest et de nord-est.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

Cerisy est située le long de la vallée de la Somme. Une petite partie du village est bâtie à flanc de coteau. Les habitations étaient groupées à l'origine autour de l'église et de la mairie mais des constructions récentes de maisons individuelles s'étalent le long des axes principaux de la commune.

Une piste cyclable est en cours de réalisation le long du canal de la Somme ainsi qu'un chemin pour les pêcheurs[2].

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Les activités économiques sont essentiellement liées à l'agriculture. Sur le territoire communal sont situées une entreprise industrielle et une menuiserie. Il n'y a plus de commerce dans la commune hormis le passage de commerçants ambulants (boulangerie, boucherie...).

Les services sont représentés par un cabinet infirmier et l'école communale avec cantine.

La commune souffre d'un relatif enclavement, elle n'est reliée aux autres villages que par des axes secondaires.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cerisy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (81,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (75,1 %), forêts (6,5 %), zones agricoles hétérogènes (5,5 %), zones urbanisées (4,9 %), zones humides intérieures (4,2 %), eaux continentales[Note 3] (3,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes pour désigner Cerisy dans les textes anciens.

  • Au XIIIe siècle : Cerisiacus, Ciriacum, Cerasium, Cerisium, Cherisiacum, Cherisy,
  • Puis, Ceresatum, Sirizy, Cherisy[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune est connue grâce à l'ouvrage de l'Abbé Decagny[10].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Cerisy-Gailly devenue Cerisy est une commune dont l'origine est fort ancienne. Le village existait avant la fondation de l'abbaye de Corbie au VIIe siècle. Il fut une des premières donations faites à l'abbaye qui y avait installé un prieuré et une prévôté pour contrôler l'exploitation des terres.

La seigneurie de Cerisy était mouvante du château de Bray-sur-Somme.

Une charte communale fut octroyée à Cerisy en 1159. La paroisse fut créée en 1220.

Au XVe siècle, Cerisy fut ravagée par les Bourguignons comme le précise une pierre gravée dans le portail de l'église.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le , les Espagnols franchissent la Somme à Cerisy, ne pouvant le faire à Bray. Ils purent, par la suite, s'emparer de la ville de Corbie.

Depuis 1693, une école existe à Cerisy.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la Révolution française, le prieuré de Cerisy fut supprimé.

En 1870-1871, la population dut subir les réquisitions de l'armée prussienne[1].

Pendant la Grande Guerre, de 1914 à 1918, le village a vu défiler un grand nombre de troupes qui montaient ou revenaient de la ligne de front.

Depuis le 1er janvier 1966, Gailly est devenu un hameau de Sailly-Laurette dont il n'est séparé que par la Somme. La population de Gailly pour des raisons pratiques a préféré être rattachée à la commune de Sailly-Laurette : le raccordement au réseau électrique et l’adduction d'eau y ont été beaucoup plus faciles. Cerisy-Gailly prit donc le nom de Cerisy.

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement de Péronne pour intégrer l'arrondissement d'Amiens[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014[12] Bernard Delporte EXG  
2014[13] En cours
(au 8 octobre 2020)
Claudie Duthoit   Vice-présidente de la CC du Val de Somme (2020 → )
Réélue pour le mandat 2020-2026[14]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2019, la commune comptait 534 habitants[Note 4], en augmentation de 4,91 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
576544606622694722750748759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
742775764715728683666618583
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
567545537521538475462441454
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
401358337337342387419413479
2014 2019 - - - - - - -
522534-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire publique de Cerisy compte 53 élèves à la rentrée 2017[19].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Les footballeurs évoluent sur le stade Hubert Pasquier, nommé en l'honneur du fils du fondateur du club, mort à Auschwitz[20].
  • L'édition 2012 de l'épreuve de course à pied des 100 km de la Somme[21] s'est déroulée le . Le parcours a effectué un demi-tour dans Cerisy, autour de l'église ; au point kilométrique 63,77 km.

Économie[modifier | modifier le code]

Localement, l'activité dominante demeure l'agriculture.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Georges
    L'église est protégée en tant que monument historique Logo monument historique Classé MH (1919). Le clocher et la nef datent du XIIIe siècle, les murs extérieurs et les portes latérales du XVIe siècle, et le portail de 1977[22],[23].
    Le clocher est doté d'un carillon qui sonne régulièrement des airs religieux comme l'Ave Maria ou des airs populaires tels que : Au clair de la lune, Le Bon Roi Dagobert, J'ai du bon tabac
Des soldats britanniques, canadiens, australiens, allemands, français et même sud-africains reposent dans ces trois cimetières.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Cerisy.svg

La commune de Cerisy a relevé les armes de la prévôté de Cerisy attribuées d'office à la prévôté en 1701, par Charles d'Hozier, dans l'Armorial général de France Volume 26, réalisé en 1696 sur ordre de Louis XIV.

Blasonnement :

  • de sable aux deux pals dentelés d'or.

Ornement extérieur :


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, t. 1, Amiens, 1865, Société des antiquaires de Picardie, reprise, Paris, coll. « Res Universis, Le Livre d'histoire-Lorisse », .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Notice géographique et historique sur la commune de Cerisy-Gailly, rédigée par Monsieur Obry, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme.
  2. Mairie de Cerisy, octobre 2012
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Abbé Paul Decagny Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, tome 1, Amiens, 1865, Société des antiquaires de Picardie, reprise, Paris 1990, Res Universis, Le Livre d'histoire-Lorisse.
  11. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le ).
  12. « Bernard Delporte, ancien maire et président du club de foot de Cerisy, n’est plus », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).« Président du club de football local de 1981 à 2001, puis maire de 2001 à 2014, ce père de quatre enfants s’est éteint ce mercredi 24 novembre, dans sa 84e année »
  13. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  14. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. L'école sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  20. Victor Demarcy, « Le stade municipal baptisé Hubert Pasquier : Désormais les joueurs du club de foot fouleront la pelouse du stade Hubert Pasquier. Un hommage au fils du fondateur du club, Hubert Pasquier, jeune résistant mort à Auschwitz. », Courrier picard,‎ , p. 20
  21. « Site officiel des 100 km de la Somme ».
  22. Clochers.org
  23. 40000clochers.com
  24. Vue panoramique du cimetière militaire français de Cerisy
  25. Vue panoramique du cimetière militaire britannique de Cerisy
  26. Vue panoramique du Cerisy-Gailly Military Cemetery