Carrousel (cabaret)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carrousel.

Le Carrousel de Paris est un cabaret parisien situé 40, rue Pierre Fontaine dans le 9e arrondissement. Auparavant, en octobre 1947, il était situé au 40, rue du Colisée dans le 8e arrondissement puis en 1962, au 6, rue Vavin dans le 6e arrondissement jusqu'en 1985.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1926, près du Moulin Rouge, le comte Albatino crée pour Joséphine Baker le cabaret Chez Joséphine, qui allait devenir quelques années plus tard le dîner-spectacle du Carrousel de Paris. Avant même que la maison ne devienne un restaurant-spectacle, elle y chantera peu avant de devenir vedette et y fera la fête en compagnie de Jean Cocteau, Robert Desnos, Colette, ou René Clair. En 1933, Charles Trenet débute au Carrousel version cabaret parisien, puis en 1936 c'est au tour de Piaf, qui grâce à son père, Louis Gassion, y remportera un succès immédiat.

En 1938, Bourvil y participe à un radio-crochet qu’il gagnera avec Ignace, transformant la Maison en café théâtre parisien ; Léo Ferré y donnera ses premiers concerts, ainsi que Bécaud ’en tant que pianiste-accompagnateur. Mais les sketches et les pitreries de Bourvil ayant fait des émules, de plus en plus d’artistes comiques s'y produiront.

En 1952, Georges Brassens essaie son tour de chant avant de passer a Bobino quelques mois plus tard. Boby Lapointe y crée un spectacle burlesque en mélangeant les genres.

Brel se lie d’amitié avec Juliette Gréco, et c’est pour elle qu’il écrit Quand on a que l’amour, chanson qu'il crée sur la scène du Carrousel de Paris.

Sacha Distel y joue du jazz en petite formation.

En 1954, Dalida y passe une audition et sera remarquée par Lucien Morisse, alors directeur d’Europe N°1 et par le jeune Eddy Barclay. En 1958, Barbara y connaîtra les désagréments d’un public boudeur et lui préférera les soirées cabaret de la rive gauche.

Serge Gainsbourg va commencer son tour de chant avant de l’interrompre brutalement à cause d’un spectateur un peu bruyant. Ce soir-là, l’assistance restera sur sa faim.

À partir du milieu des années 1950, la direction de l’époque choisira Coccinelle pour créer l’événement ; le tout Paris se presse alors pour admirer la première personne trans à se donner en spectacle, version diner-spectacle burlesque, accompagnée d'une troupe composée de Bambi, April Ashley, Péki d'Oslo, Capucine, Kiki Moustic, Les-Lee, Fétiche, Coco, Sonne teal, Rita del oro, Doriana, Chou chou, etc.

Au début des années 60, Jean Ferrat y crée Ma môme et Nino Ferrer, inspiré par le jazz comme Sacha Distel, y restera quelques mois.

En 1966, Ivan Rebroff y restera quelques semaines[réf. nécessaire].

Puis, le Carrousel de Paris se transforme en boite à filles ou à strip-tease. Subsiste le spectacle, mais dans la salle plus de 50 filles font aussi boire du champagne aux clients.

François Mitterrand, touchera de plein fouet le Carrousel, en créant le Carrousel du Louvre, ce qui, dans l’esprit du public ne fera que compliquer les choses.

La troupe du cabaret Madame Arthur s’installe au Carrousel de Paris avec ses transformistes (genre Michou) en 1990, quant à la revue du Carrousel de Paris dans sa forme actuelle, elle s’inspire de celle du Paradis Latin.

Des comiques y font leur show (Mathieu, Olivier Lejeune, Gérald Dahan ou Bernard Mabille), quant à Lagaf ou Michel Leeb, ils y ont débuté il y a quelques années.

Les attractions s’adaptent à l’époque et aujourd’hui, même si le table dance n’y est pas encore à l’honneur, le restaurant-discothèque Paris organise des événements privés ou publics, des soirées à thème, ou même des vernissages. Le cabaret se diversifie encore et les enterrements de vie de jeunes filles ou de garçons s’organisent l’été. L’hiver, c’est plutôt la place des soirées de sociétés et anniversaires en tous genres, sans oublier les Saint-Sylvestre, Noël et les réveillons du 24 et 31 décembre.

En 2000, ce théâtre est transformé en music-hall ultra-moderne sans changer le décor.

Une nouvelle revue, Rigoleto !, de classique burlesque fait son entrée dans ce music-hall.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]